Navigation – Plan du site
Notes d'information

Le système d’information sur la biodiversité de l’administration des parcs nationaux argentins

Leonidas Lizarraga, Miguel Gross, Fabiana Cantarell, Ana Laura Sureda, Mariana Campos, Viviana Benesovsky, Natalia Ceresoli, Mariana Lipori, Maximiliano Ceballos, Anabella Carp, Jael Dominino, Dalma Raymundi, Daniel Barrios Lamuniere, Atilio Guzman et Lorena Paszko
p. 205-212
Traduction(s) :
Biodiversity information system of the national parks administration of Argentina

Texte intégral

Nous tenons à remercier le premier coordinateur du SIB-APN, Gustavo Iglesias, ainsi que tous les collègues qui ont contribué à la croissance et au développement du dispositif. Nous remercions également les institutions suivantes de leur coopération : le réseau interaméricain d’informations sur la biodiversité (IABIN, Inter-American Biodiversity Information Network), les chercheurs et les institutions qui ont gratuitement fourni des informations, comme l’Agence spatiale argentine (CONAE, Comisión Nacional de Actividades Espaciales), l’Institut géographique national (IGN), le Système d’information sur la biodiversité de l’Institut von Humboldt en Colombie, le botaniste du Musée des sciences naturelles de l’université nationale de Salta (MCNS), la fondation Miguel Lillo et l’institut Darwinion. Nous remercions finalement la docteur Natalia Politi pour la traduction vers l’anglais du texte.

Introduction

1Le système d’information sur la biodiversité (SIB, Sistema de Información de Biodiversidad) de l’administration des parcs nationaux argentins (APN, Administración de Parques Nacionales) a été lancé en 2002, avec le soutien du Global Environment Fund (GEF) dans le cadre du Projet de préservation de la biodiversité mené par l’État argentin.

2Le dispositif, abrégé en SIB-APN, est composé d’un ensemble de bases de données thématiques et d’un système d’information géographique : son objectif est d’appuyer les décisions en matière de gestion des zones nationales protégées en Argentine et de fournir des informations au grand public.

3Actuellement, le programme du SIB-APN collecte, stocke, organise et met à disposition sur son site Internet des données issues d’activités techniques, scientifiques et administratives menées au sein des zones protégées à l’échelle nationale par l’APN.

Histoire et contexte

4L’Argentine a transposé la Convention sur la diversité biologiques (Nations Unies, 1992) dans le droit national grâce à la loi n°24 375, qui stipule à l’article 7d « la nécessité de maintenir et d’organiser les informations issues de la surveillance et de l’identification des éléments qui composent la biodiversité sur Terre ».

5Afin de contribuer à la réalisation de cet objectif, l’APN a créé le SIB, avec le concours financier du Global Environment Fund (GEF). Le principal objectif du projet était de « veiller à préserver la biodiversité ayant une importance mondiale », mais également : a) développer et diversifier le système de l’APN, pour y inclure les écorégions argentines qui ont la plus grande importance à l’échelle mondiale mais qui ne sont pas correctement protégées ; b) créer les conditions favorables à une gestion durable grâce à plusieurs mesures : renforcer les institutions grâce à des investissements ; améliorer les mécanismes relatifs à la consultation et à la participation du public ; améliorer la gestion des informations liées à la biodiversité. » Pour relever ce dernier défi, l’APN a créé le dispositif intitulé « Gestion des informations sur la biodiversité » dans le but de « proposer aux organismes nationaux et internationaux un accès immédiat aux informations pertinentes en matière de biodiversité pour la prise de décisions relative à la conservation et à l’utilisation durable de la biodiversité. »

6Puisque l’APN est l’organisme dont la mission est de veiller à la conservation de la biodiversité dans les zones protégées à l’échelle nationale, le SIB-APN a été créé pour collecter, classifier, ordonner et publier des informations biologiques pertinentes pour la préservation des zones protégées, en premier lieu celles qui relèvent de sa juridiction, mais potentiellement toutes celles que compte le système fédéral.

7À l’origine, la programmation du système s’est appuyée sur l’expérience de la Délégation nationale de Patagonie qui a conçu à partir des années 1980 des systèmes de gestion des données à l’échelle régionale, comme la Banque de conservation des données (BDC-DRP), le Plan d’inventaire, le SIRAT, etc.

8Pour assurer le fonctionnement du SIB-APN, un bureau a été créé à la Direction nationale pour la conservations des zones protégées (DNCAP, Dirección Nacional de Conservación de Áreas protegidas), à Buenos Aires, ainsi que dans chaque délégation régionale (située à Salta pour le nord-ouest, à Iguazú pour le nord-est, à Córdoba dans le centre et à Bariloche en Patagonie). Par ailleurs, un serveur Internet a été installé pour gérer les bases de données et un portail Internet a été lancé (www.sib.gov.ar) afin de permettre l’accès aux données, qu’elles soient restreintes au personnel de l’APN ou destinées au grand public.

9En 2007, suite à la disparition des sources de financement externes, l’APN a institutionnalisé le système afin d’assurer la continuité du projet.

10Enfin, en 2008, le SIB-APN a fait l’objet d’une réorganisation afin d’améliorer son fonctionnement, son design et son accessibilité. Parmi les grands changements opérés, on peut citer la mise à jour du serveur, une évolution du système d’exploitation et des langages de programmation, la conception d’un nouveau portail ainsi que d’un gestionnaire de contenus et d’un administrateur de bases de données complètement adaptés à la mise en ligne de données.

Caractéristiques et fonctionnalités du système

Organisation

11Le SIB-APN fonctionne à l’échelle régionale : chaque centre met en ligne des données à partir d’un gestionnaire web accessible depuis n’importe quel ordinateur connecté à Internet ; chaque bureau est en général composé d’au moins deux personnes, l’une chargée de la base de données thématique et l’autre du système d’information géographique. L’organigramme est complété par un coordinateur général qui assure la liaison entre les différents centres et un service de coordination informatique, chargé de la programmation du système et de l’intégration de nouveaux outils et de nouvelles bases de données.

Caractéristiques techniques du SIB-APN

12Le SIB-APN fonctionne grâce à des logiciels libres, ce qui garantit une architecture solide et sécurisée et permet d’échapper aux coûts élevés des licences : le système d’exploitation LINUX CentOS, le serveur web Apache, le serveur géographique MapServer et l’afficheur p.mapper, des bases de données programmées sous MySQL, POSTGRE et PHP.

13En termes de programmation, le SIB-APN est composé de deux éléments fondamentaux : 1) un environnement de développement et de téléchargement de données, c’est-à-dire le GESTIONNAIRE de contenus, dont l’accès est protégé par mot de passe ; il permet de mettre en ligne des données depuis n’importe quel poste connecté à Internet, facilitant ainsi la mise à jour permanente des informations publiées et la consultation de données sensibles ; 2) un environnement de production, le PORTAIL, qui permet un accès libre, gratuit et simple, et qui est adapté à la navigation et la consultation pour le grand public.

Informations sur la biodiversité

14Actuellement, les types de données suivants sont intégrés au SIB-APN :

  • Données bibliographiques : références (date et localisation géographique) des espèces présentes dans des zones protégées, mentionnées dans des publications scientifiques, de vulgarisation, dans des rapports internes et externes, dans des thèses, etc.

  • Données d’observation : données sur la présence et/ou l’abondance d’espèces, de façon systématique ou non, enregistrées par les gardes des parcs, les techniciens de l’APN et/ou des spécialistes affiliés à d’autres institutions au sein des zones protégées ; il faut y ajouter certaines données relatives à la botanique et aux spécimens de collections.

  • Fiches descriptives sur les espèces : taxonomie, caractéristiques générales, catégories de conservation, images, sons, cartes de répartition, etc.

  • Fiches descriptives sur les zones protégées : catégories de conservation, données administratives, superficie, images, cartographie, couches géographiques, listes des espèces à valeur spéciale, écorégions, etc.

  • Projets de recherche : description générale, rapports et données d’ordre administratif sur les permis accordés pour réaliser des missions de recherche scientifique au sein des zones nationales protégées.

  • Ressources naturelles : description de sites et d’objets ayant une valeur culturelle dans les zones protégées ; informations sur leur gestion et maintenance.

  • Documents de référence : on intègre également aux archives des documents d’intérêt général, souvent très demandés par le grand public.

  • Recensements des activités, des logements et de l’éducation des personnes qui vivent dans les parcs nationaux.

15Grâce à la nature dynamique du portail, toutes les données sont mises à jour automatiquement à mesure qu’elles sont téléchargées grâce au gestionnaire de contenus. Pour consulter ces données, on trouve en haut de la page du portail un navigateur taxonomique et trois principaux champs de recherche (pour les zones protégées, les espèces et les sources), ainsi qu’un nouvel outil : la recherche avancée dans les archives biologiques.

16Par ailleurs, une rubrique au centre de la page d’accueil du portail permet de publier les nouvelles et nouveautés sur les zones protégées et la biodiversité ; sur le côté droit, on trouve une sélection de fiches d’espèces et une carte développée grâce à Google Maps qui montre la répartition des zones nationales protégées. Sur la gauche, un menu propose des liens permettant d’accéder à de nouvelles applications et à de nouveaux outils, ainsi qu’à des informations institutionnelles sur le SIB-APN et d’autres pages complémentaires.

17Le SIB-APN compte notamment les applications et outils publics suivants :

  • documents de référence.

  • recherche avancée dans les archives biologiques.

  • inventaires des espèces biologiques classées par zone protégée et source d’information.

  • base de données sur les recherches scientifiques menées dans les zones protégées par l’APN.

  • cartographie interactive et téléchargement de fichiers de forme.

  • collections et recensements.

  • sons d’animaux.

Système d’information géographique (SIG)

18Le SIB-APN a publié sur le portail un grand nombre de cartes thématiques des zones nationales protégées et a créé des cartes interactives ainsi que des outils pour le téléchargement des fichiers de formes géographiques qui contiennent ces données.

19D’un point de vue institutionnel, le développement d’une cartographie s’appuyant sur un SIG et les données sur la biodiversité ont facilité l’élaboration de cartes consacrées à de nombreuses thématiques (milieux, infrastructures, chemins, topographie, etc.) et ont contribué à la réalisation d’analyses spatiales multiscalaires ainsi qu’à la production d’informations permettant d’appuyer la prise de décisions.

Le SIB-APN aujourd’hui : forces, faiblesses et défis

20L’une des principales forces ayant contribué à la mise en œuvre du SIB-APN est l’apport financier externe considérable qui a permis, dans un premier temps, de développer le dispositif tout en étant libre de quasiment toute contrainte en termes de ressources humaines et d’équipement.

21Il faut également noter l’existence d’un flux constant d’informations fournies par le personnel de l’APN et les membres de la communauté technique, scientifique et naturaliste.

  • 1 Système national de données biologiques.

22En outre, l’équipe permanente de programmeurs s’est avérée essentielle, car elle a assuré l’intégration de nouveaux outils et bases de données ; avec le concours de professionnels spécialistes de la biodiversité, il a été possible de veiller constamment à la mise à jour, la maintenance et la croissance du SIB-APN. Enfin, l’un des autres points forts est l’interaction avec d’autres dispositifs internationaux (le GBIF, par exemple) ou nationaux (SNDB1), qui a permis ou qui permettra à l’avenir l’échange de données, d’outils et de ressources. Cependant, c’est un aspect dont le développement doit se poursuivre.

23Parmi les faiblesses faisant obstacle au fonctionnement optimal du SIB-APN, il faut noter le manque de diffusion, formation ou accès à Internet d’une partie des utilisateurs, ainsi que les coûts additionnels engagés pour intégrer de nouveaux langages de programmation et de nouveaux outils informatiques.

24S’agissant du nombre d’utilisateurs du SIB-APN, environ 600 000 visites ont été recensées au cours de l’année passée. Si aucune description détaillée des usagers externes du SIB-APN n’a été réalisée, différents types de requêtes sont toutefois reçues par courriel ou en personne. Elles peuvent être classées de la façon suivante :

  • Demandes d’informations plus détaillées émises par des étudiants de divers niveaux.

  • Requêtes et contributions de la part de la communauté scientifique et technique, gouvernementale ou non gouvernementale, en vue de l’élaboration de plans, projets et/ou pour l’échange de fichiers de formes géographiques.

  • Contributions et requêtes de la part de naturalistes et du grand public, sous la forme de données et de photographies, ou pour proposer une collaboration sur divers projets, etc.

25Pour conclure, on peut ajouter que les services d’informations proposés par le SIB-APN ont favorisé l’établissement de liens non seulement externes (avec d’autres institutions et le grand public), mais aussi internes, qui contribuent à la croissance du dispositif grâce à l’apport et à la demande d’informations.

26Pour cette raison, ces dernières années ont vu la mise en œuvre de nouvelles bases de données sur des thèmes très variés : registres et recensements d’espèces biologiques, collections de musées, permis de recherches, recensements de populations, ressources culturelles, espèces exotiques, etc.

27Si actuellement, le SIB-APN organise et publie surtout des informations relatives aux zones nationales protégées, il commence à intégrer des données sur les zones protégées relevant d’autres juridictions (provinciales, municipales, privées).

28Dix ans après son lancement, le SIB-APN a atteint les objectifs suivants :

  • Publier près de 140 000 références sur des espèces qui se trouvent principalement dans des zones nationales protégées et qui sont le résultat d’environ 3 800 enquêtes et rapports techniques menés dans lesdites zones.

  • Mener 16 590 observations occasionnelles d’espèces de vertébrés d’une valeur spéciale (EVVES, Especies de vertebrados de valor especial) et 334 077 entrées issues de plusieurs collections et recensements.

  • Publier 300 fiches descriptives sur des zones protégées, des sources et des espèces, composées notamment de textes, de photographies et de sons collectés par le personnel de l’APN, ainsi que par des chercheurs et des observateurs qui n’appartiennent pas à l’institution.

  • Publier des documents d’intérêt général au format PDF à partir d’une bibliothèque numérique d’archives.

  • Publier des cartes relatives aux zones nationales protégées et des fichiers de forme géographiques à partir de cartes interactives ; réaliser diverses analyses spatiales à partir desdites cartes.

  • Élaborer de nouvelles bases de données en accès limité, associées à des thèmes complémentaires à la biodiversité :

- Recherches dans zones nationales protégées.

- Registre national des ressources culturelles.

- Recensement des populations dans les parcs nationaux (Norpatagonia 2008).

- Recensement/surveillance mensuelle des espèces d’une zone donnée.

29Actuellement, l’objectif du SIB-APN est de renforcer son usage en tant qu’outil permettant d’informer la prise de décisions en matière de gestion des zones protégées. Conformément à l’évolution des concepts actuels en matière de préservation, le SIB-APN s’envisage aujourd’hui comme un système d’information qui, outre des données relatives à la biodiversité, propose de plus en plus d’autres thématiques et éléments d’analyse, afin de parvenir à une vision holistique, globale et éco-systémique qui bénéficiera à la planification et à la gestion des zones protégées.

30Outre la sauvegarde, la conservation, la classification et la mise à disposition des données, le grand défi consiste à faire progresser l’analyse afin de fournir les informations nécessaires aux diverses filiales de l’APN et à tous les utilisateurs, renforçant ainsi les liens internes et externes pour la conservation de notre patrimoine naturel et culturel.

Haut de page

Notes

1 Système national de données biologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leonidas Lizarraga, Miguel Gross, Fabiana Cantarell, Ana Laura Sureda, Mariana Campos, Viviana Benesovsky, Natalia Ceresoli, Mariana Lipori, Maximiliano Ceballos, Anabella Carp, Jael Dominino, Dalma Raymundi, Daniel Barrios Lamuniere, Atilio Guzman et Lorena Paszko, « Le système d’information sur la biodiversité de l’administration des parcs nationaux argentins », Netcom, 27-1/2 | 2013, 205-212.

Référence électronique

Leonidas Lizarraga, Miguel Gross, Fabiana Cantarell, Ana Laura Sureda, Mariana Campos, Viviana Benesovsky, Natalia Ceresoli, Mariana Lipori, Maximiliano Ceballos, Anabella Carp, Jael Dominino, Dalma Raymundi, Daniel Barrios Lamuniere, Atilio Guzman et Lorena Paszko, « Le système d’information sur la biodiversité de l’administration des parcs nationaux argentins », Netcom [En ligne], 27-1/2 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://netcom.revues.org/1329 ; DOI : 10.4000/netcom.1329

Haut de page

Auteurs

Leonidas Lizarraga

Delegación Regional Noroeste, SIB-APN Nodo Noa, Administración de Parques Nacionales, Capital, Salta, Argentina.

Miguel Gross

Delegación Regional Patagonia, SIB-APN Nodo Patagonia, Administración de Parques Nacionales, Bariloche, Río Negro, Argentina.

Fabiana Cantarell

Delegación Regional Patagonia, SIB-APN Nodo Patagonia, Administración de Parques Nacionales, Bariloche, Río Negro, Argentina.

Ana Laura Sureda

Delegación Regional Noroeste, SIB-APN Nodo Noa, Administración de Parques Nacionales, Capital, Salta, Argentina.

Mariana Campos

Dirección Nacional de Conservación, SIB-APN Nodo Casa Central, Administración de Parques Nacionales, Capital Federal, Buenos Aires, Argentina.

Viviana Benesovsky

Delegación Regional Noreste, SIB-APN Nodo Nea, Administración de Parques Nacionales, Salta, Argentina.

Natalia Ceresoli

Delegación Regional Noreste, SIB-APN Nodo Nea, Administración de Parques Nacionales, Salta, Argentina.

Mariana Lipori

Dirección Nacional de Conservación, SIB-APN Nodo Casa Central, Administración de Parques Nacionales, Capital Federal, Buenos Aires, Argentina.

Maximiliano Ceballos

Delegación Regional Centro, SIB-APN Nodo Centro, Administración de Parques Nacionales, Salta, Argentina

Anabella Carp

Delegación Regional Centro, SIB-APN Nodo Centro, Administración de Parques Nacionales, Salta, Argentina

Jael Dominino

Delegación Regional Centro, SIB-APN Nodo Centro, Administración de Parques Nacionales, Salta, Argentina

Dalma Raymundi

Delegación Regional Noreste, SIB-APN Nodo Nea, Administración de Parques Nacionales, Salta, Argentina.

Daniel Barrios Lamuniere

Delegación Regional Patagonia, SIB-APN Nodo Patagonia, Administración de Parques Nacionales, Bariloche, Río Negro, Argentina.

Atilio Guzman

Delegación Regional Noreste, SIB-APN Nodo Nea, Administración de Parques Nacionales, Salta, Argentina.

Lorena Paszko

Delegación Regional Noreste, SIB-APN Nodo Nea, Administración de Parques Nacionales, Salta, Argentina.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org