Navigation – Plan du site
Compte-rendu

Réseaux, trajectoires et ressources de mobilités

Compte rendu de la thèse de Sabrina Marchandise : « Territoires éphémères ? Les réseaux sociaux des étudiants marocains en mobilité internationale »
Jean-Baptiste Meyer
p. 264-268

Texte intégral

  • 1 Marchandise Sabrina (2013), Territoires éphémères. Les réseaux sociaux des étudiants marocains en m (...)

1La thèse de Sabrina Marchandise1 consiste à « démontrer en quoi et comment les mobilités… » participent de la création territoriale, « dans des temps courts » en soulevant trois hypothèses : celles de ressources de mobilité différenciées utilisées par les acteurs (ici étudiants), de réseaux élargis et interconnectés à travers ces mobilités provisoires, et de la territorialisation de ces réseaux.

2La problématique est géographique mais le cadre théorique et méthodologique convoque volontiers d’autres disciplines : tout d’abord la sociologie des réseaux et des graphes ainsi que les sciences de l’information et de la communication. C’est la combinaison de l’analyse des réseaux et des trajectoires et ressources de mobilités qui met en évidence un territoire relationnel. Cette esquisse faite en introduction soulève immédiatement l’interrogation : qu’est-ce qui est éphémère : le territoire ou les réseaux qui le constituent ?

  • 2 Geneviève Cortès, rapport de soutenance.

3L’idée est que les réseaux participent du processus de territorialisation. Celle-ci peut être éphémère ou durable : la temporalité n’est pas déterminante pour faire lieu. Il n’y a guère, en effet, opposition mais combinaison entre réseau et territoire. La thèse contribue, de fait, au débat qui anime la géographie depuis plusieurs années autour de la dialectique réseau-territoire2.

4Devant cet enjeu conceptuel, une méthodologie innovante a été mise en place. Il s’agissait de croiser la migration internationale et les réseaux sociaux en vue de comprendre les relations de l’Internet et des TIC avec l’émergence et le fonctionnement des réseaux de relations.

Cette recherche combine deux sujets intimement liés, certes, mais qui mobilisent des terrains différents :

  • d’une part l’espace « réel » (deux pays : la France, le Maroc ; mais aussi deux agglomérations : Montpellier et Lille)

    • 3 Henry Bakis, rapport de soutenance.

    d’autre part, un terrain numérique (celui de l’Internet, de Facebook, du « web social », bref, des « réseaux sociaux » selon l’appellation commune). A ce terrain nouveau, une méthodologie nouvelle était nécessaire. Pour cette analyse, l’auteur a réalisé des graphes très instructifs (des comptes Facebook) fournissant un outil digne d’intérêt et une méthodologie qui fera école dans l’étude d’une géographie des sociabilités en général, et plus encore dans l’étude des sociabilités numériques3.

5Le défi pluridisciplinaire tient en la nécessaire articulation du cadre théorique autour de plusieurs champs disciplinaires. L’auteur cherche à démontrer comment ces mobilités étudiantes internationales ont une inscription territoriale, créant de la territorialisation via des réseaux sociaux. Le cadre théorique, la problématique aussi bien que la méthodologie, sont géographiques (il en résulte une thèse contribuant autant à la géographie des migrations, qu’à la géographie des réseaux de télécommunications). Cette recherche dépasse cependant cette seule discipline car l’analyse des réseaux sociaux et des outils TIC utilisés renvoient l’auteur à la sociologie (théorie des réseaux sociaux, théorie des graphes, sociologie des migrations), aux sciences de l’information-communication, etc. Des relations ont été tissées avec le Projet ANR e-Diasporas Atlas dont l’objet consiste à analyser et visualiser la dynamique des systèmes migratoires et ses évolutions sur le web4.

  • 5 Henry Bakis, rapport de soutenance.

6Une base de données issue des réseaux Facebook a pu être construite s’intéressant à 150 groupes, relatifs aux étudiants marocains (179 de Montpellier ; 556 de Lille ; 401 de l’association des Marocains des grandes écoles à Lille). Cela a permis d’instruire les hypothèses posées par l’auteur : « Qui connaît qui ? Avec quelles connaissances communes ? Selon quelles temporalités de construction des réseaux ? Quels sont les liens que l’on qualifie de forts ou de faibles ? Et comment se concrétisent ces liens (recherche d’un logement, d’un job, informations lors de l’arrivée, partage de soirées, etc.) ?  L’analyse de ces réseaux a mis en évidence les liens entre les individus, les « centralités » au sein du groupe ainsi que la visualisation de sous-groupes5.

  • 6 William Berthomière, rapport de soutenance.

7En ce sens, la troisième partie contient le cœur de l’innovation méthodologique. L’ensemble de cette démarche passe ici par toutes les étapes nécessaires à la démonstration qui vise à un renouvellement de l’approche des mobilités en géographie, par un couplage de la notion de réseaux sociaux à une lecture des usages des nouvelles technologies par les étudiants en mobilité internationale. L’objectif n’est donc pas mince car il se donne comme but ultime de permettre une revalorisation de l’espace dans l’analyse du social6.

8Sabrina Marchandise s’appuie sur un travail de terrain minutieux et qui comprend deux composantes principales: une approche ethnographique, nourrie d’entretiens et d’observations en situation, et ensuite un recueil de corpus, basé sur la collecte des traces d’interaction d’un groupe d’étudiants marocains sur la plateforme sociale Facebook. Ce corpus cartographié, qui se présente sous forme de graphes, sert en premier lieu à une analyse topologique d’un réseau égocentré et ensuite de base à une autre série d’entretiens de confrontation aux traces (pour qualifier les liens, l’espace associé etc.) Un peu plus tard, dans une démarche de recherche habituelle (partir des interactions simples à celles plus complexes), elle travaille sur les données agrégées et pose la question sur la mobilité des étudiants marocains par l’approche du collectif sur le web social.

  • 7 Dana Diminescu, rapport de soutenance.

9Par conséquent, sur le plan méthodologique, deux types de données sont mobilisées puis reliées ensuite à la mobilité et à l’espace : les récits fournis par les entretiens (analyse de discours) et les données issues du web, les traces de l’interaction sur la toile, de la connectivité entre les acteurs qui s’activent sur la plateforme Facebook (analyse de l’activité). Ainsi sont reconstituées les trajectoires migratoires des étudiants marocains à partir de deux types de cartographies superposées, qui correspondent à ces deux types de données et, en définitive, à deux pratiques de savoir habituellement dissociées. Cette méthode hybride permet, d’une part, une visualisation « nue » des réseaux, proche de la théorie de l’acteur-réseau et de l’école de pensée de Bruno Latour et, d’autre part, à travers les entretiens, d’une visualisation « habillée » des réseaux, car via l’interview, les nœuds, les agrégats, les conducteurs entre les nœuds, sont qualifiés. Cette dernière méthode s’inscrit plutôt dans l’approche de l’école traditionnelle de la sociologie des réseaux, celle défendue aujourd’hui en France notamment par le groupe de chercheurs autour de Michel Grossetti7.

  • 8 William Berthomière, rapport de soutenance.

10La quatrième partie capitalise sur ces développements. L’objectif est de « saisir la portée territoriale de ces dynamiques sociales selon l’hypothèse d’une territorialisation des réseaux sociaux » L’écriture passe d’une dimension diachronique, où les éléments d’analyse se sont succédé dans la partition doctorale, à une dimension synchronique visant à l’harmonie du social et du spatial. Il s’agit ainsi d’accorder social et spatial tout en maîtrisant des méthodes de recherche totalement nouvelles et des terrains de recherche inédits (l’espace Facebook). La difficulté interprétative est alors perceptible dans le choix de certains qualificatifs. En premier lieu, dans le choix du groupe nominal qui forme le titre de la thèse : « Territoires éphémères ». Que faut-il penser de cette épithète, quelle est donc la nature de la qualité conférée à ce nom, à ce mot « territoire » qui fait concept en géographie ? Le caractère éphémère suggère des rapports à l’espace qui ne durent qu’un jour comme l’indique son étymologie, ce jour étant le temps des études ; et que si c’est donc la nature provisoire de la mobilité qui conduit à ce qualificatif, le primat de la temporalité des mobilités serait donc une condition restrictive et par exemple, l’expatriation ou des formes d’émigration à long terme… ne permettraient pas de mettre au jour des territoires éphémères ou bien alors toute forme est éphémère ? Pour souligner toute la richesse des questions que soulève la thèse et la difficulté qu’amène la qualification des rapports à l’espace définis par la nature de ce nouveau terrain de recherche, il est suggéré de revenir sur le qualificatif « provisoire » accolé à mobilité. En effet, si la mobilité est provisoire car elle prépare à quelque chose de plus définitif, pourquoi devrait-elle avoir pour conséquence de générer des territoires sans lendemain ?8

  • 9 Guy Di Meo (1998), Géographie sociale et territoires, Editions Nathan, Paris, 320 p.
  • 10 Claude Raffestin (1982), « remarques sur les notions d’espace, de territoire et de territorialité » (...)
  • 11 Thomas Lacroix, rapport de soutenance.

11Cette thèse est une véritable recherche scientifique qui s’inscrit pleinement dans les débats contemporains de la géographie. En premier lieu, elle illustre un parti pris répandu dans la littérature géographique française en faveur du concept de territoire. Ce concept n’est quasiment pas utilisé par les géographes anglo-saxons. Sabrina Marchandise définit le territoire, à la suite d’auteurs comme Di Meo (p. 336), comme de l’espace plus des pratiques, plus des représentations9. Or, cette définition correspond à ce que Leibniz entend par espace, à savoir la résultante d’une mise en relation signifiante d’objets. En ce sens, les réseaux des étudiants marocains dessinent un espace et non un territoire, un espace à la fois vécu, pratiqué et perçu. Bien entendu, toute territorialisation implique une spatialisation. Les deux processus sont étroitement intriqués, mais pour qu’un espace devienne territoire, il faut, en plus, de l’appropriation par le groupe10. Du point de vue de la mobilité, il ne suffit pas de circuler pour produire du territoire, il faut l’arpenter, c’est à dire en prendre la mesure, en prendre conscience et faire prendre acte de cette appropriation. Or, dans ses propres travaux sur la migration de travail marocaine, il n’a pas pu mettre à jour cette conscience territoriale et la thèse ne démontre pas sa présence parmi les étudiants marocains. Une telle utilisation du mot « territoire » ne tend-t-elle pas, alors, à occulter les processus d’appropriation et de ce fait à vider le concept de son épaisseur politique ? Peut-être une géographie relationnelle devrait-elle se fonder plus sur une conception leibnizienne de l’espace que sur le concept de territoire...11

  • 12 Id.

12Le second parti pris adopté par Sabrina Marchandise - là encore, à la suite de tout un pan de la géographie française- est celui de la mobilité, qui éclipse le concept de migration. Pourtant, le travail montre sans cesse que la mobilité à elle seule ne peut caractériser le mode d’existence de ces étudiants marocains: leur vie est aussi faite de fixation, de constitutions de « plots » et ancrages, bref d’immobilité. La mise en espace des étudiants est faite de l’agencement des mobilités et de l’immobilité. Et c’est les deux termes de ce processus qu’il faut tenir ensemble : les ressources de la mobilité sont aussi celle de l’installation. Là encore, une géographie relationnelle ne peut se fonder uniquement sur la notion de mobilité et devrait recourir aussi notamment à celle de migration12.

13Enfin, pour creuser la question du caractère éphémère des territoires, une piste d’analyse celle de la temporalité des réseaux, qui reste problématique: en premier lieu, la (télé) présence dans sa forme télé, le hic et nunc, le « ici et maintenant », cette présence perpétuelle assurée par les TIC, fait que dans un environnement connecté les réseaux sociaux peuvent à cet effet demeurer. Ce qui devient paradoxal est que si « le maintenant », l’immédiat et le simultané, le spontané de la co-présence, semblent bien un fait assuré  (une communication sur la toile pour une taille virtuellement infinie demande un temps d’accès de l’ordre d’une déci-seconde, voir une seconde), le « ici » reste problématique. La formule des Sherry Turkel « alone together » - …rend bien compte de ce paradoxe. La distance reste toujours dans le tableau.

14Dans un deuxième plan, celui du temps de cycle de vie, ce ne sont pas seulement les individus qui se déplacent : les réseaux, eux aussi, se déplacent et se reforment dans une totalité partielle, d’une plateforme sociale à une autre  (voir par exemple le passage de Facebook vers Linkedin au seuil de la vie professionnelle).

  • 13 Torsten Hägerstrand (1970) « What about people in regional science ? », Papers of the regional scie (...)

Egalement, pour complexifier le tableau sur la temporalité des réseaux, une collecte complémentaire des données décrivant certaines pratiques quotidiennes et indexant les lieux et les moments de leurs occurrences selon un protocole de « time géographie » (Hägerstrand 1970), est une perspective de recherche à envisager dans l’avenir13.

  • 14 Dana Diminescu, rapport de soutenance.

15Enfin, la nature du web elle-même et la question de la durée et de l’effacement des documents web, de leur migration d’un format à un autre, ainsi que de leur stockage, peuvent nourrir également la réflexion sur l’éphémère14.

  • 15 Avec cette thèse, « l’analyse des réseaux affinitaires (Facebook) dispose d’une référence. Elle ouv (...)

16En définitive, la thèse de Sabrina Marchandise ouvre par son titre audacieux « territoires éphémères » des perspectives originales. Elles restent, cependant, plus matière à débat qu’apport conceptuel stable. En revanche, l’innovation méthodologique dont elle fait état peut être reprise telle quelle et mérite dès à présent d’être investie pour des développements significatifs15.

Haut de page

Notes

1 Marchandise Sabrina (2013), Territoires éphémères. Les réseaux sociaux des étudiants marocains en mobilité internationale, 452 p. Soutenance le 3 décembre. Co-direction  Geneviève Cortès et Henry Bakis. Autres membres du Jury : William Berthomière (Rapporteur, directeur de recherche CNRS, Université de Poitiers), Dana Diminescu (Enseignant-chercheur, Télécom ParisTech), Thomas Lacroix (Chargé de recherche CNRS, Université de Poitiers).

2 Geneviève Cortès, rapport de soutenance.

3 Henry Bakis, rapport de soutenance.

4 http://www.e-diasporas.fr/

5 Henry Bakis, rapport de soutenance.

6 William Berthomière, rapport de soutenance.

7 Dana Diminescu, rapport de soutenance.

8 William Berthomière, rapport de soutenance.

9 Guy Di Meo (1998), Géographie sociale et territoires, Editions Nathan, Paris, 320 p.

10 Claude Raffestin (1982), « remarques sur les notions d’espace, de territoire et de territorialité », Espaces et sociétés, n° 41 : 167-71

11 Thomas Lacroix, rapport de soutenance.

12 Id.

13 Torsten Hägerstrand (1970) « What about people in regional science ? », Papers of the regional science association 24(1) : 6-21

14 Dana Diminescu, rapport de soutenance.

15 Avec cette thèse, « l’analyse des réseaux affinitaires (Facebook) dispose d’une référence. Elle ouvre la voie à des recherches de même nature sur des réseaux sociaux professionnels comme Linkedin ou Viadeo » comme l’a fait remarquer Henry Bakis (rapport de soutenance).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Meyer, « Réseaux, trajectoires et ressources de mobilités », Netcom, 27-1/2 | 2013, 264-268.

Référence électronique

Jean-Baptiste Meyer, « Réseaux, trajectoires et ressources de mobilités », Netcom [En ligne], 27-1/2 | 2013, mis en ligne le 26 juin 2014, consulté le 28 mars 2017. URL : http://netcom.revues.org/1374

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Meyer

Directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le Développement, Laboratoire Population Environnement Développement, Université Aix-Marseille. Email : jean-baptiste.meyer@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org