Navigation – Plan du site
Appel à textes clos

Les TIC en Inde

Appel à proposition pour NETCOM (numéro prévu fin 2009)
Clarisse Didelon et Blandine Ripert

Pendant de longues décennies l’Inde était peu ou prou absente dans les médias du monde occidental. Elle y occupe depuis quelques années une place de choix, notamment lorsque sont évoqués ses avancées dans le domaine des TIC qui contrastent avec l’image d’un pays « sous-développé » qui lui est souvent associée. De fait, à partir des années 1990 et de l’ouverture de son économie, l’Inde a su transformer un réseau de télécommunication obsolète, défaillant et limité. Elle l’a modernisé et l’a rendu plus accessible. L’émergence d’opérateurs privés dans le secteur de la téléphonie mobile et d’Internet a largement contribué à cette évolution. La densification du réseau dans les villes, sa diffusion dans les campagnes ont participé à la diversification des pratiques de télécommunication. Le secteur du logiciel contribue aussi à dynamiser l’économie indienne et un grand nombre d’informaticiens anglophones sont formés chaque année dans les instituts indiens. Ces succès ont été bien relayés par la presse, nationale et internationale, en exagérant parfois leur portée et en ne retenant que les projets les plus spectaculaires, sans toujours attendre de pouvoir en évaluer les impacts réels. Cet engouement est certes révélateur d’un contexte mondial d’euphorie autour de la bulle Internet, même s’il a perduré en Inde au-delà de son éclatement.

Dresser un état des lieux aujourd’hui permettrait de prendre la réelle mesure de ce que les TIC ont transformé en Inde. C’est ce que ce numéro spécial de NETCOM sur l’Inde se propose de faire en rassemblant des contributions d’auteurs francophones et anglophones dont les recherches pourraient aborder les thèmes suivants :

  • L’Inde a récemment fondé ses espoirs de développement économique sur l’industrie du logiciel, les centres d’appels et la gestion délocalisée d’entreprises occidentales. Mais a-t-elle les moyens de devenir plus qu’un sous-traitant des pays riches, qui viennent y chercher une main d’œuvre bon marché ? L’élévation du niveau de rémunération des informaticiens indiens ne pourrait-elle pas remettre en cause l’avantage concurrentiel dont elle jouissait jusqu’à présent ? Et peut elle compter sur le secteur des TIC pour former un tissu économique viable sur lequel pourrait s’appuyer des activités durables ?

  • Que deviennent les cohortes d’informaticiens indiens qui émigrent dans les pays riches (États-Unis, Canada, Australie, Allemagne) à la recherche de meilleurs salaires et de meilleures opportunités de carrière ? Quels liens conservent-ils avec leur pays natal ? Quels sont les réseaux qui se tissent à l’étranger et quel rôle ceux-ci peuvent-ils avoir sur le développement du secteur des TIC en Inde ?

  • Où en sont les projets qui faisaient la une de la presse occidentale sur les villages ruraux les plus reculés connectés à Internet ? Sur les pêcheurs du Kerala à la pointe de la technologie ? Où sont les « ordinateurs du pauvre » dont il a souvent été question ? Ces projets sont-ils des phantasmes de la « science action », des stratégies d’opérateurs de télécommunication ou ont-ils donné naissance à de nouvelles pratiques ? Certains ont-ils eu un impact avéré, et lequel, et ont-ils contribué à modifier ce qui a été appelé “la fracture numérique”, tant au point de vue social que spatial ?

  • Quels ont été les rythmes et les formes spatiales de la diffusion des différents réseaux techniques (téléphone fixe, mobile, Internet, haut débit, etc…). Quelles sont le cas échéant les recompositions spatiales que l’on peut imputer à la diffusion des ces réseaux à l’échelle du pays ? Comment les TIC et les industries liées contribuent-elles à la recomposition du tissu urbain ? Quelles sont les nouvelles pratiques de télécommunication et comment interviennent-elles dans la gestion de la distance ?

  • Quel est le degré de l’engagement de l’État fédéral, des États fédérés et des différents niveaux administratifs indiens dans la régulation du marché, dans la diffusion des infrastructures techniques ou dans les applications et les usages ? Quelles sont les politiques publiques mises en places aux différents niveaux et sont-elles complémentaires, concurrentes, contradictoires ? Les effets sont-ils aujourd’hui perceptibles ?

  • Les pratiques qui ont émergé dans les différents segments de la société indienne sont-elles des pratiques classiques, observables dans des milieux socio-économiques similaires d’autres pays du monde ? Ou bien est-ce que certains membres de la population mettent en place un usage original des TIC ?

Ces propositions ne sont pas exhaustives et d’autres thèmes peuvent être proposés s’ils entrent dans le cadre des TIC en Inde. Les articles soumis à évaluation devront être en anglais ou en français et suivre les recommandations faites aux auteurs sur le site de la revue NETCOM.

  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org