Navigation – Plan du site

Participation citoyenne et lutte contre la corruption

L’influence nouvelle des médias sociaux en Chine
Citizen participation and fight against corruption: the new influence of social media in China
Ping Huang
p. 331-350

Résumés

Cet article analyse les mouvements citoyens chinois utilisant les médias sociaux numériques comme moyens d’action pour lutter contre la corruption, dans le contexte actuel où la société chinoise connaît une période de grandes transformations. Nous cherchons à identifier les facteurs et les processus de ces mouvements et leurs effets sur les rapports entre les gouvernements et la population, ainsi que sur les décisions des gouvernements. Bien que l’analyse des études de cas révèle le potentiel de ces réseaux numériques comme un outil efficace de mobilisation et participation citoyenne chinoise, ainsi qu’une amélioration sensible des interactions gouvernement/citoyens, nous soulignons les limites de ce cybermouvement compte tenu des facteurs politiques et des résistances internes provenant de groupes d’intérêts.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été publié et imprimé en octobre 2014.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous nous référons à la définition de Serge Proulx (2012). Selon lui, il s’agit de nouvelles pratiq (...)

1L’automne 2012 chinois a été marqué par deux événements qui joueront un rôle crucial dans l’évolution prochaine du pays. Le premier a été la vague de mobilisation citoyenne lancée sur les médias sociaux pour dénoncer la corruption des cadres de l’État. Les internautes ont réussi à mettre en place des actions sous forme de mouvement de pression politique afin de pousser les pouvoirs publics à revoir leurs décisions. Le deuxième a montré que le nouveau gouvernement, qui venait d’accéder au pouvoir lors du XVIIIe Congrès national du Parti communiste chinois (PCC), a lui-même pris conscience des défis provoqués par une corruption généralisée au sein du PCC, et s’est engagé à mener des réformes pour les corriger. La séquence de ces deux événements laisse entrevoir un modèle de réussite des mouvements sociaux chinois qui sont parvenus à influencer les décisions des autorités centrales, tandis que le gouvernement chinois a fait pour sa part, un geste d’ouverture à l’égard des revendications des citoyens et du contrôle d’Internet. Ces phénomènes sont relativement peu communs dans un pays comme la Chine qui a été longtemps critiquée pour son système politique qualifié d’autoritaire (modernisé) et élitiste et pour le contrôle strict qu’il exerce sur la toile. La question consiste à savoir si ce changement naissant est le signal d’un nouveau départ pour les rapports gouvernant/gouverné en Chine, ou bien si cette avancée de la participation citoyenne est le fait d’une subtile manipulation exercée par les autorités. Pour ce qui est du cyberactivisme1, même si Internet, depuis son arrivée dans le pays, a toujours été considéré par les autorités comme indispensable à la stabilité politique et sociale (à l’exception de son usage à des fins politiques par la population), comment expliquer maintenant l’ouverture du gouvernement chinois qui laisse présager une liberté inédite à l’égard des dispositifs de censure demeurés longtemps très sévères?

2C’est dans ce contexte que s’inscrit le propos principal de ce texte. L’objectif est de développer une analyse des mouvements citoyens chinois utilisant les médias sociaux comme moyens d’action pour lutter contre la corruption, dans le contexte actuel où la société chinoise connaît une période de grandes transformations. Nous chercherons à comprendre le rôle des médias sociaux dans la nouvelle composition des modèles d’actions citoyennes en Chine. Nous voulons également décrypter dans quelle mesure la cybermobilisation favorise la participation des citoyens à la vie démocratique, et quelles incidences elle a sur les rapports entre les gouvernements et la population, sur les décisions des gouvernements en matière de participation des populations à l’espace médiatique et aux décisions politiques, ainsi que sur le contrôle de la corruption?

3Cet article comporte cinq parties. Dans la première partie, nous exposerons la problématique et les conflits auxquels le gouvernement fait face afin de montrer la conjoncture dans laquelle émergent les mouvements citoyens. Dans la deuxième partie, nous présenterons le cadre théorique et conceptuel de notre recherche, articulée autour des liens entre les mobilisations citoyennes et les médias sociaux numériques. Dans la troisième partie, nous mettrons en lumière l’évolution et les caractéristiques des médias sociaux chinois. Dans la quatrième partie, à l’aide de deux cas d’anticorruption, nous montrerons comment des internautes chinois réagissent en dénonçant les cadres officiels corrompus et poussent les pouvoirs publics à prendre des mesures. Nous dégagerons le schéma des actions de cybermobilisation en Chine dans le but de conclure, à travers les réflexions soulevées par cette étude, sur les particularités du cybermouvement chinois.

Problématique : conflits et « nouveau régime »?

4L’évaluation conjoncturelle indique que la Chine est confrontée à une multitude de défis d’ordres sociaux, économiques et politiques, de niveaux à la fois nationaux, régionaux et internationaux : contradictions sociétales, crises de confiance, pollution environnementale, élargissement des inégalités de revenu, conflits territoriaux avec les pays voisins en particulier le Japon et, les Philippines dans une moindre mesure. À cet égard, la détérioration des problèmes sociaux internes, telles la corruption, la relation tendue entre les cadres du PCC et le peuple, ou encore entre les riches et les pauvres, ont engendré une véritable remise en cause des politiques du développement (Li, 2006 ; Liu, 2009).

5De par ses trente dernières années de réforme et d’ouverture, la Chine a connu une ascension fulgurante sur la scène internationale. S’il n’est pas question de contester les progrès réalisés sur les plans économiques et sociaux, il convient tout même de reconnaître que ce processus qui a permis à plus de cinq cents millions de personnes de sortir de l’extrême pauvreté (Banque Mondiale, 2010), a aussi créé des inégalités profondes qui divisent la société chinoise en différents groupes : riches et pauvres, cadres du gouvernement et citoyens, habitants urbains et ruraux, etc. La société chinoise est devenue très inégalitaire et fragmentée. Entre les 10 % de population aux plus hauts revenus et les 10 % aux plus bas revenus, l’écart est passé d’un facteur 7,3 en 1988 à 55 en 2012 (Wang, 2013). En 2013, le coefficient de Gini s’est élevé à 0,473 (Xinhua, 2014), dépassant le seuil d’alerte de 0,4 pour la dixième année consécutive. L’inégalité sociale a des impacts négatifs sur la stabilité du pays. À ce titre, il faut souligner que les relations entre les cadres du Parti communiste et le peuple sont très tendues (Wu, 2010), conséquence de la corruption et de la bureaucratie (Hu et Hu, 2007). Dans une recherche menée par deux universités chinoises en 2012 dans 31 provinces et municipalités, plus de 80 % des répondants considèrent la corruption de leaders et de cadres publics comme la cause la plus importante d’inégalité des revenus dans le pays (Fan et Yu, 2013). Cette situation a pour conséquence de créer un sentiment de rejet des citoyens à la fois vis-à-vis des cadres du Parti, du gouvernement et de la classe fortunée (Yu, 2013), rejet qui se traduit par une crise de confiance importante de la population envers les institutions publiques.

6Un tel contexte pourrait expliquer pourquoi le nouveau Président chinois, élu au XVIIIe Congrès national en novembre 2012, a lancé des alertes sur les crises et défis auxquels est confronté le Parti: « [il y a]de nombreux problèmes urgents qui doivent être résolus, notamment la corruption, la distance marquée avec le peuple, le formalisme et le bureaucratisme chez certains responsables du Parti […] Tout le Parti doit rester en état d’alerte » (Xinhua, 2012a). Aussitôt après la clôture du Congrès, le livre de l’historien français Alexis de Tocqueville L’ancien régime et la révolution est devenu populaire auprès des hauts responsables politiques, lecture recommandée par Wang Qishan— nouveau chef d’anticorruption (Commission centrale de contrôle de la discipline [CCCD] du PCC). Le gouvernement tente de faire passer le message aux cadres de l’État : la situation privilégiée naturelle des membres du Parti et la corruption pourraient provoquer de sanglantes révolutions ainsi que « l’effondrement du Parti et la chute de l’État » (Xinhua, 2012b).

7On comprend donc les efforts du gouvernement chinois pour séduire leur propre peuple. Les autorités centrales se montrent résolues à éradiquer les problèmes. Au commencement de notre étude, de novembre 2012 à janvier 2013, en trois mois seulement, onze dirigeants municipaux et chefs d’entreprises d’État ont été congédiés, une victoire due aux blogueurs chinois qui ont fait émerger une nouvelle forme d’actions citoyennes collectives par laquelle se développent des mobilisations massives et rapides pour révéler des affaires corrompues et les diffuser à l’échelle nationale. Ces mobilisations peuvent être vues comme l’élément déclencheur qui pousse le gouvernement central à lancer une vaste campagne de lutte contre la corruption. En 2013, la CCCD a annoncé avoir sanctionné plus de 180 000 fonctionnaires pour cause de violations disciplinaires du Parti et transféré plus de 9600 officiels publics aux organes judiciaires pour graves violations présumées de la loi (NPC, 2014). Jusqu’au mois de mai 2014, 26 responsables de niveau vice-ministériel ont été limogés en raison de soupçons de corruption, un résultat sans précédent dans l’histoire du pays.

Les médias numériques et mobilisation citoyenne, nouveaux enjeux, nouvelles opportunités

8L’évolution technologique que constituent les outils de l’Internet apporte de nouvelles opportunités au pays. Ces dispositifs permettent d’induire la réduction des contraintes spatiales, de relier les différentes cultures entre des espaces éloignés (Froment et Bakis, 2005), de faciliter l’intégration des immigrants dans le pays d’accueil (Raynaud, 2011), et d’offrir des opportunités aux citoyens pour leur participation à la vie démocratique (George, 2003). Par conséquent, la mainmise de pouvoirs publics et de mégacorporations sur l’accès à l’espace médiatique et sur les sources, les contenus et la diffusion d’information, aurait transformé les réseaux et les médias en instruments de domination et de pouvoir et aurait entraîné des menaces pour la démocratie et la liberté d’expression (Sénécal, 1999; Mcchesney, 2000; Musso, 2007). Cette asymétrie imposée par le « rédacteur » vers le « récepteur » explique l’émergence d’un mouvement porté par des acteurs qui refusent la logique de conception instrumentale et monopolistique de l’espace communicationnel et informationnel et proclament la nécessité de donner à tous de réels moyens de production et de diffusion d’information, non seulement aux larges masses, mais également aux minorités, aux marginaux, aux groupes déviants de toute nature. Pour y parvenir, ils proposent des voies alternatives dans lesquelles l’accès et l’appropriation de l’espace et des réseaux numériques sont à la fois le moyen d’action et la finalité (Cardon et Granjon, 2003).

9Des recherches démontrent que les outils d’Internet jouent un rôle dans le développement d’une information citoyenne et dans la conception des pratiques de mobilisations sociales, que ce soit pour améliorer les conditions de vie des gens pauvres, pour organiser des campagnes de justice sociale et des activités de réflexion collective ou pour appuyer des projets sociaux et culturels émancipateurs et rassembleurs (Boucher- Petrovic, 2008). L’évolution des technologies provoque le renouvellement du répertoire des actions collectives. Cardon (2010) souligne que les « réseaux de réseaux », tels Facebook, YouTube, etc. représentent une opportunité pour la démocratie et mènent à une nouvelle forme d’action collective dans la mesure où les coopérations « faibles » entre utilisateurs relèvent des formes inédites « de partage du savoir, de mobilisation collective et de critique sociale » (p. 8).

10La lutte pour un espace informationnel non marchand, accessible et démocratique n’est pas dissociée du contexte sociohistorique (George, 2001; Klein et Huang, 2014), ni du système politique (Drezner, 2010) dans lequel il prend place. L’analyse des structures des opportunités politiques met l’emphase sur le contexte politique et la capacité des gouvernements à s’ouvrir à la participation citoyenne et à répondre aux demandes des mouvements sociaux (Tarrow, 1994). Cela signifie qu’une mobilisation effective du mouvement destiné à apporter des transformations du tissu politique tient principalement à deux conditions : la première consiste à démocratiser les institutions et structures publiques pour qu’elles donnent une place à la société civile dans la production de l’information; la seconde réside dans la mise en place de conditions qui favorisent une « culture de la citoyenneté » (Keane, 1993).

11Les études sur les mouvements sociaux chinois indiquent que les facteurs comme l’intérêt commun et la mobilisation des ressources (publiques et privés) jouent un rôle déterminant dans le développement des mouvements (Hurst, 2008). En ce qui concerne le cyberactivisme en Chine, les débats mettent l’accent sur la nature et les enjeux politiques des manifestations citoyennes en ligne. Pour certains, l’utilisation d’Internet par des citoyens peut avoir un rôle de catalyseur dans l’évolution politique (Yang, 2009) de par le fait que les pratiques de publications des messages en ligne favorisent la naissance d’une nouvelle forme de discours civiques (Kluver, 2005). La liberté de ces pratiques est cependant toujours limitée et se traduit par un contrôle politique des gouvernements qui administrent la toile selon une logique de conservation de la stabilité intérieure et de développement économique (Zhao, 2007; Wu, 2007). À cet égard, Internet à lui seul ne permet pas de réaliser un changement démocratique en Chine. Il faut lui associer la capacité innovatrice des internautes dans l’utilisation des outils numériques. Les études récentes sur les cybermouvements en Chine illustrent un nouveau dynamisme de participation civique porté par les internautes qui ont su transformer les médias sociaux en plateforme de débat public et de protestation contre l’injustice sociale (Douay, 2011; Arsène, 2013). Ici, nous rejoignons les réflexions de Serge Proulx (2013) qui pose la « capacité d’indignation » comme principale compétence préalable des militants pour le développement de mouvements citoyens en ligne, à laquelle s’ajoutent les capacités de communication, de délibération, de proposition et d’innovation. Ainsi, notre hypothèse est qu’en intégrant de façon créative les médias sociaux dans leurs pratiques, les internautes inscrivent leurs actions dans une perspective de lutte collective contre la corruption, permettant de faire émerger des changements politiques et sociaux dans le pays.

Les médias sociaux dans son modèle chinois

12L’histoire des médias sociaux chinois remonte à 2003 lorsque le site web UUzone a vu le jour, inspiré de Friendster – le premier réseau d’amis(ou social) en ligne basé sur la technique de cercle de contacts et dont les brevets furent achetés par Facebook. Au mois de juin 2013, le pays comptait 401 millions de personnes qui disposaient d’un compte blogue/espace personnel, soit un tiers de la population (29 %). Le marché domestique se partage entre cinq principaux acteurs (McKinsey & Company, 2012) : Qzone, Sina Weibo, Renren, Tencent Weibo et Kaixin. Selon les statistiques, Qzone détiendrait 45 % du marché des médias sociaux chinois, contre 20 % pour Sina Weibo et Renren, 8 % pour Tencent Weibo, et 7 % pour Kaixin. Chacun présente des spécificités qui le distinguent des autres. Qzone est équivalent à un petit site personnel/blogue, avec des fonctionnalités comme la communication, la publication de journaux et d’albums photo, etc. Sina Weibo et Tencent Weibo offrent tous les deux des services de microblogging, mais le premier est plutôt connu pour héberger des abonnés célèbres. Les deux autres réseaux sociaux : Renren et Kaixin, sont des équivalents chinois de Facebook. Par rapport aux usagers de réseaux sociaux, les microbloggeurs ont plutôt tendance à s’intéresser aux sujets liés aux affaires publiques et aux actualités (DCCI, 2012). En somme, les objectifs d’utilisation des médias sociaux se concentrent à deux niveaux différents : médium de publication et réseau de socialisation. La présente étude se concentrera sur Weibo où le rôle de médium prend une place plus importante que celui de réseautage.

Weibo – un nouvel espace public citoyen

13En langue chinoise, Weibo signifie « microblogue ». Conçu comme alternative à Twitter, il se distingue de ce dernier par ses applications interactives, comme les messages privés, les commentaires (sans tweeter), les albums photo, etc. Il convient de rappeler que le corolaire de l’impressionnant essor des médias sociaux chinois est l’arrivée de Weibo, notamment Sina Weibo en août 2009. En l’espace de quatre ans seulement, la micro blogosphère chinoise comptait 330 millions d’inscrits (CNNIC, 2013). En termes des profils d’utilisateur, l’âge et le niveau d’éducation demeurent les deux principaux déterminants. Les personnes âgées de 19 à 40 ans représentaient 82,14 % de l’ensemble des microblogueurs (Figure 1).

Figure1. L’utilisation de Weibo selon l’âge en Chine

Figure1. L’utilisation de Weibo selon l’âge en Chine

Source : DCCI, 2012.

14L’entreprise Sina Weibo affirme qu’une majorité écrasante de ses utilisateurs a fait des études supérieures : 30 % d’étudiants universitaires et 46,8 % de cols blancs (Sina, 2012). Ces deux tranches d’utilisateurs, c’est-à-dire les « élites » ou « quasi-élites » de la société, possèdent quatre points communs : un niveau d’éducation élevé, une maîtrise des nouveaux outils de production d’information, un réseau social relativement large et une capacité d’auto-organisation relativement forte. Ces éléments soulèvent certains points intéressants du cybermouvement en Chine dans lequel les jeunes et les diplômés jouent un rôle d’acteurs décisifs quant à la structuration et la diffusion d’opinion publique.

15La micro blogosphère est vue comme un nouvel espace public non étatique qui offre aux citoyens un lieu d’expression, de publication, d’échange, d’interaction ou encore de contestation. Le Livre Bleu de la Mentalité Sociale publié par l’Académie des Sciences Sociales de Chine montre que les plateformes de Weibo représentent, pour les internautes chinois, à la fois la principale source d’information et le lieu privilégié d’expression de soi. Plus de 70 % d’utilisateurs déclarent se servir de Weibo comme premier canal d’information et le perçoivent comme une source fiable. Presque trois quarts des microblogueurs (74,3 %) affirment utiliser cet espace numérique pour exprimer des perceptions et sentiments personnels, devant le partage d’information et d’opinion (55,7 %), les loisirs (54 %), la recherche d’informations (47 %) et la communication avec des amis (41,6 %) (ASSC, 2011). Ces intentions d’usage révèlent des facteurs multiples, à la fois politiques, sociaux et culturels lesquels sont la conséquence de l’absence de liberté de la presse, de l’indignation envers l’augmentation incessante des inégalités et de la pauvreté, de la crise de confiance envers les institutions et officiers publics, des façons d’expression d’internautes chinois, etc.

La confrontation avec les médias traditionnels

16En Chine, les médias traditionnels, que ce soit les chaînes de télévision, les radios, les magazines, les journaux et les portails d’Internet, sont en effet les « médias officiels » dans la mesure où les autorités publiques demeurent l’organe « légitime » pour ce qui est de la production et de la diffusion d’information. Les citoyens, n’ayant qu’un rôle passif dans ce processus, acceptent d’être coupés du cercle de discussion des affaires publiques. Cela est dû, en quelque sorte, à la culture traditionnelle chinoise au cœur de laquelle se trouve l’éthique confucéenne qui met l’accent sur le respect de la hiérarchie sociale. Cependant, la recherche de transparence et de justice n’en est pas moins désirée par les citoyens chinois, particulièrement depuis l’arrivée des nouveaux dispositifs de communication notamment Weibo qui a les moyens de concurrencer les médias publics traditionnels.

17Contrairement aux médias traditionnels centralisés et unidirectionnels (top-down), les médias sociaux offrent un espace ouvert et interactif ainsi que des moyens de publication décentralisés et multidimensionnels aux personnes qui font partie de catégories négligées dans les processus de décision publique en leur permettant de devenir auteur/rapporteur/commentateur de l’information et de faire entendre leur voix. Chaque détenteur de microblogue a la possibilité de rédiger l’information et de la diffuser. Différentes stratégies créatives et efficaces ont été adoptées, au fil du temps, par les internautes pour contourner la censure, tels que les jeux de mots (l’utilisation des mots « permis » (homonymes) qui transportent un sens interdit) (Arsène, 2013), l’effet de masse, etc. L’espace Weibo est en effet devenu un outil de participation citoyenne, voire le berceau de l’opinion publique et le lieu de rassemblement de l’information citoyenne comme jamais un média ne l’avait été dans l’histoire de la Chine. Les internautes de différents statuts socioéconomiques et provenant de différentes parties du pays s’y retrouvent, partagent et relayent des informations dispersées, puis les réintègrent et retransmettent à travers le pays. Par le biais de Weibo, les voix des citoyens se diffusent à grande échelle et se transforment en actions collectives concrètes lesquelles ont permis d’instaurer des changements importants dans le pays, telle que la lutte contre la corruption.

L’anticorruption soutenue par les médias sociaux

18La dénonciation de la corruption à travers les médias sociaux des citoyens constitue une caractéristique spécifique des actions de lutte contre la corruption en Chine. Ce phénomène s’est traduit par des sentiments d’indignation des citoyens qui mettent en doute la capacité et la volonté des autorités à régler les problèmes d’injustice dans le pays. L’agence de presse du gouvernement Xinhua a mené une enquête sur la question « Par quels canaux êtes-vous le plus disposés à participer à la lutte contre la corruption? », 74,94 % des sondés ont répondu qu’ils préféraient exposer la corruption sur les réseaux (incluant les médias sociaux), 6,1 % ont estimé que les médias traditionnels pourraient faire le travail, et seulement 4,41 % des répondants ont affirmé qu’ils choisiraient le recours auprès des autorités publiques (Xinhua, 2012c).

19Pour comprendre les caractéristiques et la dynamique des actions citoyennes en ligne et leurs effets dans les transformations politiques et sociales du pays, nous avons choisi analyser deux études de cas qui, chacune, illustre de manières différentes les trajectoires de mobilisation citoyenne et l’intervention des gouvernements. La première porte sur le cas de « Frère Montres », un surnom donné par les internautes à Yang Dacai qui est un ancien cadre de rang départemental ayant été démis de ses fonctions 3 semaines après la révélation de faits diffusée par les médias sociaux. La seconde concerne l’affaire de Song Lin, ancien président de l’entreprise d’État China Resources ayant un statut de niveau vice-ministériel, et ayant été limogé 13 mois suite à une première dénonciation en ligne. Les questions qui se posent sont : comment expliquer une telle différence? Quels sont les facteurs garants d’un cybermouverment réussi en Chine?

Le cas de « Frère Montres »

20Weibo permet de créer de nouveaux espaces de communication qui sont à la fois dispersés et intégrés, et difficilement contrôlés pour les gouvernements. Par le biais de ce nouvel espace public, les internautes jouent sur l’effet de masse en transformant l’espace numérique en une plateforme puissante de dénonciation des faits de corruption. Le cas de « Frère Montres » en est un exemple typique.

21Le dimanche 26 août 2012 à 16h35, suite à un grave accident routier qui a couté la vie de 36 passagers, l’internaute @JadeCong a envoyé à travers son blogue une photo prise sur les lieux de la tragédie qui montrait une scène choquante : un officier affichait un grand sourire à côté du drame. Cette photo a provoqué la colère sur la toile et a été retransmise par des milliers des microblogueurs. Certains ont pris la parole, à leur façon :

« Vous n’avez peut-être pas besoin de pleurer. Mais vous devez avoir le respect des vies perdues ».

22Beaucoup d’autres ont simplement cliqué sur le bouton « Retweet ». La micro blogosphère chinoise s’est ainsi emparée du sujet. Pour comprendre à qui appartient ce sourire étrange, les blogueurs se sont ralliés pour lancer une enquête collective. Trois heures après, Bai xing da yu tian (peuple plus important que tout) a réussi à identifier le propriétaire de ce sourire : Yang Dacai, chef de la Sécurité du travail de la province de Shan Xi. À 22h29, Wei Zhuang a publié sur son blogue une photo de Yang qui portait une montre qui semblait être une Omega valant plus que 52 300 $ US. Heure par heure, l’affaire a continué de rebondir : lundi 27 août à 17h, on a appris par Diwu dadao shechipinwang (5lux.com) (La Cinquième Avenue produits de luxe) que cinq autres montres de luxes avaient été acquises par Yang, ce qui lui valu son surnom de Biaoge (Frère Montres). En chinois, « Biaoge » veut dire « cousin aîné », expression utilisée par des internautes pour dénoncer, d’une façon ironique, les liens entre le pouvoir de Yang et ses revenus douteux. Il est à noter que le caractère ludique est un trait marquant du mouvement d’indignation et de protestation des internautes chinois. Des homonymes ironiques ont été utilisés par des internautes non seulement pour manifester leur mécontentement à l’injustice sociale, mais aussi pour contourner la censure.

23La publication de ce lot de montres a suscité des interrogations chez les internautes : comment est-il possible qu’un dirigeant de ce niveau puisse disposer de moyens financiers suffisants pour se payer ces montres très coûteuses? Sous la pression, mercredi 29 août, Yang est venu sur son Weibo pour s’excuser de son sourire « inapproprié », « ces cinq montres dont la plus chère ne vaut que 5 761 $, ont été payées avec mes économies réalisées ces dix dernières années », affirmait-il. Cependant, il était loin de se douter qu’il est difficile de cacher la vérité à un gigantesque réseau d’internautes! Jeudi 30 août, contre-révélation : l’expert en montres Huazong diule jingubang l’a démenti en révélant que Yang possède encore cinq autres montres qui ont une valeur totale de plus de 32 930 $. Cette révélation a remis une nouvelle fois en question les sources de revenus douteuses de Yang. Les blogueurs ont continué à s’interroger sur ces anomalies et ont partagé des informations au niveau national pour atteindre un objectif : la justice. Ainsi que l’a dit un microblogueur :

« Mentir à Weibo? Vous prenez des risques. Ignorez-vous les 300 millions de soldats fantômes qui se cachent derrière? ».

24Les internautes se sont appropriés cet espace public pour exprimer leur mécontentement et lui donner de l’écho dans l’opinion publique. Les relais se sont construits à travers la toile pour tweeter et retweeter les derniers rebondissements. Il faut noter que cette course à la recherche de la vérité (interrogation, enquête et révélation) a créé des échos chez des médias traditionnels – des journaux, télévisions, radio, notamment les médias officiels. Ces derniers, dès la mise en ligne de la première photo de Yang, ont maintenu une interaction constante avec les Weibos des citoyens, soit pour citer des extraits des messages, soit pour s’y référer dans leurs investigations. Par exemple, le jour même du 27 août, pendant que la micro blogosphère a enregistré une trentaine de milliers de messages en lien avec l’affaire de « Frère Montres », la presse publique a publié un peu plus de trois cents articles. Leur nombre a grimpé à plus de huit cents le 29 août. L’implication des médias publics traditionnels a permis d’étendre la portée des contestations citoyennes et a enfin conduit les autorités locales à mettre fin aux fonctions de Yang le 21 septembre 2012, seulement trois semaines après le début de l’affaire.

Song Lin et China Resources

25Song Lin est l’ancien président de China Resources (Huaru2), un conglomérat public qui a été à l’origine fondé à Hong Kong en 1938 avec la mission de lever des fonds et d’acheter de fournitures et des équipements pour l’Armée populaire de libération. Aujourd’hui, le groupe dispose d’un siège social dans la métropole financière et reste la18e plus grande entreprise d’État du pays, placé directement sous le contrôle de la Commission de supervision et d’administration des biens publics (CSABP) relevant du Conseil des Affaires d’État. Présent dans les secteurs de la distribution, de l’énergie, de l’immobilier, du ciment, du gaz et de la finance, China Resources occupe le 187e rang des entreprises mondiales les plus riches, selon le classement du Fortune 500 en 2013.

26Le 17 avril 2014, sur son site web officiel, la Commission centrale de contrôle de la discipline a annoncé avoir lancé une enquête sur Song Lin, suspecté d’avoir commis une grave violation des disciplines et de la loi, annonce qui a créé une énorme onde de choc. Or il y avait des mois que dans une course à la dénonciation/contre-dénonciation lancée sur la toile, plusieurs tentatives avaient été faites pour solliciter une intervention des responsables du gouvernement. Pourtant, cette décision n’est intervenue que 13 mois après l’apparition des premières révélations.

27La première dénonciation publique concernant les soupçons de corruption à propos de Song remonte au 18 mars 2013. Li Jianjun, ancien journaliste au Chengdu Business, a publié une lettre publique sur des sites d’Internet, soulevant des interrogations liées aux acquisitions de trois mines de charbon situées dans la province du Shanxi, par China Ressource Power dont Song était président de l’époque. Li soupçonnait que les 2 milliards de dollars (12,3 milliards RMB) déboursés pour ce rachat étaient surpayés. Car, selon lui, ces mines ne valaient que quelques millions de dollars. Cette lettre intitulée « 12, 3 milliards – une acquisition hors de prix, Huarun doit une explication aux actionnaires et au peuple » n’a pas fait beaucoup de vague sur le web, à part une enquête avancée menée par un autre journaliste — Li Xudong, dans l’édition de Zhongguo jingyingbao (China Business) du 25 mars 2013.

28La réaction de China Ressource a eu lieu deux jours après, mais provenait d’un groupe de petits actionnaires qui interrogeaient la direction sur l’état des acquisitions. L’entreprise a répondu mais refusé de divulguer les détails.

  • 3 Le gouvernement a adopté une nouvelle loi en décembre 2012 qui oblige les internautes à fournir leu (...)

29Ces faibles résultats ont poussé Li Jianju à se lancer sur Weibo, sous la forme d’une « dénonciation avec vrai nom3 ». Il a fallu attendre le mois de juillet pour que les médias sociaux fassent écho de l’affaire. Un message concernant l’affaire de Song posté le 17 juillet par Wang Wenzhi, correspondant en chef de Jingji cankaobao (Economic Information, parrainé par l’agence de presse de l’État Xinhua), a provoqué un tollé. Des milliers de microblogueurs ont relayé cette information. Quelques heures plus tard, un communiqué a été publié sur le site web de China Ressource, qualifiant les accusations « des fabrications ». Dans la foulée, l’organe superviseur central de l’entrepriseCSABP est intervenu (48 heures après la dénonciation de Wang), et a promis de mener une enquête. Cependant, ce souffle journalistique n’a pas duré très longtemps. Le 25 juillet, contre toute attente, Song est apparu à la cérémonie de la CSABP pour recevoir le prix « Entreprise performante », un message vu de l’extérieur comme une sortie de crise pour Song.

30Alors que tout le monde croyait l’affaire enterrée, un coup de théâtre a lieu le 15 avril 2014. Wang Wenzhi s’est exprimé à nouveau sur Weibo, adressant à la CCCD de nouveaux éléments sur les supposées irrégularités de Song. Ces rebondissements ont mené non seulement à une nouvelle tentative de Song pour se disculper de toutes les accusations, mais surtout à l’intervention de la CCCD dans les 48 heures.

31Ces deux études de cas illustrent les spécificités du mouvement citoyen chinois, mouvement en pleine évolution. La massification de l’utilisation de Weibo contribue à enrichir l’appareil de participation à disposition des citoyens, en leur offrant la possibilité de faire entendre leurs voix, d’échanger de façon plus directe avec les pouvoirs publics et de s’engager dans la recherche de solutions aux problèmes auxquels la société chinoise fait face. Les internautes, avec les médias sociaux numériques comme moyen d’action, se voient attribuer un rôle important dans les processus de prise de décisions publiques. De leur côté, les autorités se montrent réceptives aux besoins exprimés par les citoyens et s’en servent comme sources d’interventions. Ces interventions sont toutefois différentes d’un clan à un autre, tels que le montrent les enquêtes sur le cas de « Frère montres » et sur celui de Song Lin.

32Les différences entre ces deux enquêtes résident dans les degrés et les formes d’influence entre la personne dénoncée et les dénonciateurs. L’importance de l’entreprise d’État et les liens forts présumés entre Song et les autres responsables du parti PCC pesaient sur les dénonciateurs qui cherchaient à rendre visibles leurs messages et à avoir une influence sur les autorités. La victoire a été possible en grande partie grâce à l’intervention du journaliste Wang Wenzhi, en d’autres mots, grâce à la crédibilité acquise par sa position de correspondant en chef d’une agence de presse du gouvernement, lui permettant d’apporter des preuves nouvelles, mais cruciales sur les irrégularités commises par Song et d’influencer l’opinion publique et les décisions politiques. « Sa (Wang) position a poussé le processus de dénonciation au sommet », dit –il Li Jianjun.

Le modèle de cybermobilisation

33L’analyse des mouvements anticorruption en Chine nous a permis d’élaborer un schéma de repérage des actions de mobilisation citoyenne soutenue par les médias sociaux (Figure 2). Ce schéma comprend quatre étapes. La première correspond au lancement d’interrogations et d’indignations par les internautes, devant les faits de corruption, d’inégalités, d’injustice sociale, etc. C’est une prise de conscience, voire une prise en charge des enjeux collectifs. L’information postée peut être sous forme de texte, de photos ou de vidéos. La deuxième étape est la fermentation du mouvement. Les mouvements populaires inorganisés et spontanés sont efficaces lorsqu’ils parviennent à mobiliser un nombre important de participants pour obtenir un effet de masse. Cette capacité de mobilisation est cruciale pour la réussite du mouvement ainsi qu’un sujet susceptible de générer de la capacité d’indignation chez les internautes. Si les deux cas étudiés ont réussi, de différentes manières, à créer une résonance auprès d’une masse critique de gens mécontents en les incitant à participer aux débats publics, c’est notamment parce que la corruption se trouve au centre de grands dossiers de fond qui intéressent la population. Les mobilisations se nourrissent des frustrations et des mécontentements de la société. Un autre facteur déterminant à souligner est le rôle des blogueurs ayant un réseau important de « followers » (blogueurs influents, journalistes, etc.). Il est reconnu qu’au sein de la micro blogosphère, ces influenceurs d’opinions jouent un rôle décisif dans l’ampleur de la diffusion d’information. D’autres stratégies à déployer peuvent également être considérées, tels que l’envoi groupé, les mesures pour contourner la censure, etc. La troisième étape correspond à l’entrée en scène des médias traditionnels (publics et privés) permettant d’accélérer la propagation de l’information et de renforcer l’influence du mouvement au niveau national. L’interaction entre les médias citoyens numériques et les médias traditionnels est alors complémentaire. Dans le contexte médiatique chinois, l’implication des médias de l’État est déterminante pour l’influence et la portée du mouvement, et notamment, pour la prise en charge du problème par le gouvernement central. La quatrième étape est l’intervention des gouvernements qui se réfèrent aux sources médiatiques formelles et informelles pour ses enquêtes et ses décisions.

Figure 2. Le schéma de mobilisation citoyenne dans les médias sociaux en Chine

Figure 2. Le schéma de mobilisation citoyenne dans les médias sociaux en Chine

Source : réalisé par Ping Huang.

Conclusion

34En guise de conclusion, nous cherchons à établir dans quelle mesure la cybermobilisation chinoise permet de faire émerger des changements politiques et sociaux dans le pays. L’analyse fait apparaître des résultats mitigés. Il est évident que la Chine assiste à l’émergence d’un modèle de participation citoyenne s’appuyant sur les médias sociaux numériques. En mettant en lumière les questions liées à l’injustice sociale, les blogueurs ont réussi à induire des changements importants dans le domaine de la lutte contre la corruption : bouleversement de la structure autoritaire de l’espace public traditionnel, mise sous pression des dirigeants politiques ou des bureaucraties en les poussant à changer de comportements, etc. Les autorités accordent progressivement une place importante à la « Weibo-gouvernance » laquelle entraîne une amélioration sensible des interactions gouvernement/citoyens.

35Il importe également de souligner les limites des cybermouvements en Chine. Quand bien même les autorités semblent déterminées à corriger la crise de confiance des populations envers les institutions et les cadres publics, cette détermination reste bien fragile quand elle fait face aux résistances internes provenant du pouvoir. Le cas de Song Lin nous renseigne aussi sur les contradictions du pouvoir concernant ce combat. Le mouvement citoyen est situé au cœur d’un jeu complexe qui se construit entre trois groupes d’acteurs, à savoir : une nouvelle génération de dirigeants réformateurs, des groupes d’intérêts désirant préserver leurs avantages établis et des citoyens réclamant la justice. Chacun de ces groupes agit à son niveau pour façonner les changements et les réformes institutionnelles et politiques du pays. Les dirigeants considèrent la corruption comme une des principales menaces pour l’avenir du Parti et du pays et laissent entrevoir une réelle volonté d’attribuer une « légitimité » au Weibo (Internet) en tant qu’outil de participation citoyenne dans la lutte contre la corruption. Dans la direction opposée, les groupes d’intérêts qui ont des liens plus ou moins étroits avec les irrégularités cherchent à influencer, voire modifier les décisions des gouvernements afin de protéger leurs intérêts. Cela a pour effet d’affaiblir les actions entreprises par les gouvernements et de limiter les impacts du cybermouvement, comme en témoigne l’évolution difficile du dialogue entre les citoyens et les autorités centrales pour que ces dernières prennent des sanctions contre les actes de corruptions de Song Lin.

36Aux contraintes générées par le combat de pouvoir, s’ajoute le contrôle imposé par les gouvernements sur le Web. Le désir des internautes pour une libre circulation de l’information dans les réseaux numériques est loin d’être comblé. Ces constats nous poussent à continuer notre recherche sur l’évolution du cybermouvement en Chine. Il s’agira entre autres d’examiner en profondeur les différentes relations de pouvoir entre les trois groupes d’acteurs décrits dessus, la diversité et l’intensité des interactions entre les mobilisations citoyennes et les autorités, ainsi que les changements institutionnels et les réformes politiques qui pourraient, à leur tour, modifier considérablement les modèles des mouvements sociaux.

Haut de page

Bibliographie

ARSÈNE, S. (2013), Internet et politique en Chine. Les contours normatifs de la contestation, Paris, Karthala.

BOUCHER-PETROVIC, N. (2008), « La société de l’information ‘appropriée’ par l’éducation populaire : une tradition en question », tic&société, 2 (2), p.103- 128.

CARDON, D. et GRANJON, F. (2003), « Les mobilisations informationnelles dans le mouvement altermondialiste », colloque Les mobilisations altermondialistes, Paris, 3-5 décembre 2003.

CARDON, D. (2010), La démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Seuil.

DOUAY, N. (2011), « Urbanisme et cyber-citoyens chinois, la contestation 2.0 s’organise », Perspectives chinoises, vol. 1, p.86-88.

DREZNER, D. (2010), « Weighing the scales: The Internet’s effect on state-society relations », Brown Journal of World Affairs, 16(2), p.31-44.

FAN, M. et YU, Y.W. (eds.) (2013), Shouru fenpei xingwei yu zhengce (traduction: Income Distribution Behavior and Policy), Beijing, Shehui kexue wenxian chuban she (traduction: Social Sciences Academic Press).

FROMENT, B. et BAKIS, H. (2005), « Migrations, télécommunications et lien social : de nouveaux rapports aux territoires ? L’exemple de la communauté réunionnais », Annales de Géographie, n°645, p.564-574.

GEORGE, É. (2003). « Internet au service de la démocratie ? ». In TREMBLAY, G et MATTELART, A. (dir.), 2001 bogues : globalisme et pluralisme. Tome IV : Communication, démocratie et globalisation, p. 122-135. Québec : Presses de lUniversité Laval.

GEORGE, É. (2001), L’utilisation de l’Internet comme mode de participation à l’espace public dans le cadre de l’AMI et au sein d’ATTAC : vers un renouveau de la démocratie à l’ère de l’omnimarchandisation du monde? Thèse pour le doctorat de communication/science de l’information et de la communication, Université du Québec à Montréal/École Normale Supérieure de Lettres et sciences humaines (Lyon).

HU, L.H. et HU, A.G. (2007) « Pinfu chaju shi ruhe yingxiang shehui wending de ? » (traduction: Comment la disparité riche-pauvre influence la stabilité sociale?), Jiangxi Shehuixue (traduction : Jiangxi Social Science), vol. 9, p.142-151.

HURST, W. (2008), « Mass Frames and Worker Protest », in O’BRIEN, K. (ed.), Popular Protest in China, p.71-87. Cambridge, Harvard University Press.

KEANE, J. (1993), The Media and Democracy, Cambridge, Polity press.

KLEIN, J.-L. et HUANG, P, (2014), « La lutte contre l’exclusion numérique et la revitalisation des collectivités locales : une étude de cas à Pointe-Saint-Charles à Montréal », Nouvelles pratiques sociales, 26(1), p.84-101.

KLUVER, R. (2005), « US and Chinese policy expectations of the Internet », China Information, 19, p.299–324.

LI, J.P. (2006), « Zhongguo shehui liyi jiegou bianqian de tedian » (traductionCharacter of Change of Society Benefit Structure in China), Beijing xingzheng xueyuan xuebao traduction Journal of Beijing administrative college), vol. 1, p.1-4.

LIU, J.C. (2009), « Zhuanxingqi de shehui qunti liyi maodun he xietiao jezhi jianshe » (traduction : Les contradictions de groupes d’intérêts sociaux et la construction de mécanismes de coordination dans la période de transition), Sheke zongheng (traduction : Social Sciences Review), vol. 24 (8), p.9-10.

McCHESNEY, R. W. (2000), « Les Géants des médias, une menace pour la démocratie », in CHOMSKY, N. et McCHESNEY, R. W. (eds.), Propagande, Médias et Démocratie, Montréal, Écosociété.

MUSSO, P. (2007), « Pour une critique du "capitalisme informationnel" », Nouvelles FondationS, n°6.

PROULX, S. (2013), « La puissance d’agir des citoyens à l’ère numérique : cyberactivisme et nouvelles formes d’expression politique en ligne », in NAJAR, S. (dir.), Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, p.29-40, Pairs, Karthala.

RAYNAUD, J. (2011), « Nouveau territoires et nouvelles identités culturelles : revue des études sur la diaspora chinoise à l’ère d’Internet », NETCOM, vol. 25 (2011), n° 1-2, pp. 47-62,
http://www.netcom-journal.com/volumes/articlesV251/Netcom47-62.pdf

SÉNÉCAL, M. (1999), « La part réduite de l’appropriation collective : vers un déficit démocratique de l’espace médiatique? », in PROULX, S. et VITALIS, A. (dir.), Vers une citoyenneté simulée. Médias, réseaux et mondialisation, Rennes, Apogée.

SPLICHAL, S. et WASKO, J. (1993), Communication and Democracy, New Jersey, Ablex Norwood.

SUN, Y.F. et ZHAO, D. X. (2008), « State–Society Relations and Environmental Campaigns », in O’BRIEN, K. (ed.), Popular Protest in China, p.144-162, Cambridge, Harvard University Press.

TARROW, S. (1994), Power in Movement: Social Movements, Collective Action and Politics, Cambridge, Cambridge University Press.

WANG, X. L. (2010), « Huise shouru yu guomin shouru fenpei » (traduction : Les revenus gris et la distribution des revenus en Chine), Bijiao (traduction : Comparatives studies), 2010(3).

WU, ZH.M. (2010) « Zhongguo xianjieduan shehui maodun tezheng fenxi » (traduction- Une analyse des caractéristiques de contradictions sociales en Chine aujourd’hui), Jiaoxue Yu Yanjiu (traduction : Enseignement et recherche), 10 (3), p.5-11.

YANG, G.B. (2009), The Power of the Internet in China: Citizen Activism Online, New York, Columbia University Press.

YU, SH. H. (2013), Zhongguoren de choufu yu chouguan (traductinon : L’hostilité du peuple chinois aux riches et aux officiers), huanqiu.com, 23 août 2013, en ligne : http://opinion.huanqiu.com/opinion_china/2013-08/4277413.html, consulté le 23 août 2013).

Sources documentaires :

Académie des Sciences Sociales de Chine (ASSC) (2011), Shehui xintai lanpishu (traduction: Livre Bleu de la Mentalité Sociale).

Banque Mondiale, (2010), Les taux d’extrême pauvreté continuent de baisser.

China Internet Network Information Center (CNNIC) (2013), Zhongguo hulianwangluo fazhan zhuangkuang tongji baogao (traduction : China Internet Development Statistics Report).

Data Center of China Internet (DCCI) (2012), Zhongguo weibo lanpishe (traduction: Blue Book of China Weibo).

McKinsey & Company (2012), China’s social-media boom.

The National People’s Congress (NPC) of the People’s Republic of China, (NPC, 2014), « 2014 Fanfu, mengyao quke » (traduction: 2014 anti-corruption, strong medicine for severe illness), 31 mars 2014, en ligne: http://www.npc.gov.cn/npc/zgrdzz/2014-03/31/content_1858200.htm, consulté avril 2014.

Sina (2012), Sina Weibo user data analysis report.

Xinhua.com, (2014), « 2013 Nian quanguo jinixishu wei 0.473, dadao jinshinian zuidi » (traduction: 2013 national Gini coefficient is 0.473, the lowest in recent ten years), 20 janvier 2014, en ligne: http://www.js.xinhuanet.com/2014-01/20/c_119045665.htm, consulté janvier 2014.

Xinhua.com, (2012a), « Xijinping: Zihao er bu ziman, juebu tangzai guoqu de gonglaobu shang» (traduction : Xi Jinping: proud but not complacent and never rest on our laurels), 15 novembre, 2012, en ligne: http://news.xinhuanet.com/politics/2012-11/15/c_123957818.htm, consulté janvier 2013.

Xinhua.com, (2012b), « Shibada baogao: Fanfubai shi yige guanxidao zhongguo gongchandang shengcun de dawenti » (traduction : XVIII National Congress report: Anti-corruption is a big problem related to the survival of the Chinese Communist Party), 08 novembre 2012, en ligne: http://news.xinhuanet.com/politics/2012-11/08/c_123967818.htm, consulté janvier 2013.

Xinhua.com, (2012c), « Ni zui yuanyi yong shenme qudao canyu fanfu? » (traduction : Par quels canaux êtes-vous le plus disposés à participer à la lutte contre la corruption?), en ligne : http://forum.home.news.cn/vote_dc.jsp?voteid=10686, consulté janvier 2013.

Haut de page

Notes

1 Nous nous référons à la définition de Serge Proulx (2012). Selon lui, il s’agit de nouvelles pratiques de militants qui s’outillent avec des dispositifs techniques leur permettant de réinventer de nouvelles formes de l’agir politique.

2 http://www.crc.com.hk/eng2012/About/About/

3 Le gouvernement a adopté une nouvelle loi en décembre 2012 qui oblige les internautes à fournir leurs vraies identités aux fournisseurs de services que ce soit pour s’abonner aux services de télécoms ou pour poster des informations en ligne. Cependant, les internautes peuvent toujours utiliser leurs pseudonymes pour publier des informations sur Internet. La CCCD, l’organe anticorruption du PCC, cherche à encourager le « reel name reporting » et promet de leur donner un traitement prioritaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1. L’utilisation de Weibo selon l’âge en Chine
Crédits Source : DCCI, 2012.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 2. Le schéma de mobilisation citoyenne dans les médias sociaux en Chine
Crédits Source : réalisé par Ping Huang.
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ping Huang, « Participation citoyenne et lutte contre la corruption », Netcom, 27-3/4 | 2013, 331-350.

Référence électronique

Ping Huang, « Participation citoyenne et lutte contre la corruption », Netcom [En ligne], 27-3/4 | 2013, mis en ligne le 16 février 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://netcom.revues.org/1460 ; DOI : 10.4000/netcom.1460

Haut de page

Auteur

Ping Huang

Ping Huang est chercheure postdoctorale au Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation, Université du Québec à Montréal (UQAM). Coordonnées : ping.huang.ph@gmail.com, Faculté de science politique et de droit, Université du Québec à Montréal, C.P. 8888, Suc. Centre-Ville, Montréal, Qc.-H3C3P8- Canada.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org