Navigation – Plan du site

Territorialisation de la « convention internet » dans les espaces ruraux

Territorialization of the « internet convention » in rural spaces
Philippe Vidal
p. 137-164

Résumés

Si le déploiement des Technologies de l’Information et de la Communication au sein des territoires constitue désormais un invariant, quels que soient les cultures, les groupes, la pluralité des contextes politiques, économiques et sociétaux, de sorte qu’il devient possible de parler de « convention internet », il existe toutefois des dynamiques d’adoption et des processus de résistance qui informent sur le processus de construction de la société de l’information. A l’échelle de la France, trois catégories d’espaces ruraux sont envisagées : les campagnes fragiles, les espaces périurbains, et les nouvelles campagnes. Cet article tente de comprendre la façon dont se renégocie la « convention internet » au sein de ces espaces.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous empruntons l’expression « techniques du quotidien » et sa catégorisation à Specht Maryline, Sp (...)
  • 2 A l’exception des nombreux ouvrages (et articles) portant sur les pays en développement, où les esp (...)
  • 3 Notons tout de même le numéro spécial de la revue Géocarrefour dirigé par Bruno Moriset « Espaces r (...)
  • 4 Johnson P., Sieber R. (2011), Motivations driving government adoption of the Geoweb, GeoJournal, pp (...)

1Les espaces ruraux, notamment du temps de la suprématie agricole, ont souvent accueilli avec une grande réactivité les outils et les techniques modernes permettant de gagner en efficacité et de diminuer la pénibilité au travail. Parmi les innovations majeures ayant profondément marqué la ruralité dès le 19eme siècle, figurent celles issues du « machinisme agricole », fait à l’origine du développement et de l’adoption massive des tracteurs, moissonneuses, trayeuses, vendangeuses et autres engins spécialement conçus pour l’agriculture. Cette mécanisation n’a cessé de progresser et a pu être considérée comme l’une des causes majeures de l’affaiblissement démographique de cet espace (l’exode rural). Les besoins en bras devenus moins importants, la ville se présentait alors comme le principal bassin d’emplois d’une main d’œuvre peu qualifiée nécessaire à la révolution industrielle. La tertiarisation de l’économie, la politique agricole commune en Europe puis sa dérèglementation partielle, la mondialisation, l’urbanisation des campagnes ont accompagné ensuite le processus de recomposition des espaces ruraux (David Jousseaume, 2007) dont la vocation et les usages se sont singulièrement diversifiés au cours des dernières décennies. L’introduction des techniques du quotidien1 (automobile, électroménager, réfrigérateur, congélateur, téléviseur, téléphone fixe, téléphone mobile, internet, domotique…) et leurs adoptions rapides ont considérablement modifié les modes d’habiter et brouillé l’ancienne vision homogène d’une ruralité agricole et paysanne, contribuant ainsi à la métamorphose de ces espaces en France comme dans l’ensemble des pays développés (pays de l’OCDE). Parmi ces techniques, le recours aux technologies de l’Information et de la communication (TIC) joue un rôle croissant. Pourtant, peu d’ouvrages y sont consacrés2, peu de numéros spéciaux de revues3 se sont effectivement penchés sur le rôle spécifique du numérique dans la recomposition de ces espaces. La base de données bibliographique rassemblant les productions scientifiques en la matière est importante, mais le caractère fragmentaire de cette compilation d’articles dispersés ne comble pas, de notre point de vue, la nécessité d’une mise en commun de travaux mettant en miroir articles de fonds et études des cas au sein d’un même ouvrage. Alors même que le rythme de diversification des contextes ruraux s’accélère, des examens réguliers de ces évolutionsen cours semblent plus que jamais nécessaires: « thereis a continuingneed to analyze information technologies in rural contexts »4.

  • 5 Eymard-Duvernay 1989, Salais, Storper 1993, Boyer, Orlean 1994, Juhem 1994, Gomez 1994, Orlean 1994 (...)

2Nous considérons à l’instar des ruralistes, que la pluralité des formes de ruralité existantes aujourd’hui impose un effort de catégorisation pour saisir l’ampleur des changements en cours, ce que ne font pas toujours les articles généralistes croisant ces deux objets. Faire l’économie de cette démarche aboutirait à proposer un regard généralisant et simplificateur, ou à l’inverse, à compiler un chapelet d’anecdotes. Afin d’éviter cet écueil, nous mobiliserons la typologie de la DATAR réalisée en 2003 par le cabinet SEGESA, selon laquelle il y aurait trois groupes : les campagnes des villes, les campagnes dites fragiles et les nouvelles campagnes, qui rassembleraient en leur sein une grande variété de catégories d’espaces (DATAR 2003). Ces catégories restent pertinentes pour notre propos car elles n’ont pas été fondamentalement remises en cause par la nouvelle typologie des campagnes françaises proposée par l’INRA en 2011. Là encore, trois grandes catégories ressortent : les campagnes métropolitaines, du littoral et des vallées urbanisées, les campagnes vieillies à très faible densité et les campagnes agricoles et industrielles (Hilal et al. 2011). Nous pensons en outre que cette question de la place des TIC dans l’évolution des espaces ruraux peut être lue à travers la notion de « convention »5 comme approche paradigmatique permettant de saisir l’ampleur des changements en cours. Nous mobilisons cette théorie pour comprendre comment les acteurs adhèrent avec plus ou moins de conviction aux modèles de sociétés émergents, ici la société de l’information. Cette approche nous permet notamment de mieux comprendre la façon dont les pouvoirs publics, et plus généralement les acteurs des territoires ruraux gèrent l’insertion du numérique au sein de leur espace, avec des réinterprétations et des bifurcations toujours possibles, dans un contexte global de déploiement des TIC. Quatre parties structurent le texte.

3La première partie considère l’hypothèse de l’émergence d’un modèle dominant implicite (la société de l’information) s’appliquant, sur des registres souvent spécifiques, à l’ensemble des communautés humaines. Nous proposons d’appeler ce modèle dominant « la convention internet », qui serait à envisager comme un cadre explicatif de la diffusion des TIC à l’échelle du monde et comme une clé de compréhension de la réorganisation des sociétés locales sous l’effet des TIC. Face à cette complexification rurale, nous considérons l’hypothèse selon laquelle la « convention internet » soumet chaque grande catégorie d’espace rural à de grands enjeux numériques ou perçus comme tels. Ces grands enjeux déclenchent dès lors des réponses publiques, privées et/ou issues de la société civile qu’il convient de décrypter.
La deuxième partie interroge comment se renégocie cette « convention internet » au sein descampagnes fragiles, notamment du point de vue de l’action publique locale. Ces espaces sont ceux qui souffrent le plus de la « fracture numérique » et dont on perçoit mal aujourd’hui les modalités de raccordement au haut débit et davantage encore, au très haut débit bien que ce sujet capte toutes les attentions.
La troisième partie porte sur les espaces ruraux sous influences urbaines. Les espaces périurbains situés à mi-chemin entre ville et campagne sont mieux dotés en infrastructures de télécommunications haut-débit que les précédents. En quête de durabilité, il semble que les acteurs publics puissent s’appuyer sur les TIC pour valoriser cette volonté d’ancrage territorial et de recréation des proximités.
La quatrième partie concerne les « nouvelles campagnes » qui ont su offrir un contre-modèle à la vie urbaine sans pour autant se tenir à l’écart du progrès technique. Dans quelles mesures les TIC représentent-elles de nouvelles opportunités pour conforter ces territoires dans leur volonté d’affirmation voire de revendication de leur ruralité ?

  • 6 L’auteur remercie l’appui bibliographique de Sabrina Mommolin (documentaliste du CIRTAI) et celui d (...)
  • 7 Tout en ayant bien conscience des limites de la comparaison, étant données les différences de struc (...)

4La méthode de travail se nourrit de deux principales démarches. Il s’agit d’une part de confronter à la grille d’analyse présentée ci-dessus, les travaux6 menés dans les pays développés. Nous considérons en effet qu’en dépit de leur dynamisme, les recherches portant sur les pays en développement restent très éloignées des questionnements que nous souhaitons aborder dans cet article : le rôle des TIC dans les modifications des modes d’habiter et les recompositions des territoires ruraux ou marqués par une ruralité périurbaine. Les travaux européens, nord-américains, australiens, japonais, sud-coréens (…), permettent par contre d’apporter un regard comparatif utile à la compréhension des transformations rurales induites par les TIC dans les pays riches7. Il s’agit ensuite de valoriser les analyses originales que nous avons menées entre 2010 et 2011 concernant le rôle des TIC dans la recomposition des modes de vie des ménages périurbains normands (Vidal, Rougé 2011). Ce travail permet de compléter une riche bibliographie où les TIC sont surtout envisagéespour leur capacité à réimplanter ou maintenir de l’activité économique, soit au travers de la question des firmes soit de celle du télétravail (Galliano, Roux, Soulié, 2006, Moriset 2000, 2006, Ortar 2009).

De la « convention nouvelle économie » à la « convention internet »

  • 8 « L’économie des conventions », Revue économique, vol. 40, n°2, 1989 ; L'économie des conventions, (...)
  • 9 Philippe Batifoulier (Ed.), Théorie des conventions, 2001, Ed. Economica, Paris, 328 p. ; André Orl (...)
  • 10 Le chiffre d'affaire des fabricants de matériel de télécommunications a été divisé par 2 entre 2000 (...)

5La « théorie des conventions » considère qu’il existe un « fond de présupposé commun » (Dupuy, Eymard-Duvernay, Favereau, Orlean, Salais, Thevenot 1989) qui s’impose aux acteurs confrontés à des situations marquées par l’incertitude et qui leur permet de se coordonner entre eux. Cette théorie, qui n’a guère plus de vingt années d’existence, a donné lieu à une littérature foisonnante témoignant de l’intérêt qu’elle suscite auprès des chercheurs, le plus souvent économistes, sociologues, ou politistes. Des numéros spéciaux de revues8ou des ouvrages9 consacrés à l’économie des conventions montrent combien cette théorie est féconde et opérante pour qui veut étudier les phénomènes contemporains dominants à l’échelle mondiale. Elle propose une alternative aux analyses centrées sur « le marché », en tant qu’unique moyen de coordination et de régulation. Ainsi, la théorie des conventions a été développée afin d’expliquer les comportements individuels économiques partagés par une majorité relative qui adhèrent par mimétisme ou souci de ne pas prendre du retard, à un principe normatif dans un contexte d’incertitude. Il existerait toute une série d’accords tacites et de grandes règles collectives implicitement acceptées et adoptées par des groupes d’acteurs au motif que ceux-ci semblent indiscutables et profondément nécessaires à la société. Ainsi, dans le domaine du numérique, un certain nombre d’économistes ont commenté le rôle de la « convention nouvelle économie » à partir de laquelle se serait déployé, à la fin des années 1990, le modèle du capitalisme informationnel. Ce modèle apparut alors comme le « scénario de référence » en même temps qu’une nouvelle ligne d’horizon vers laquelle il fallait tendre. De fait, cette « convention nouvelle économie » appartenait surtout au registre des « prévisions conventionnelles » produites par le marché plus qu’à un véritable modèle explicatif de la diffusion des TIC au sein des sociétés. L’éclatement de la bulle Internet10 et les faibles retombées immédiates du commerce électronique ont très vite contribué à décrédibiliser cette « hypothèse conventionnelle » et à ne pas opérer sa reconduction :

  • 11 André Orléan, Connaissance et finance : de l’hypothèse d’objectivité du futur à l’hypothèse convent (...)

« (…) on peut dire aujourd’hui avec certitude que la « convention Nouvelle Économie » était erronée au sens où elle a conduit à une suraccumulation de capital dans certaines branches. (…) une accumulation constante d’anomalies est nécessaire pour qu’une convention soit abandonnée. On l’a bien vu pour la « convention Miracle Asiatique » qui a dominé l’évaluation des pays du sud-est asiatique au milieu des années 90. Il a fallu, durant tout le premier semestre 1997, une série persistante de mauvaises nouvelles dans le Sud-Est asiatique (déficit commercial, faillites retentissantes, montée des créances douteuses) pour que les investisseurs finissent par ne plus croire à la « convention Miracle Asiatique »11.

  • 12 La notion de « convention Internet » est en cours de formalisation et constitue l’objet central du (...)

6Il nous semble utile aujourd’hui de « ressusciter » la « convention nouvelle économie » en la rebaptisant en «convention internet»12. Retraduire cette piste et la requalifier ainsi permet de ne pas focaliser sur les seules forces du marché de la net économie ou sur les conséquences économiques de l’introduction des TIC dans les territoires. De même, nous faisons d’« Internet » un terme générique renfermant la large diffusion du numérique et de l’informatique ambiante (Dodge, Kitchin 2011) dans les sociétés. Ainsi, nous considérerons non seulement la dimension économique qui reste importante, mais également les autres parties prenantes jouant un rôle fondamental dans la constitution en cours des modèles de société de l’information : acteurs politiques, usagers, citoyens, organisations associatives, etc. La « convention internet » nous semble très « pro-active » et « auto-renforçante », elle agirait de façon « invisible » sur les administrations, serait promue par le secteur privé, accompagnée par la société civile, l’ensemble participant à une forme de prophétie auto-réalisatrice et immanente. Ce qui nous intéresse dans l’approche conventionnelle, c’est notamment qu’elle offre au géographe des arguments supplémentaires à l’analyse des différentiations territoriales et qu’elle permet d’interroger la façon dont elle oriente « les acteurs enracinés territorialement vers des spécialisations économiques et des trajectoires particulières de développement » (Storper 1995). Ainsi, cette « convention Internet » offre un cadre général de compréhension des évolutions mondiales, tandis que l’analyse de sa territorialisation rend plus pertinente encore, l’hypothèse d’une société de l’information aux expressions plurielles. A l’intérieur même des espaces ruraux, existent des interprétations différentes de cette  « convention internet ». Le message peut être défensif pour les territoires les plus confrontés à la problématique de la fracture numérique, volontariste lorsque la « convention internet » apparait comme une opportunité supplémentaire de revendication d’une ruralité à la fois traditionnelle et moderne, ou plus exploratoire dans les espaces périurbains où le numérique est parfois perçu comme un outil au service d’une meilleure durabilité.

7De fait, il nous semble qu’analyser la territorialisation de la « convention internet » à des espaces dont les recompositions s’accélèrent, (en l’occurrence les espaces ruraux), permet de mieux comprendre la façon dont les sociétés rurales sont en train d’évoluer sous l’influence grandissante de l’adoption des TIC.

Les campagnes fragiles face au « défi conventionnel » de l’égalité numérique des territoires : la faute des habitants ?

8Même si certains espaces de faible densité13 peuvent figurer dans la catégorie des « nouvelles campagnes », et qu’en dépit des discours stéréotypés, il existe une grande variété de situations, la plupart d’entre eux viennent nourrir la catégorie des « campagnes fragiles ». Ce sont des espaces isolés, mal desservis et peu à même de réunir compétences et savoir-faire susceptibles d’apporter des réponses pertinentes au « défi conventionnel » de l’égalité numérique des territoires. Ce sont ces espaces qui souffrent le plus de « fractures numériques », tant du point de vue de la connectivité que de la production de contenus et de services territoriaux. Dans ces espaces, où la faible densité est souvent synonyme d’une faible demande quantitative en matière de numérique (Strover 2001, Hollifield, Donnemeyer 2003, Bandias, Ram Vemuri 2005), il apparaît difficile d’engager des politiques fondées sur les TIC, notamment sur le plan infrastructurel. Lorsque l’action publique s’y déploie tout de même, c’est souvent au prix d’une démarche extrêmement volontariste, parfois sous le sceau de l’expérimentation, où les partenaires privés viennent tester des technologies alternatives pour les territoires jugés non rentables (Fautrero, Fernandez, Puel, 2006)ou éprouvent des techniques de déploiement différentes comme cela est le cas dans le projet pilote THD FTTH de la commune d’Aumont-Aubrac14.

9Combler la fracture numérique semble ainsi revêtir un caractère d’urgence, en particulier dans l’esprit des acteurs publics locaux qui subissent parfois la pression de leurs administrés habitant ces espaces de faible densité. Mais les bonnes volontés politiques se heurtent souvent à un certain nombre d’obstacles réels ou supposés qui retardent la concrétisation des démarches ou les ajournent, dans l’attente d’un hypothétique grand programme numérique national ou d’une découverte technologie peu couteuse qui serait particulièrement efficace pour ce type de territoire.

L’obstacle majeur : une faible adoption supposée

  • 15 Michailidis A., Partalidou M., Nastis S. A., et al. (2011), Who goes online? Evidence of internet u (...)
  • 16 Strover S. (2003), The prospects for broadband deployment in rural America, Government Information (...)
  • 17 Hollifield A. C., Donnermeyer J. F. (2003), Creating demand: influencing information technology dif (...)
  • 18 Martyn W. (2007), The digital vicious cycle: Links between social disadvantage and digital exclusio (...)

10Parmi ces obstacles, figure en tête de liste l’hypothèse de la faible adoption supposée par les habitants de ces espaces. Il ne s’agit pas simplement de la faible adoption quantitative propre à la faible densité, argument irrecevable dans tout pays riche et moderne, soucieux de son bon équilibre territorial. Cet argument reviendrait à condamner des parties de l’espace national ou en tout cas, leur accorder une place subalterne, au seul motif qu’elles seraient faiblement peuplées. L’incertaine adoption dont il est question ici porte sur une dimension plus qualitative. Parfois à grand renfort d’analyses scientifiques se rapportant aux logiques du marché, l’obstacle résiderait dans la faiblesse socio-culturelle des habitants qui ne prendraient pas la mesure de l’importance des changements en cours. Ainsi, dans la littérature scientifique, les considérations sur « le faible niveau d’usage » ou « le faible niveau socio-culturel des habitants » vivant dans ces espaces de très faible densité sont abondantes. Elles rejettent en partie la responsabilité de la fracture numérique non pas sur des perspectives de retour sur investissement hasardeuses qui décourageraient les acteurs privés à s’engager dans une démarche de déploiement, mais davantage sur une supposée incapacité des populations à se saisir de cette nouvelle offre technologique : « eventhosethat go online are not fullyaware of the benefits Internet developmentoffers »15. Ces considérations sont confortées en outre par l’idée que les populations de ces campagnes vieillies seraient trop mal équipées en dispositifs informatiques (ordinateurs, systèmes d’exploitation, logiciels…) pour tirer vraiment partie des capacités servicielles qu’offre un réseau large bande : « Rural populations maybepoorlyequipped to take full advantage of broadband networks given the costs of subscribing to broadband services and the relativelylowerincomelevels of rural populations »16. Une sorte de basculement dans le raisonnement s’opère. Le rural profond serait mal connecté, principalement à cause d’une indifférence relative des populations pour ces technologies, désintérêt rejaillissant ensuite sur les acteurs de l’internet : « However, low population density in rural areas translates to lowdemandlevels. This makes it difficult economically to offset the high investment costs required to construct advanced information technology infrastructures. »17. Il y aurait une forme de désynchronisation entre l’état d’avancement du capitalisme informationnel tel qu’il se déploie un peu partout dans le monde et celui des sociétés rurales « traditionnelles » qui n’en percevraient pas tous les « bienfaits ». De ce point de vue, on peut penser, à la différence notable des espaces les plus densément peuplés, que cette catégorie des campagnes fragiles « résiste » à la « convention Internet ». Au-delà de la faible adoption potentielle, il semblerait qu’une « convention égalitariste » fondée sur l’idée de l’équité devant l’accès aux services publics, apparaisse comme un facteur supplémentaire de frein à l’acceptabilité sociale. La menace qui pèse sur la fermeture de certaines administrations et commerces de proximité consécutivement à l’ouverture de services numériques poserait des problèmes aux non usagers des TIC qui se trouveraient de fait en situation d’exclusion : “Thus social exclusion leads to digital exclusion, which in turn leads to deeperinequalities, new social exclusion—the vicious digital cycle.”18. L’hypothèse selon laquelle l’adoption généralisée est conditionnée par la mise en œuvre de politiques de sensibilisation (Tookey, Whalley, Howick 2006) semble dès lors se justifier. La logique de « social pull » fondée sur l’analyse préalable des besoins (par opposition à celle du « techno push ») et en prolongement, destinée à construire cette demande, retarde le moment du déploiement. Ainsi, dans la majeure partie des cas, un des préalables à l’édification d’un réseau large bande performant reste la construction ex nihilo d’une demande qui n’arriverait pas à émerger d’elle-même, faute de compétences habitantes ou de vision claire sur la façon dont les ménages pourraient se saisir des TIC.

Construire la demande pour réduire l’incertitude

11C’est ainsi que des projets d’accès collectifs et de formation aux usages sont mis en œuvre au nom de l’acculturation des populations à ces nouveaux outils. La figure de l’usager des TIC comme acteur de l’innovation commence à s’imposer en France dans les années 1980 (Eveno 2004). Ce sont souvent certaines catégories d’usagers qui sont ciblées, ceux qui sont les plus à mêmeà priori, pour des raisons et motivations diverses, d’adhérer à la « convention internet » : les jeunes dans un village rural américain (Laegran 2002), les familles dans le village finlandais de Loviisa (Gripenberg, Skogseid, Botto, Silli, Tuunainen 2004), les personnes âgées (Maison du Savoir) et les entrepreneurs (CETIR) à Saint-Laurent de Neste, (Despin 2000). Autour de lieux dédiés aux TIC, à certains endroits symboliques de l’espace public rural (cybercafés, écoles, maisons de retraites…), est supposée se créer une dynamique locale (Akca, Sayili, Esengun 2007) ayant un effet d’entrainement sur l’ensemble des acteurs du territoire dont le fonctionnement s’en trouvera modifié. L’objectif est de faire émerger, parmi cette faible demande, certains usagers particulièrement motivés, informés, en capacité de s’équiper et de se connecter, constituant ainsi des ressources au service des démarches expérimentales. Ce genre de stratégie a pu s’engager au sein de communes rurales françaises à l’image de Parthenay (Vidal 2007) ou Saint-Laurent-de Neste (Despin 2000), ou encore dans le cadre de l’expérience du village électronique de Blacksburg en Louisiane (Carroll 2005). La dimension collective de l’appropriation apparait souvent déterminante au sein des espaces ruraux de faible densité et elle épouse en-cela l’un des principaux fondements de la pensée conventionnaliste : l’auto-renforcement. Les TIC restent dans les milieux isolés, des outils encore chargés de symboles et deviennent souvent des objets de l’intermédiation et ont un rôle intégrateur (Vidal 2001) avec le reste de la communauté villageoise. Elles permettent parfois de connecter différentes communautés entre elles, à l’image des villages de la région rurale de Cajamarca au Pérou (Diaz Andrade, Urquhart 2009) : « It seemsthat the technological intervention isunlikely to beadopted and exploited by the majority of rural inhabitants. Nevertheless, the evidence suggests that some individuals, generally the leaders, the more respected, and the more exposed to different environments, will be enabled to convey the acquired information and link their external contacts to their strong local network ».

L’internet haut débit, pour la télévision haute définition !

  • 19 Les informations relatives à cette expérience ont été récupérées sur l’excellent blog scientifique (...)
  • 20 Altitude infrastructure, « FTTH en zone rurale : bilan du projet pilote d’Aumont-Aubrac », communiq (...)
  • 21 Un des deux arguments de loi du 17 décembre 2009 relative à la lutte contre la fracture numérique ( (...)
  • 22 Preston P., Cawley A., Metykova M. (2007), Broadband and rural areas in the EU: From technology to (...)

12L’expérimentation du FTTH en milieu rural (projet pilote) menée à Aumont-Aubrac, village de Lozère d’un peu plus de 1000 habitants montre que le déploiement de ce type de dispositif peut pourtant se passer d’un travail préalable sur les usages et possède sa rationalité économique19. Altitude Infrastructure, PME en charge du projet a rendu public un premier bilan, amenant trois principaux enseignements. La première conclusion est que les coûts de déploiement en zone rurale peuvent être réduits grâce à une ingénierie de pose diversifiée. Un réseau d’environ 11 km de fibres optiques, a été posé afin de desservir 619 prises sur l’ensemble de la commune, dont 452 en sous-terrain, 104 en aérien, 28 en façade et 35 en collectif. La pose d’une prise par foyer n’excèderait ainsi pas les 1500 euros. Le deuxième enseignement porte sur les délais de raccordement. En l’occurrence, près de 500 prises ont été raccordées en cinq mois, ce qui serait analogue au temps nécessaire au déploiement en milieu urbain. Enfin, le taux de raccordement des habitants d’Aumont Aubrac est assez satisfaisant, le rapport précisant que « si 100% des prises sont raccordables sur la commune, déjà 74% d’entre elles sont raccordées. Avec un taux de pénétration de 15%, supérieur au taux de conversion vers la fibre optique constaté dans les grandes villes à l’échelle nationale, l’expérience montre l’appétence des habitants de communes rurales pour la fibre optique. »20. Cette « appétence » ne doit toutefois pas être surestimée. Il apparaît clairement que les utilisateurs sont particulièrement demandeurs de services audiovisuels de meilleure qualité (HD) en flux ou à la demande (VOD) plus que des services à la personne ou « d’applications foyers » (télémédecine, télétravail, co-voiturage, gestion des cantines scolaires, télévision locale, télésurveillance, e démocratie…). Le modèle économique existe certainement, mais il repose surtout sur une offre de type « triple play » qui nécessite de fait l’arrivée « d’opérateurs classiques » (Free, Darty, SFR, Orange…) fournissant ce type de services au travers de leur « box internet ». Or, ces derniers ne sont pas toujours présents dans des projets expérimentaux qui sont en outre très peu orientés autour des services et des usages mais bien davantage autour de la performance potentielle du réseau au service d’une logique marchande. Plus que jamais, la télévision numérique haute définition semble être le véhicule du très haut débit en zone de faible densité21, ce qui justifierait donc en partie la stratégie préalable de co-construction des services et contenus de proximité. Toutefois, quand ces stratégies sont tout de même effectivement engagées, c’est souvent en déconnexion avec les démarches infrastructurelles. Cela renvoie aux problèmes de coordination des politiques multi-niveaux (supra national/national/infra national) ainsi que le notent Preston, Cawley et Metykova au niveau européen : «  there has been a lack of coordination betweenpolicies on infrastructure rollout and policies on the development of applications, content and services »22.

Les TIC dans le périurbain : un vecteur de l’ancrage territorial ?

13La périurbanisation constitue certainement une des formes les plus marquantes des recompositions spatiales en cours depuis une quarantaine d’années sur le territoire national. D’abord développée à partir de la fin des années 1960 au plus proche des villes, celle-ci s’est ensuite éprouvée dans leurs marges plus lointaines, ce qui a alimenté des controverses sur la façon dont on pouvait interpréter ces transformations. Certains auteurs, constatant l’évanouissement des valeurs et des modes de vie traditionnels sous l’effet de l’arrivée de nouveaux ménages en provenance de la ville, ont estimé que le rural perdait de sa substance et était même en voie de disparition (Levy 1999, Chalas 2000). Le périurbain, en tant qu’espace d’accueil des classes moyennes (Jaillet 2004), serait désormais le nouveau repère territorial d’une « ville à trois vitesses » (Donzelot 2004) s’intercalant à mi-chemin d’une offre urbaine où se concentreraient classes supérieures en centre-ville et classes populaires dans les cités. En quête de durabilité, cet espace est fortement perçu comme un problème de société et apparaît souvent comme à l’origine de bien des maux (Billard, Brennetot 2011). On assisterait à un recul inexorable de l’espace agricole (artificialisation des sols), à un phénomène qui épuiserait les réserves foncières, segmenterait et isolerait les catégories sociales, détisserait le lien social, banaliserait les paysages. Des traces de ruralité, via certaines caractéristiques fonctionnelles et paysagères, persistent dans les communes périurbaines les plus éloignées des aires urbaines tandis que les modes de vie dans les communes attenantes ne s’en écartent guère. Ainsi, poser un regard homogène et stigmatisant sur « les espaces périurbains » revient à simplifier des modes d’habiter qui se sont pourtant considérablement complexifiés depuis une dizaine d’années (Berger 2004, Jaillet, Rouge, Thouzellier 2006). L’émergence de ces nouvelles territorialités (Debarbieux, Vanier 2002) annonceraitfinalement l’avènement d’un « tiers espace » (Vanier 2008) réunissant de plus en plus de « périurbains assumés» (Cordobes, Lajarje,Vanier 2010).

  • 23 F.J. Kingsbury (1895), Journal of Social Science, cité par Henry Bakis (1983) : Télécommunications (...)

14Quel rôle les TIC jouent-elles dans cette avancée périurbaine ? Les intuitions scientifiques leur conférant une place importante sont délivrées avec justesse. Henry Bakis relevait déjà danssathèsesoutenue en 1983, l’implication dutéléphonedans le desserrement des villes, citantKingsbury :«  Three new factors have been suddenly developed which promise to exert a powerful influence on the problems of city and country life. These are the trolley, the bicycle and the telephone. It is impossible to foresee at present just what their influence is or be on the... distribution of population ; but this much is certain, that it adds from five to fifteen miles to the radius of any large town »23(Bakis 1983). François Ascher considérait en 2002 que les TIC allaient accélérer le processus de périurbanisation : « …certains facteurs risquent de jouer fortement encore en faveur d’une périurbanisation. Le développement de la journée continue (favorisée en France par la loi sur la réduction du temps de travail, la flexibilité des horaires, les semaines de quatre jours) et l’usage des TIC risquent de donner un coup de pouce supplémentaire à l’urbanisation à " longue distance "» (Ascher 2002). Martin Vanier évoque en 2005 la possibilité d’apparition de « hubs socioculturels », et « d’hyperlieux identitaires connectés » contribuant à l’émancipation de ces espaces, notamment grâce aux TIC (Vanier 2005). Sur la base de trente entretiens semi-directifs auprès de ménages de 19 communes de Basse et de Haute-Normandie, notre étude sur le rôle que peuvent jouer les TIC dans les recompositions périurbaines en cours, montre que les TIC participent en douceur à une réorganisation des modes de vie périurbains (Vidal, Rouge 2011). Deux grandes dimensions ressortent des usages habitants : une valorisation de l’habitat pavillonnaire et une émancipation de ces espaces en quête d’affirmation. Finalement (et contrairement à ce qui est généralement dénoncé pour les campagnes fragiles), l’acteur public peut saisir cette assez forte appétence habitante pour aller au-delà de la problématique infrastructurelle et déployer des équipements (notamment les espaces de coworking), et des services numériques permettant de construire une ville plus durable.

Un accroissement du bien-être pavillonnaire …

15Les espaces périurbains dont l’émergence en France date des années 1970, se sont nourris des techniques modernes pour valider le désir des ménages dans leur quête d’accession à la propriété individuelle. Le processus de desserrement urbain a en effet pu s’opérer en France comme dans d’autres régions du monde d’abord par l’usage de la voiture, ensuite sous l’effet de la diffusion du téléphone fixe (Fischer, Carroll 1988). Mais ces techniques n’avaient pas vocation à rompre le schéma de dépendance vis-à-vis de la ville centre. Elles étaient au contraire des outils de reliance et de déconnection/reconnexion temporaire.

  • 24 Allant de la simple connexion internet sur l’unique ordinateur du foyer (consultation des comptes b (...)

16L’investissement grandissant des espaces périurbains par les « internautes habitants » (Duarte 2007) a entrainé de la part de ces derniers des stratégies équipementières et des niveaux d’appropriation différentiés. Bien que ces usages soient très disparates24, peu de ménages périurbains, parmi les trente enquêtés (Vidal, Rougé 2011), ont fait part d’un désintérêt ou d’une absence d’attentes vis-à-vis des TIC (contrairement aux situations évoquées dans le cadre des campagnes fragiles). Ces objets sont désormais perçus le plus souvent comme une condition du bien-être pavillonnaire périurbain. Ceci est particulièrement notable pour les ménages les plus récemment installés correspondant à une génération pour laquelle ces technologies se sont banalisées (Bakis, Vidal 2007) et complètement intégrées dans la quotidienneté. Ces derniers ont considéré la capacité du lieu à proposer un bon niveau de connectivité comme un critère décisif de l’installation.

17Cette appropriation numérique contribue à donner à l’habiter périurbain un surcroît d’intérêt, conférant à la maison périurbaine une plus grande valeur d’usage. Les TIC améliorent le confort de l’habitation en diversifiant ses fonctions et en préservant voire en décuplant « le bien-être pavillonnaire ». Les usages les plus fréquemment évoqués ne sont pas principalement liés comme on aurait pu s’y attendre à la question du télétravail. Certes, cette possibilité figure parmi la liste des usages potentiels, en particulier chez ceux qui ont rejoint ces espaces récemment (Ortar 2009). Mais d’autres pratiques, au premier rang desquelles le commerce électronique, les téléprocédures administratives, ou encore les sociabilités virtuelles (Facebook) s’intercalent de façon plus systématique dans les modes d’habiter périurbain. Les TIC s’invitent désormais dans la configuration décrite par Daniel Pinson et Sandra Thomann d’une maison périurbaine définie comme le centre d'un « système de lieux » (Pinson, Thomann 2002) : un « hub » (Hjorthol R., Gripsrud M., 2009) à partir duquel l’habitant fait l’expérience de toute une série de téléactivités.

…au service de l’affirmation du Tiers-espace

18La dépendance automobile (Dupuy 1999) semble donc s’amoindrir sous l’effet d’usages ciblés de l’internet, en particulier pour les déplacements personnels (e-commerce avec possibilité de livraison et e-administration). L’usage des TIC tend à diminuer ces contraintes lourdes pour les périurbains de plus en plus en demande de e-services. Ainsi que le souligne le CREDOC à l’échelle nationale : « Le nombre de personnes effectuant des démarches administratives et fiscales sur internet ne cesse d’augmenter : il a quasiment doublé en l’espace de cinq ans seulement, passant de 12 millions de personnes en 2005 à 23 millions en 2010 (22 % de la population il y a cinq ans, contre 43 % aujourd’hui) » (CREDOC, 2010).Ces mobilités virtuelles (Kellerman 2006) prennent en partie le relais des mobilités physiques, notamment dans les espaces transactionnels. C’est parce que certains déplacements dans la ville-mère ou les grands centres commerciaux s’avèrent moins indispensables (habillements, livres, musiques…) que les ménages périurbains peuvent s’en autoriser de nouveaux en direction de polarités secondaires que sont les bourgs et petites villes alentours. Les TIC (en particulier via les usages du e-commerce et de la e-administration) semblent donc pouvoir engendrer une forme de recomposition de la quotidienneté des ménages périurbains autour de leur domicile. Elles redonnent un ancrage territorial à des ménages qui témoignent d’une relation très volatile au territoire de résidence. Ainsi, les TIC apparaissent comme des outils de « moindre périurbanité » dans le sens où leurs usages permettraient de moins subir l’influence de la ville centre. En cela, elles se révèlent aussi comme des outils au service d’une plus grande maturation périurbaine contribuant à l’affirmation du « Tiers-espace ». C’est bien sur ce genre de services que l’impression d’éloignement et la dépendance automobile s’atténue, quitte à faire une plus large place désormais à la « dépendance informatique » (Dupuy 2011). Les TIC participent à leur mesure à engager un certain nombre de territoires périurbains dans un processus « d’épaississement territorial » (gros bourgs, petites villes, premières couronnes, périurbain aisé). Les mobilités se réalisent de plus en plus sur un périmètre de plus grande proximité. Les « déplacements obligés » ne sont désormais plus aussi nécessaires et les usagers de l’internet en milieu périurbain ont massivement recours à ce type de services dématérialisés. Les ménages y trouvent un moyen pratique de gérer leur propre temps et d’atténuer leur sentiment de dépendance à la ville centre. La relation à la centralité apparaît donc renouvelée grâce à une meilleure maîtrise des stratégies de mobilité par l’usage des TIC (Vidal 2009). Les mobilités ne disparaissent pas, mais certains trajets vers la ville-mère devenant inutiles, la tendance à la repolarisation vers les gros bourgs et les petites villes périurbaines environnantes peut ainsi s’opérer (et s’accentuer à mesure que l’offre en commerces et services s’affine). Les TIC renforcent en cela une maturation des espaces périurbains, un habité périurbain moins contraignant… un « épaississement territorial ».

Les acteurs publics en reconquête de maitrise foncière

  • 25 La loi n° 2010-788du 12 juillet 2010 dite Grenelle 2 renforce le code de l’urbanisme et introduit l (...)

19Ainsi, les TIC, bien qu’encore faiblement pensées par les acteurs publics périurbains, renferment un fort potentiel d’accompagnement des enjeux liés à la reconquête foncière d’un espace dont le modèle, jugé peu durable, est désormais fortement remis en question. Les enjeux peuvent se résumer à une volonté de penser un urbanisme périurbain à plus fort ancrage territorial autour de proximités réinventées. La maîtrise de l’étalement et la diminution des mobilités interurbaines sont les deux principaux objectifs à atteindre. Les TIC s’invitent parfois dans les propositions des collectivités périurbaines qui peuvent notamment mobiliser un socle législatif renouvelé. Ainsi, le « Grenelle 2 »25 appuie fortement l’introduction d’un volet aménagement numérique en convoquant l’article L.121.1 du code de l’urbanisme au sein des schémas de cohérence territoriale (SCOT), des plans locaux d'urbanisme (PLU) et les cartes communales (CC). Cette évolution de l’urbanisme règlementaire n’est qu’incitative et quand elle se traduit effectivement dans les documents officiels, c’est souvent autour de la question de la seule « montée en débit des territoires ». Toutefois, certaines mesures, notamment celles concernant le pré-équipement obligatoire des immeubles neufs en prise THD pourraient permettre aux acteurs locaux de canaliser leur urbanisation future. L’objectif de densification urbaine et de requalification des « dents creuses » pourrait trouver, dans les TIC un argument supplémentaire facilitant l’adhésion des nouveaux venus à de petits immeubles collectifs intelligents dans les interstices de la grille pavillonnaire existante.

  • 26 Le développement du télétravail dans la société numérique de demain, La Documentation française, Ce (...)
  • 27 Lire sur ce sujet le billet de Jean Pouly : « Cowork in my village », http://www.zevillage.net/2012 (...)

20D’autres initiatives reposant sur les TIC, déjà bien développées, semblent en passe de participer à un meilleur ancrage périurbain. La réinvention des télécentres des années 90 en espaces de coworking (Moriset 2011), centres de travail partagés souvent présents en secteurs périurbains est une des avancées notables dans cette quête de nouvelles proximités périurbaines depuis 2010. Le dispositif, plus convivial semble désormais pouvoir rencontrer son public et permet au télétravail de sortir d’une image peu attractive du travail à domicile confinant encore davantage les personnes dans leur chez-soi. Au contraire, le concept de coworking, fondé sur des valeurs d’entraide de partage des bureaux et des idées, renvoie à un équipement permettant de réaliser cet objectif de reliance sociale et de créer de nouvelles solidarités territoriales. Ces nouveaux espaces sont en phase avec l’évolution du marché de l’emploi s’adressant surtout à des travailleurs indépendants, mais aussi à des consultants en situation de mobilité professionnelle, à des travailleurs nomades (Le Marchand 2011), ou encore à des télétravailleurs salariés dans le cadre d’un accord préalable avec leurentreprise. Les secteurs périurbains offriraient les meilleures conditions d’une bonne appropriation : « dans les zones urbaines et périurbaines, on observe un réel besoin et des attentes fortes pour des espaces d’accueil de télétravailleurs »26. Les TIC longtemps perçues comme un instrument du repli sur soi sur le registre « bien vivre et travailler dans sa maison avec les NTIC » (Mathieu 2007) trouvent dans ce nouveau concept un surcroît de modernité en permettant l’ouverture de nouveaux espaces de sociabilité. Le site « Zevillage.net », créé en 2004 par Xavier de Mazenod recense aujourd’hui toute une série d’expériences de coworking, dont une bonne partie d’entre-elles se situe en milieu périurbain. L’espace « Coworking Charly » (figures 1 et 2), centre en construction dédié au télétravail d’un bourg périurbain de 4281 habitants situé au Sud-Ouest de Lyon27, en constitue un emblématique exemple.

Fig 1. Une publicité pour le prochain centre de coworking de Charly, petit village de 4281 habitants au Sud-ouest de Lyon

Fig 1. Une publicité pour le prochain centre de coworking de Charly, petit village de 4281 habitants au Sud-ouest de Lyon

http://www.zevillage.net/​2012/​04/​04/​cowork-in-my-village/​

Fig. 2 Le futur centre de coworking du Domaine Melchior Philibert à Charly.

Fig. 2 Le futur centre de coworking du Domaine Melchior Philibert à Charly.

Document de présentation réalisé par Coop Alternatives le 3 avril 2012 pour la visite du futur centre de cotravail du Domaine Melchior Philibert à Charly

21D’autres mesures davantage fondées sur la fourniture de bouquets de services de proximité (télémédecine, télé-enseignement, télésurveillance, auto-partage…) semblent pouvoir servir à la fois les aspirations des périurbains pour le pavillonnaire et les exigences de la ville durable. Ces services prennent progressivement leur place dans le paysage périurbain. La maison (domotique), la rue (éclairage public intelligent), la commune voire l’intercommunalité (tri sélectif intelligent, aire de co-voiturage) intègrent peu à peu des équipements numériques encore expérimentaux mais dont l’efficacité commence à être démontrée. Ainsi, la montée en débit des territoires périurbains peut se mettre au service de propositions autres que celle de la « télévision haut débit ». Désormais, les TIC constituent un atout additionnel à la localisation en périurbain et dopent l’attractivité de cet espace. Toutefois, elles créent par la même occasion des hiérarchies entre les territoires périurbains offrant des conditions numériques disparates, tant sur le plan des infrastructures, des équipements que des services et des contenus.

Les contenus numériques au service de la promotion des « nouvelles campagnes »

22Les « nouvelles campagnes » regroupent des territoires ruraux aux fonctions productives plus diversifiées, mobilisant notamment les ressources endogènes. Elles se présentent comme des espaces d’accueil temporaire où se développent en particulier les activités de loisir et de tourisme et peuvent, le cas échéant, enregistrer la venue de nouveaux arrivants (DATAR 2003).  Les communes correspondant à cette définition de la DATAR se situent donc pour l’essentiel à l’écart des dynamiques périurbaines et des problèmes environnementaux qu’elles supposent. Elles ne correspondent pas non plus aux campagnes fragiles dans la mesure où elles parviennent à construire une forme de recomposition de l’action collective en développant des capacités d’innovation fondées sur la valorisation des ressources locales. On peut leur attribuer le titre de « campagnes innovantes » lorsqu’elles mobilisent les TIC pour servir l’économie rurale en particulier dans le secteur de l’agritourisme. Ainsi, deux dimensions nous paraissent révélatrices de la place qu’occupent désormais les TIC dans les recompositions à l’œuvre au sein de ces espaces : un savoir-faire local grandissant dans la promotion sur le web du territoire au service du bouquet touristique (tourisme rural, tourisme vert, tourisme culturel aussi) et une capacité à s’appuyer sur ces nouveaux réseaux pour développer la vente directe des produits agricoles et artisanaux locaux.

L’Europe et les départements, principaux partenaires des politiques numériques des « nouvelles campagnes »

  • 28 Mediacteurs, Recueil d'expériences LEADER+ en France: Usages innovants des TIC en milieu rural, mai (...)

23L’Europe, notamment au travers des quatre générations de programmes d’initiative communautaire (LEADER I : 1991-1993, LEADER II : 1994-1999, LEADER+ : 2000-2006, et LEADER 2007-2013), constitue pour les « nouvelles campagnes » un partenaire traditionnel et privilégié des politiques de valorisation rurale et de développement territorial. Le secteur des TIC y a été souvent convoqué ainsi que le rappelle le document de synthèse portant sur les projets LEADER+ financés en France autour des usages innovants des TIC en milieu rural28. De plus en plus de « campagnes innovantes » saisissent le numérique comme une opportunité de développement endogène et parviennent désormais à s’organiser en réseau, en établissant des partenariats publics privés d’où elles tirent les financements et l’ingénierie de projet nécessaires. Le diagramme en radar (fig.3), prenant en compte 100 projets primés dans le cadre des « TrophésRuralitic » entre 2007 et 2012 montre la grande diversité des partenaires, même si les Conseils généraux restent ceux qui apportent le plus grand soutien, notamment dans les domaines de l’administration, de l’action économique, de l’emploi, de la culture, du patrimoine et du tourisme. Les projets eux-mêmes sont extrêmement divers : plateforme de travail collaboratif, gestion communale, services aux populations, gestion informatisée des cantines, télémédecine, formation à distance (…), l’inventivité des campagnes innovantes est grande. Mais deux familles de projet nous semblent plus particulièrement révélatrices de la façon dont les TIC s’insèrent désormais dans les processus de redynamisation de ces nouvelles campagnes. Il s’agit d’une part de la promotion des territoires ruraux sur les nouveaux réseaux électroniques permettant leur mise en tourisme, et d’autre part du développement du commerce électronique de proximité dans le cadre de la vente directe.

Fig. 3 Les trophées Ruralitic 2007-2012

Fig. 3 Les trophées Ruralitic 2007-2012

Livret des trophées, Ruralitic

Vidal Philippe

Une mise en tourisme des nouvelles campagnes grâce aux TIC

24Internet a constitué pour le tourisme un vecteur d’accélération important qui a bénéficié à l’ensemble du secteur. Le tourisme vert y a sans aucun doute gagné en visibilité. La notion de « tourisme rural intégré » (Saxena, Ilbery 2008) est mobilisée pour renvoyer à l’élaboration de réseaux d’acteurs locaux, pas obligatoirement publics, qui trouvent dans la promotion des traditions et des cultures locales, un vecteur de développement touristique. Cette promotion passe essentiellement par internet, dans le cadre de sites web et d’applications mobiles qui se professionnalisent en même temps qu’ils se normalisent autour de quelques labels de référence jouant parfois le rôle de centrales de réservation29. Le soutien des réseaux institutionnels locaux (à l’échelle régionale souvent) permet une gestion unifiée des offres touristiques éparpillées sur le territoire (Papa, Collet, Landel 2006). Ainsi, les chambres d’hôtes, les gîtes ruraux, les sites naturels à découvrir, se font connaître par internet et répondent aux nouvelles attentes du tourisme responsable. Malgré un niveau de connectivité souvent faible, cette mise en valeur des territoires ruraux ne possédant pas jusqu’alors de grande tradition touristique, démontre qu’une politique de contenus numériques offre des perspectives de développement territorial sans toutefois focaliser sur l’infrastructure. Les retombées en termes de modernisation équipementière du territoire ne sont d’ailleurs pas neutres. Les chambres d’hôtes se font connaître par internet et attirent par la même occasion des populations souvent urbaines désireuses de disposer d’un environnement numérique de qualité. Ainsi, de plus en plus d’offres font état d’une mise à disposition des réseaux wifi, d’ordinateurs dans les chambres, tandis que les propositions touristiques essaient de tirer parti des solutions ne nécessitant pas le support d’un réseau THD sur un territoire. L’internet mobile via les smart phones constitue désormais une cible privilégiée des prescripteurs. Ainsi, Smart@llier développé par le Conseil Général de l'Allier propose son application permettant d’accéder aux données touristiques du territoire (mise en ligne des circuits de randonnées pédestres, équestres, cyclables, des lieux de patrimoine, etc.). Au-delà de l’objectif de mise en tourisme, les promoteurs du projet annoncent que l’un des effets rebonds attendus sera de « créer du trafic et donc favoriser l’appétence des opérateurs sur le territoire de l’Allier »30. De même, l’application mobile de « Gîtes de France » permet de repérer près de 60 000 offres labellisées sur toute la France. Peu à peu, l’offre touristique des « nouvelles campagnes » se structure et apporte un complément important à une économie agricole, elle-même de plus en plus engagée dans le numérique.

Des plateformes de distribution mutualisées et distantes au service de la vente directe

  • 31 http://www.reseau-amap.org/
  • 32 Delfosse Claire, Bernard Cécile, “Vente directe et terroir”, Méditerranée, n°109/2007, pp.23-29.
  • 33 Laborde Aurèlie (dir), Analyse des sites aquitains de vente en ligne de produits agricoles, 24 p., (...)
  • 34 A. W. Gilg and M. Battershill, “To what extent can direct selling of farm produce offer a more envi (...)
  • 35 http://www.bastamag.net/article2323.html
  • 36 Les Actes de l’ARCEP, Janvier 2011, La montée en débit via l’accès à la sous-boucle locale de cuivr (...)

25Dans de nombreux espaces ruraux métropolitains cohabitent désormais plusieurs types de systèmes agricoles. Aux côtés de l’agro-industrie, existent des producteurs tournés vers des circuits de distribution courts ou de vente directe. Les Associations pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne (AMAP)31 constituent un bon exemple de cette paysannerie entrée en résistance (AMAP). Ce retour de l’agriculture traditionnelle est souvent lié à un retour à la terre de ménages néoruraux se lançant dans l’agritourisme (Volle 2008). Ainsi que l’on montré Delfosse et Bernard, Internet joue un rôle essentiel dans le développement de la vente directe et de la communication sur le terroir : « La vente directe par Internet se développe et les producteurs agricoles n’y sont ni insensibles, ni étrangers. Des sites dédiés à la vente de produits de terroir se multiplient ; les points de vente collectifs de la région Rhône-Alpes y pensent également ; des exploitations créent leur propre site. La présentation de l’exploitation et de son environnement sur internet sert à communiquer sur l’exploitation agricole, à susciter l’acte de vente directe, à restituer une forme de confiance.»32. Sur le web fleurissent désormais des plateformes de distribution des produits du terroir (Paysans.fr, Pôle d’Excellence Rurale Corbières Minervois, Réseau des Epiciers du Massif Central.com). Ces sites web sont le plus souvent hébergés en dehors du territoire qu’ils promeuvent, faute d’infrastructures (tant du point de vue de la connectivité locale que des serveurs) et de compétences suffisantes pour les localiser sur place. Ils s’adressent aux particuliers, locaux ou de passage, souhaitant disposer de produits alimentaires frais et éviter la grande distribution. L’observatoire « Agriculture et TIC »33 développé dans le cadre d’un projet de recherche cofinancé par l’Union Européenne (RAUDIN), explique que les consommateurs les plus enclins à utiliser ces circuits courts sont issus des ménages aisés, ayant plus de 50 ans, vivant en ville, se montrant méfiant envers les industries agroalimentaires et les messages de la grande distribution, soucieux de sa santé, de la qualité des produits, du respect de l’animal… Martin Battershill et Andrew W Gilg, co-auteurs de nombreux articles sur le sujet, ont d’ailleurs montré combien la vente directe des produits de la ferme, permise grâce à internet, pouvait permettre de générer une agriculture plus en phase avec les aspirations montantes des consommateurs : « The mostpowerfulpotential for change, however, is the recent introduction of e-commerce (‘etailing’), and especially the dramaticgrowth of the Internet. This provides for the first time a mechanism to match consumer demand, for say environmentally friendly produced food, with producers. Farmers who wish to offer such food can now easily set up a web-site and assess market demand from the number of ‘hits’. If there is sufficient demand they can expand their system or encourage neighbouring farmers to join them. »34Si l’agritourisme et la vente directe participent fortement au processus de re-territorialisation de l’agriculture (Rieutort 2009), l’internet en tant qu’outil de promotion et de commercialisation apparaît désormais comme une belle promesse pour ces nouvelles paysanneries entrées en résistance. Alors que près d’un agriculteur français sur cinq commercialise directement sa production35, s’acculturant par là même aux usages des nouveaux réseaux électroniques, l’heure est sans doute venue de relocaliser également les serveurs qui abritent ces services et de les connecter à la sous-boucle locale de cuivre dont la « montée en débit » s’avère encore possible36. Ceci aurait pour conséquence de contribuer encore davantage à l’équipement numérique du territoire, à réduire les incertitudes quant au potentiel d’adoption des habitants et des forces en présence, et permettre conséquemment une meilleure justification du déploiement de la fibre optique. Le principe conventionnaliste repose sur l’idée que la convention est « auto-renforçante » (Boyer, Orlean 1994) : les conventions conditionnent les choix des individus qui confirment en retour la pertinence de ladite convention et la renforce. Cette dynamique d’adoption « auto-renforçante » est donc ce qui valide l’hypothèse de la territorialisation de la « convention internet » qui ne sera réellement effective dans les « nouvelles campagnes » qu’à partir du moment où l’incertitude sera réduite encore davantage grâce à la relocalisation de toutes les activités numériques : les réseaux, les contenus et les services, et enfin les usages. Or, ainsi que le démontre Storper à propos de la géographie des conventions, les incertitudes se réduisent à mesure que les proximités et les concentrations se renforcent sur un territoire (Storper 1995).

Conclusion

  • 37 Sur l’articulation de ces deux grands courants, lire l’ouvrage d’Alain Loute  et son compte-rendu : (...)

26Les technologies de l’information et de la communication semblent en mesure d’accompagner, à des degrés divers, les réorganisations spatiales et socio-économiques en cours dans les territoires ruraux. Leur adoption appartient certainement au registre des théories conventionnalistes dans la mesure où celles-ci sont conditionnées par l’existence de toute une série d’accords tacites, de mécanismes collectifs d’usages, de dynamiques d’appropriation auto-renforçantes, l’ensemble baignant dans une incontestable incertitude technique, politique, économique et sociétale. Toutefois, cette « convention internet » semble devoir convenir à certains territoires plus qu’à d’autres. Ainsi, les « nouvelles campagnes » et les « espaces périurbains » montrent une assez forte réceptivité à la « convention Internet », par l’invention ou la réinvention d’équipements et de services en lien avec l’environnement de proximité (coworking, plateforme de distribution sur le web et de promotion touristique…). A l’inverse, les « campagnes fragiles » peinent à dépasser le constat d’une faible connectivité et se perdent souvent dans l’antienne de la fracture numérique. Dès lors, une question se pose. Quelles sont les raisons pour lesquelles la « convention internet » se renforce sur certains lieux et pas sur d’autres ? La variable économique ne nous semble pas suffisante. Le contre-exemple de l’internet mobile en Afrique, en dépit du niveau de pauvreté qui touche le continent, le démontre. Nous privilégions plutôt l’idée que cette « convention internet » serait en concurrence avec une ou plusieurs autres conventions qui empêcheraient l’adhésion à la nouvelle. Pour le cas des « campagnes fragiles », on peut penser que des conventions plus conservatrices, « statuquoïstes » limitent l’adhésion à la « convention internet ». A l’inverse, nous estimons que plusieurs conventions peuvent se conforter mutuellement. Ainsi, la « convention environnementaliste » se mettrait-elle au service de la « convention internet » dans les espaces périurbains en recherche de durabilité, tandis que dans les « nouvelles campagnes », la « convention de l’éco-responsabilité » agirait de même. La question de recherche posée dans cet article invite à analyser les modalités de validation d’une « convention internet » envisagée comme une clé de compréhension de la place du numérique dans les recompositions locales. En particulier, observer sa territorialisation nous semble être une proposition en mesure de produire des éléments de réponses supplémentaires à la question de la (re)production des normes et de leur traduction dans l’espace, apportant ainsi une couleur géographique à la sociologie et l’économie des conventions, voire même à la philosophie de l’action de Paul Ricoeur37.

Haut de page

Bibliographie

AKCA H., SAYILI M., ESENGUN K. (2007), “Challenge of rural people to reduce digital divide in the globalized world: Theory and practice”, Government Information Quarterly, vol. 24, n° 2, pp. 404-413.

ASCHER F. (2002), « Le transport à la demande : individualisation des mobilités urbaines et personnalisation des services publics », Annales des télécommunications, tome 57, n°3-4, « Usages émergents des TIC », sous la direction de Christian Licoppe, J de La Vega, Hermès Science Publications, pp. 277-288.

BAKIS H., (1983) : Télécommunications et organisation de l’espace, Thèse Doctorat d’Etat es Lettres et Sciences Humaine, Paris Panthéon Sorbonne.

BAKIS H., VIDAL P., (2007), « De la négation du territoire au géocyberespace : vers une  approche intégrée de la relation entre Espace et TIC » In : Brossaud C. & Reber B. (dir.), Humanités numériques Vol. 1, Nouvelles technologies cognitives et concepts des sciences humaines et sociales, pp. 101-117, Paris, Hermès Science.

BANDIAS S., RAM VEMURI S. (2005), “Telecommunications infrastructure facilitating sustainable development of rural and remote communities in Northern Australia”, Telecommunications Policy, vol. 29, n° 2-3, pp. 237-249.

BATIFOULIER P. (Ed.) (2001),Théorie des conventions, Ed. Economica, Paris, 328 p.

BATTERSHILL M., GILG A. W. (2000),“To what extent can direct selling of farm produce offer a more environmentally friendly type of farming? Some evidence from France », Journal of Environmental Management, n° 60, pp. 195-214.

BERGER A. (1994), « L’espace rural : les perspectives d’une recomposition », Revue d’Economie Méridionale », vol. 42, n° 165-166.

BERGER M. (2004), Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ?, Paris, CNRS Editions, Coll. Espaces et Milieux, 317 p.

BILLARD G., BRENNETOTA. (2009),« Le périurbain a-t-il mauvaise presse ? Analyse géoéthique du discours médiatique à propos de l’espace périurbain en France », Articulo - Journal of UrbanResearch, n° 5.
http://articulo.revues.org/1372

BOLTANSKI L., THEVENOT L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 483 p.

BOYER R., ORLEAN A. (1994), « Persistance et changement des conventions, deux modèles simples et quelques illustrations », In : Orlean A. (dir.), Analyse économique des conventions, Paris, PUF, pp. 219-247.

CAILLY L. (2007), « Capital spatial, stratégies résidentielles et processus d’individualisation », Annales de Géographie, n°654, pp. 669-687.

CARROLL J. M. (2005), “The Blacksburg Electronic Village: A Study in Community Computing”, In: Digital Cities III: Information Technologies for Social Capital: Cross-Cultural Perpectives. Lecture Notes in Computer Science, Berlin, Heidelberg,  Springer, pp. 43-65.

CHALAS Y. (2000), L’invention de la ville, Paris, Economica-Anthropos, 199 p.

CHARMES E. (2011), La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, PUF, 288p.

CORDOBES S., LAJARGE R., VANIER M. (2010), « Vers des périurbains assumés : Quelques pistes stratégiques pour de nouvelles régulations de la question périurbaine », Territoire 2040, Revue d’Etudes et de prospective, n°2, pp. 21-32.

COUTARD O., DUPUY G., FOL S. (2002), « La pauvreté périurbaine : dépendance locale ou dépendance automobile ? », Espaces et Sociétés, n° 108-109, p. 155-176.

CREDOC (2010), « La diffusion des technologies de l'information et de la communication dans la société française - Étude 2010 », Enquête « Conditions de vie et aspirations des français », n°269, 231 p.

DATAR (2003), Quelle France rurale pour 2020 ? Contribution à une nouvelle politique de développement rural durable, 64 p.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/034000553/0000.pdf

DANG NGUYEN G., GENTHON C. (2006), Les perspectives du secteur des TIC en Europe, Cahier de recherche, avril, numéro 4, pp.1-13.
http://www.marsouin.org/IMG/pdf/DangNguyen-Genthon_4-2006.pdf

DAVID O., JOUSSEAUME V. (Dir) (2007), Recomposition des espaces ruraux,Norois, n°202, 2007/1. http://norois.revues.org/160

DEBARBIEUX B. VANIER M. (dir.) (2002), Ces territorialités qui se dessinent, La Tour d’Aigues, Datar / L’Aube.

DELFOSSE C., BERNARD C. (2007), “Vente directe et terroir”, Méditerranée, n°109, pp. 23-29.

DESPIN L. (2000), « Conditions territoriales de l'appropriation des Techniques d'Information et de Communication au sein de la Communauté de communes de Saint-Laurent-de-Neste. / Propagation of IT uses and local awareness of IT in the rural district of Saint-Laurent-de-Neste (Hautes-Pyrénées) »,Géocarrefour, vol. 75, n° 1, pp. 63-70.

DIAZ ANDRADE A. E., URQUHART C. (2009), “The value of extended networks: Social capital in an ICT intervention in rural Peru”, Information Technology for Development, vol. 15, n° 2, pp. 108-132.

DONZELOT J. (2004), « La ville à trois vitesses : gentrification, relégation, péri-urbanisation », Esprit, mars-avril, n° 3-4, pp. 14-39.

DUARTE P. (2007), « Les espaces de sociabilité chez l’internaute habitant », Annales de la recherche urbaine, pp.103-109

DUPUY G. (1999),  La dépendance automobile, Symptômes, analyses, diagnostic, traitements, Paris, Anthropos-Economica, 160 p.

DUPUY G. (2011), « Fracture et dépendance : l’enfer des réseaux ? », Flux, 2011/1, n°83, pp.6-23.

DUPUY J.-P., EYMARD-DUVERNAY F., FAVEREAU O., ORLEAN A., SALAIS R., THEVENOT L. (1989), « Introduction », Revue économique, vol. 40, n° 2, 1989, pp. 141-146.

EVENO E. (2004), « Le paradigme territorial de la Société de l'Information », Netcom Networks and communication studies, vol. 18, n° 1-2, pp. 89-134.

EYMARD-DUVERNAY F. (1989), « L’économie des conventions », Revue économique, vol. 40, n° 2.

EYMARD-DUVERNAY F. (Dir) (2006), L'économie des conventions, méthodes et résultats, Paris, La découverte, 334 p.

FAUTRERO V., FERNANDEZ V., PUEL G. (2006), « Les technologies ‘alternatives’ d'accès au haut débit. L'expérimentation comme lieu de jeux d'acteurs », Réseaux, vol. 26/152, pp. 149-172.

FISCHER C.S., CARROLL G.R. (1988), “Telephone and automobile diffusion in the United States 1902-1937”, The American journal of sociology, n°93, pp. 1153-1178.

FOUGEROUSE C. (1996), Le renouveau rural, Dépendance ou autonomie, L’harmattan, 378 p.

GALLIANO D., ROUX P., SOULIE N. (2006), « Dynamique d’adoption des TIC et densité des espaces. Quelles spécificités pour les firmes rurales françaises ? », Economie rurale, n° 293, mai-juin, pp.4-19.

GILLIGAN R. (2005), “Questioning the ‘Rural’ Adoption and Use of ICTs”, In: L. Haddon & al., Everyday Innovators: Computer Supported Cooperative Work,Netherlands, Springer, pp. 155-167.

GOMEZ P.-Y. (1994), Qualité et théorie et des conventions, Paris, Economica, 282 p.

GREAMES S. (2005), “How well are Europe’s rural businesses connected to the digital economy?”, European Planning Study, vol.13, n°7, pp.1063-1081.

GRIPENBERG P., SKOGSEID I., BOTTO F., SILLI A., TUUNAINEN V. K. (2004), “Entering the European Information Society: Four rural development project”, The Information Society, vol. 20, no. 1, pp. 3-14.

HILAL M., BARCZAK A., TOURNEUX F.-P., SCHAEFFER Y., HOUDART M., CREMER-SCHULTE D. (2011), Typologie des campagnes françaises et des espaces à enjeux spécifiques, DATAR, Travaux en ligne n° 12.
http://www.territoires.gouv.fr/sites/default/files/TRAVAUX_en_L_12_22032012_bd.pdf

HJORTHOL R., GRIPSRUD M. (2009), « Home as a communication hub: the domestic use of ICT », Journal of Transport Geography, n° 17, pp. 115-123.

HOLLIFIELD A. C., DONNERMEYER J. F. (2003), “Creating demand: influencing information technology diffusion in rural communities”, Government Information Quarterly, vol. 20, n° 2, pp. 135-150.

JAILLET M.C. (2004), « L’espace périurbain. Un univers pour les couches moyennes », Esprit, n°303, mars-avril, pp.40-61.

JAILLET M.C., ROUGE L., THOUZELLIER C. (2006), « L’émergence de nouvelles figures de l’urbanité dans les modes de vie périurbains », In : M. Bonnet et P. Aubertel (dir.), La ville aux limites de la mobilité, Collection Sciences sociales et société, PUF, 316 p.

JOHNSON P., SIEBER R. (2011), “Motivations driving government adoption of the Geoweb”, GeoJournal, pp. 1-14.

JUHEM P. (1994) « Un nouveau paradigme sociologique ? A propos des modèles des économies de la grandeur de Luc Boltanski et Laurent Thévenot », Scalpel, vol. 1, pp 1-21.

KELLERMAN A. (2006), Personal mobility, Routledge, The Networked Cities Series, 208 p.

KITCHIN R., DODGE M. (2011), Code/Space Software and Everyday Life, MIT Press, 320 p.

LABRIANIDIS L., KALOGERESSIS T. (2006), “The digital divide in Europe’s rural enterprises”, European Planning Studies, vol. 14, n°1, pp.23-39.

LAEGRAN A.S. (2002), The petrol station and the Internet café: rural technospaces for youth, Journal of Rural Studies, Vol. 18, N° 2, pp. 157-168

LE ROCH I. (1993), « Les télécommunications en milieu rural », NETCOM, vol. 7, n°2, pp. 357-379.

LE MARCHAND A. (2011), Enclaves nomades – Habitat et travail mobiles, collection Terra, éditions du Croquant, 230 p.

LEVY J. (1999), Le tournant géographique, Paris, Belin, 400 p.

MARTYN W. (2007), “The digital vicious cycle: Links between social disadvantage and digital exclusion in rural areas”, Telecommunications Policy, vol. 31, n° 6-7, pp. 374-388.

MATHIEU N. (2007), « Le lien des agriculteurs aux lieux et aux autres habitants. Une évolution majeure à observer », Economie rurale, n° 300, Juillet-Aout, pp. 129-133.

MICHAILIDIS A., PARTALIDOU M., NASTIS S. A. et al. (2011), “Who goes online?Evidence of internet use patterns from rural Greece”, Telecommunications Policy, vol. 35, n° 4, pp. 333-343.

MORISET B. (2000), « Espaces ruraux et technologie de l'information », Revue Geocarrefour, vol. 75, n° 1.

MORISET B. (2011), Les télécentres dans les territoires ruraux français Essai d'évaluation, téléchargeable sur : http://discotec.univ-lyon3.fr, Note de recherche, 24 Mars 2011.

ORLEAN A. (2004), Analyse économique des conventions, 2e édition, Paris, PUF, Quadrige Manuels, 435 p.

ORLEAN A. (2006), Connaissance et finance : de l’hypothèse d’objectivité du futur à l’hypothèse conventionnelle, Working Paper.
http://www.parisschoolofeconomics.com/orleanandre/depot/publi/Knowledge0612.pdf

ORTAR N. (2009), « Entre choix de vie et gestion des contraintes : télétravailler à la campagne », Flux, vol. 4, n° 78, pp. 49-57.

PAPA F., COLLET L., LANDEL P.A. (2006), « TIC et développement durable : du maillage à la valorisation des territoires de montagne », Revue de géographie alpine, Tome 94, n°3. pp. 89-97.

PERONARD J.-P., JUST F. (2011), “User motivation for broadband: A rural Danish study”, Telecommunications Policy, vol. 35, n° 8, pp. 691-701.

PINSON D., THOMANN S. (2002), La maison en ses territoires. De la villa à la ville diffuse, Paris, L’harmattan, 191 p.

PRESTON P., CAWLEY A., METYKOVA M. (2007), “Broadband and rural areas in the EU: From technology to applications and use”, Telecommunications Policy, vol. 31, n° 6-7, pp. 389-400.

RAMIREZ R., RICHARDSON D. (2005), “Measuring the impact of telecommunication services on rural and remote communities”, Telecommunications policy, n° 29, pp. 297-319.

RIEUTORT L. (2009), « Dynamiques rurales françaises et re-territorialisation de l’agriculture », L’information géographique, 2009/1, vol. 73, pp. 30-48.

ROUGE L. (2007), « Inégale mobilité et urbanité par défaut des périurbains modestes toulousains », EspacesTemps.net, Textuel, 25 avril.

SALAIS R., STORPER M. (1993), « Les mondes de production. Enquête sur l'identité économique de la France », Paris, EHESS, 467 p.

SAXENA, G. AND ILBERY, B. (2008),Integrated rural tourism: a border case study,Annals of Tourism Research, n° 35, pp. 233-254

SPECHT M., SPERANDIO J.-C., DE LA GARZA C. (1999), L'utilisation réelle des objets techniques du quotidien par les personnes âgées, In: Réseaux, volume 17, n° 96, pp. 97-120.

STORPER M. (1995), « La géographie des conventions : proximité territoriale, interdépendances hors marché et développement économique », In :RalletA. et Torre A. (dir), Economie industrielle et Economie spatiale, Paris, Economica, pp.111-127.

STROVER S. (2001), Rural internet connectivity, Telecommunications Policy, vol. 25, n° 5, pp. 331-347

STROVER S. (2003), The prospects for broadband deployment in rural America, Government Information Quarterly, vol. 20, n° 2, pp. 95-106.

TAYLOR R., LEE H. (2005), “ Occupational therapists ‘ perception of usage of information and communication technology (ICT) in Western Australia and the association of availability of ICT on recruitment and retention of therapists working in rural areas”, Australian occupational therapy journal, n°52, pp. 51-56.

TOOKEY A., WHALLEY J., HOWICK S. (2006), “Broadband diffusion in remote and rural Scotland”,Telecommunications policy, n° 30, pp. 481-495.

VANIER M. (2005), « L'interterritorialité : des pistes pour hâter l'émancipation spatiale », In :Antheaume B., Giraut F. (ed.), Le territoire est mort : vive les territoires ! : unerefabrication au nom du développement, Paris, IRD, pp.317-337.

VANIER M. (2008), Le pouvoir des territoires, essai sur l'interterritorialité, Economica-Anthropos, 160 p.

VIDAL P. (2001), « Le rôle intégrateur des espaces multimédias entre pratique citoyenne et inscription territoriale », In : Retraite & Société, Technologie et vieillissement 3, n° 33, pp. 54-63.

VIDAL P. (2007), « La permanence d’une politique publique TIC : de Parthenay, ‘Ville numérisée’ à Parthenay ‘Ville numérique’, In : Vidal P. (dir.), NETCOM, European ICT spatial policies, “Does a politicaleuropeaninformation society model exist?”, vol. 21 (2007), n° 1-2, pp. 137-164.

VIDAL P. (2009), « La place des Technologies de l’information et de la communication dans la géographie des transports », chapitre 4, In : Brocard M., (ed), Questions de géographie des transports, Ellipses, collection transversales, pp. 85-106.

VIDAL P., ROUGE L. (2011), « Les espaces périurbains habités par le numérique ? Le cas de la Normandie », Éditions du Certu, août, 54 p.
http://www.certu-catalogue.fr/les-espaces-periurbains-habites-par-le-numerique.html

VOLLE A. (2006), « Agritourisme et productions biologiques dans les Alpes-de-Haute-Provence : indicateurs de la redynamisation des campagnes ? », Méditerranée, n°107, pp. 67-71.

ZIMMERMANN B. (2011), Compte-rendu de lecture : « La création sociale des normes, de la socio-économie des conventions à la philosophie de l’action de Paul Ricœur », A. Loute,Hildesheim/Zürich/New York, Georg OlmsVerlag, (2008), Sociologie du travail, n°53, pp. 430–431.

Haut de page

Notes

1 Nous empruntons l’expression « techniques du quotidien » et sa catégorisation à Specht Maryline, Sperandio Jean-Claude, de la Garza Cecilia. L'utilisation réelle des objets techniques du quotidien par les personnes âgées. In: Réseaux, 1999, volume 17 n°96. pp. 97-120.

2 A l’exception des nombreux ouvrages (et articles) portant sur les pays en développement, où les espaces ruraux demeurent très largement dédiés à l’agriculture et à la culture vivrière contrairement aux pays de l’OCDE où ils apparaissent davantage comme des espaces avec des fonctions mélangées, notamment des usages résidentiels et récréatifs pour les urbains.

3 Notons tout de même le numéro spécial de la revue Géocarrefour dirigé par Bruno Moriset « Espaces ruraux et technologie de l'information », vol. 75, n°1, 2000.

4 Johnson P., Sieber R. (2011), Motivations driving government adoption of the Geoweb, GeoJournal, pp. 1-14.

5 Eymard-Duvernay 1989, Salais, Storper 1993, Boyer, Orlean 1994, Juhem 1994, Gomez 1994, Orlean 1994, Storper 1995, Batifoulier 2001, Orlean 2004, Orlean 2006, Eymard-Duvernay 2006.

6 L’auteur remercie l’appui bibliographique de Sabrina Mommolin (documentaliste du CIRTAI) et celui de Margaux Le Maistre (étudiante de Master 1 Recherche en géographie et aménagement).

7 Tout en ayant bien conscience des limites de la comparaison, étant données les différences de structures et d’organisation des territoires dans chacun des pays.

8 « L’économie des conventions », Revue économique, vol. 40, n°2, 1989 ; L'économie des conventions, méthodes et résultats, Tome 1, François Eymard-Duvernay, La Découverte, 2006, 334 p.

9 Philippe Batifoulier (Ed.), Théorie des conventions, 2001, Ed. Economica, Paris, 328 p. ; André Orlean, Analyse économique des conventions, 2e édition, PUF 2004, Quadrige Manuels, 435 p.

10 Le chiffre d'affaire des fabricants de matériel de télécommunications a été divisé par 2 entre 2000 et 2002, passant de 120 à 60 milliards de dollars, in Godefroy Dang Nguyen, Christian Genthon, Les perspectives du secteur des TIC en Europe, Cahier de recherche, avril 2006, numéro 4, 2006.

11 André Orléan, Connaissance et finance : de l’hypothèse d’objectivité du futur à l’hypothèse conventionnelle, workingpaper, 2006. http://www.parisschoolofeconomics.com/orleanandre/depot/publi/Knowledge0612.pdf

12 La notion de « convention Internet » est en cours de formalisation et constitue l’objet central du volume original de mon Habilitation à Diriger des Recherches (HDR).

13 Le seuil statistique de moins de 30 habitants au Km² correspond aux espaces de faible densité qui reste constamment discuté, à fortiori si l’on se place à l’échelle européenne ou internationale.

14 http://www.altitudeinfrastructure.fr/index.php/actualites/collectivites/1erdeploiement-ftth-en-zone-rurale-pour-altitude-infrastructure.html

15 Michailidis A., Partalidou M., Nastis S. A., et al. (2011), Who goes online? Evidence of internet use patterns from rural Greece, Telecommunications Policy, vol. 35, n° 4, pp. 333-343.

16 Strover S. (2003), The prospects for broadband deployment in rural America, Government Information Quarterly, vol. 20, n° 2, pp. 95-106.

17 Hollifield A. C., Donnermeyer J. F. (2003), Creating demand: influencing information technology diffusion in rural communities, Government Information Quarterly, vol. 20, n° 2, pp. 135-150.

18 Martyn W. (2007), The digital vicious cycle: Links between social disadvantage and digital exclusion in rural areas, Telecommunications Policy, vol. 31, n° 6-7, pp. 374-388.

19 Les informations relatives à cette expérience ont été récupérées sur l’excellent blog scientifique de Jean-Pierre Jambes, Maître de Conférences en Aménagement à l’université de Pau. http://numericuss.com/2011/11/09/ftth-en-zone-rurale-un-bilan-du-projet-pilote-d%E2%80%99-aumont-aubrac/

20 Altitude infrastructure, « FTTH en zone rurale : bilan du projet pilote d’Aumont-Aubrac », communiqué de presse 08 novembre 2011.

21 Un des deux arguments de loi du 17 décembre 2009 relative à la lutte contre la fracture numérique (Loi Pintat) portait d’ailleurs sur la facilitation du passage vers la télévision numérique terrestre (TNT), ce qui montre à quel point ce média reste important dans les logiques de déploiement.

22 Preston P., Cawley A., Metykova M. (2007), Broadband and rural areas in the EU: From technology to applications and use, Telecommunications Policy, vol. 31, n° 6-7, pp. 389-400.

23 F.J. Kingsbury (1895), Journal of Social Science, cité par Henry Bakis (1983) : Télécommunications et organisation de l’espace, Thèse Doctorat d’Etat es Lettres et Sciences Humaine, Paris Panthéon Sorbonne, pp. 766-773.

24 Allant de la simple connexion internet sur l’unique ordinateur du foyer (consultation des comptes bancaires, préparation d’un voyage ou d’un déplacement, …) à uneindividualisation des ordinateurs portables bénéficiant d’un équipement wifi et permettant des applications beaucoup plus personnelles et sophistiquées (domotique, e-commerce, etc.).

25 La loi n° 2010-788du 12 juillet 2010 dite Grenelle 2 renforce le code de l’urbanisme et introduit le volet aménagement numérique.

26 Le développement du télétravail dans la société numérique de demain, La Documentation française, Centre d’Analyse Stratégique, Documentation française, novembre 2009, 151 pages

27 Lire sur ce sujet le billet de Jean Pouly : « Cowork in my village », http://www.zevillage.net/2012/04/04/cowork-in-my-village/

28 Mediacteurs, Recueil d'expériences LEADER+ en France: Usages innovants des TIC en milieu rural, mai 2006, 77 p.

29 http://www.atout-france.fr, http://www.fleursdesoleil.fr, http://www.bienvenue-a-la-ferme.com, http://www.accueil-paysan.com, http://www.gites-de-france.com, http:/www.france-passion.com, http://www.clevacances.com, http://www.rn2d.net/

30 Conseil Général de l.’Allier, plaquette de présentation du projet Smart@Allier, Ruralitic, les trophées de l’innovation territoriale. http://www.ruralitic.org

31 http://www.reseau-amap.org/

32 Delfosse Claire, Bernard Cécile, “Vente directe et terroir”, Méditerranée, n°109/2007, pp.23-29.

33 Laborde Aurèlie (dir), Analyse des sites aquitains de vente en ligne de produits agricoles, 24 p., juin 2010. http://raudin.u-bordeaux3.fr/oat/wp-content/uploads/Analyse-vente-en-ligne.pdf

34 A. W. Gilg and M. Battershill, “To what extent can direct selling of farm produce offer a more environmentally friendly type of farming? Some evidence from France”, Journal of Environmental Management, 2000, n°60, pp. 195-214.

35 http://www.bastamag.net/article2323.html

36 Les Actes de l’ARCEP, Janvier 2011, La montée en débit via l’accès à la sous-boucle locale de cuivre de France Télécom, 25 p. http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/recomm-montee-en-debit-240111.pdf

37 Sur l’articulation de ces deux grands courants, lire l’ouvrage d’Alain Loute  et son compte-rendu : "La création sociale des normes. De la socioéconomie des conventions à la philosophie de l’action de Paul Ricoeur, A. Loute. Georg OlmsVerlag, Hildesheim/Zürich/NewYork (2008), 321». Compte-rendu réalisé par Bénédicte Zimmermann dans la revue Sociologie du travail, n°53 (2011) 430–431.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1. Une publicité pour le prochain centre de coworking de Charly, petit village de 4281 habitants au Sud-ouest de Lyon
Crédits http://www.zevillage.net/​2012/​04/​04/​cowork-in-my-village/​
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/153/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 2 Le futur centre de coworking du Domaine Melchior Philibert à Charly.
Légende Document de présentation réalisé par Coop Alternatives le 3 avril 2012 pour la visite du futur centre de cotravail du Domaine Melchior Philibert à Charly
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/153/img-2.png
Fichier image/png, 626k
Titre Fig. 3 Les trophées Ruralitic 2007-2012
Légende Livret des trophées, Ruralitic
Crédits Vidal Philippe
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/153/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Vidal, « Territorialisation de la « convention internet » dans les espaces ruraux », Netcom, 25-3/4 | 2011, 137-164.

Référence électronique

Philippe Vidal, « Territorialisation de la « convention internet » dans les espaces ruraux », Netcom [En ligne], 25-3/4 | 2011, mis en ligne le 25 mars 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://netcom.revues.org/153 ; DOI : 10.4000/netcom.153

Haut de page

Auteur

Philippe Vidal

 

 

 

Maître de conférences en géographie et Aménagement –CNRS UMR n°6266, IDEES-CIRTAI, Université du Havre, 25 rue Philippe Lebon, 76086, Le Havre cedex – 02 32 74 41 70, philippe.vidal@univ-lehavre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org