Navigation – Plan du site
Notes d'information

Interview de Simon Chignard

Matthieu Noucher
p. 148-153

Résumé

Simon Chignard est l’auteur de « L’open data, comprendre l’ouverture des données publiques » (FYP éditions, mars 2012). Dans ce livre il propose des repères pour replacer l’open data dans le contexte français et comprendre les enjeux et les limites de l’ouverture des données publiques. Il a participé dès 2010 à l’animation de l’ouverture des données publiques de Rennes Métropole, territoire pionnier en France. Consultant et formateur indépendant, il est à titre bénévole président de l’association Bug (innovation sociale et numérique) et vice-président de la Cantine numérique rennaise. Il anime le blog : http://donneesouvertes.info/

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Matthieu Noucher. Rennes Métropole, dont le portail open data a été lancé en avril 2010, est souvent présentée comme pionnière en manière d’ouverture de données alors que depuis de nombreuses années des administrations, en particulier dans le domaine de l’environnement, diffusent des données réutilisables en libre accès. Ainsi, les DIREN (Directions Régionales de l’Environnement devenues depuis la Réforme Générale des Politiques Publiques les DREAL – Directions Générales de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement) diffusent des zonages environnementaux, comme les ZNIEFF ou les arrêtés de biotopes, en format SIG. Comment jugez-vous cette réécriture de l’histoire ?

Simon Chignard. L’open data apparaît effectivement comme un élément perturbateur de nombreuses dynamiques déjà en œuvre. En particulier, sur les questions environnementales, les dynamiques de diffusion des données étaient présentes depuis longtemps : il n’y pas d’équivalent à la Directive INSPIRE sur des problématiques liées à la mobilité ou à la santé, par exemple.

Ceci dit, l’open data ne se limite pas à la mise en ligne de données, aux questions de droits d’accès et de droits de réutilisation. La dynamique porte aussi un message politique. Ainsi, selon moi il y a deux dimensions à prendre en considération :

  • Une dimension technique, avec des questions qui rejoignent celles que se sont posées depuis des années les dynamiques environnementales (par exemples, quels sont les critères qui permettent la diffusion des données ? quelle est la valeur des données ? quelles sont les licences les plus pertinentes ?).

  • Une dimension politique : les données ouvertes sont, d’une part, un mouvement issu d’origine très diverses (les premiers à avoir utilisé cette expression en 1995 sont des chercheurs américains qui travaillaient en climatologie et réagissaient à la privatisation des revues scientifiques) et d’autre part, une injonction. En s’inscrivant dans l’agenda politique, l’open data ramène des nouveaux acteurs autour de la table. Ces nouveaux entrants bouleversent les logiques existantes.

MN. Peut-on généraliser ce constat et l’attribuer aussi au domaine environnemental ?

SC. Certains ministères comptent dans leur mission la diffusion des données. Le Ministère en charge de l’environnement en est l’exemple type. L’effet perturbateur de l’open data en est peut être un peu amoindri mais il est tout de même bien présent. Dans le domaine des données environnementales, comme d’ailleurs dans le domaine des données géographiques (les deux vont souvent de paire mais ne sont pas forcément liés) il est saisissant de voir que l’open data a rapidement été perçu comme une opportunité plutôt que comme une menace. Ainsi, un certain nombre d’organismes ont « repeint » leurs initiatives INSPIRE aux couleurs de l’open data. Dans le domaine du partage de l’information transport, ce constat n’est pas posé, alors que cela pourrait être envisageable.

MN. Y-a-t-il d’autres spécificités liées aux données environnementales ?

SC. Oui, il est frappant de constater que la donnée environnementale existe, qu’elle est souvent déjà diffusée mais qu’aujourd’hui encore, on a des problèmes de repérage, d’identification et de qualification. Ainsi, le site de l’Agence Européenne de l’Environnement (AEE) diffuse des données brutes et recense les sites sur lesquels on peut trouver, par exemple, des données sur le thème de l’eau. Pour la France, il y a plus de 45 liens… c’est délirant ! Je ne connais aucun autre secteur où autant d’information est disponible. Il y a là une vraie difficulté, en amont de la diffusion, liée spécifiquement aux données environnementales. De multiples facteurs l’expliquent : diversités de acteurs qui la produisent ou qui la mettent en ligne, diversité des périmètres (géographiques / thématiques). A titre d’exemple, si on s’intéresse à la problématique de la qualité des eaux de baignade, il existe des séries de données temporelles importantes avec des qualifications sur la conformité de la qualité des eaux qui peuvent variées d’une série à l’autre. C’est là l’une des spécificités des données environnementales : elles sont très dispersées et par conséquent il est difficile de les comparer et d’en dégager une vision globale. En conséquence, la diffusion des données environnementales pose, plus que dans d’autres thématiques, la question de l’échelon territorial. Les compétences sont disséminées à tous les niveaux territoriaux (communal, départemental, régional, national, européen, etc.).

MN. Face à cette potentielle dispersion des données environnementales, de vastes de chantiers de normalisation sont à l’œuvre. Sont-ils au cœur des préoccupations des porteurs de projet autour de la diffusion des données ouvertes ?

  • 1 Les gabarits de métadonnées INSPIRE sont des modèles normés de fiches descriptives permettant de do (...)

SC. Le travail de normalisation s’effectue aujourd’hui essentiellement sur les formats d’échange, pas sur les contenus. Même si des travaux de normalisation des contenus existent, ils ne sont pas pris en compte dans les portails open data. Ainsi, les métadonnées disponibles sur ces portails n’ont pas repris les gabarits de métadonnées INSPIRE1 et les spécifications en cours sur les modèles des données géographiques concernées par la Directive ne seront pas forcément pris en compte par les dynamiques open data. Ces dernières tendent à se focaliser davantage sur les usages et la réutilisation des données et s’accommodent finalement assez bien de l’hétérogénéité des contenus. Dans le domaine de l’information géographique, on peut citer un bon exemple : le modèle d’OpenStreetMap (OSM). Le contenu de la base de données d’OSM est très hétérogène. Les dynamiques au cœur de l’open data se bâtissent donc autour de systèmes suffisamment flexibles pour supporter l’hétérogénéité.

MN. L’ouverture des données environnementales répond-t-elle à une demande sociale plus importante ?

  • 2 Les réutilisateurs de rang 1 sont ceux qui réutilisent directement les données - les réutilisateurs (...)

SC. A priori, non. Quelques territoires ont lancé des enquêtes ou questionner des forums pour savoir quelles étaient les attentes des internautes, quelles ouvertures de données étaient souhaitées…Le constat est d’ailleurs au niveau international: une enquête réalisée aux Etats-Unis auprès de réutilisateurs (étude Socrata 2011) faisait clairement ressortir un fort intérêt pour les données de mobilité ou les données budgétaires locales. Jamais la thématique environnementale n’est sortie prioritaire. Aujourd’hui, l’objectif des réutilisateurs dits de « rang 1 »2 est de développer des services à partir d’applications, d’API… Il existe certainement des usages de consultation ou de médiation des données environnementales et une utilité sociale à ce type de données, mais ces usages ne sont pas identifiés et jugés prioritaires dans la sphère open data.

MN. Côté collectivités territoriales, quelle est la place des données environnementales dans les portails open data qui voient le jour ?

SC. A ma connaissance, elle est traitée sous l’angle des données géographiques. Les services SIG ont souvent été parties prenantes des politiques de diffusion des données. A Rennes, par exemple, les premières données libérées ont été celles de Keolis Rennes (le délégataire des transports en commun) et les données du service SIG de la ville. L’open data n’a fait que récolter les fruits d’un travail mené depuis très longtemps par l’équipe SIG sur les conditions techniques et économiques de diffusion des données.

MN. Quels sont alors les principaux jeux de données environnementaux diffusés ?

SC. Aujourd’hui, seuls les services qui gèrent leurs données (c’est-à-dire leurs productions) libèrent des données. Donc, dans une collectivité locale, les seules données environnementales qui sont pleinement du ressort de la structure concernent bien souvent uniquement les services techniques (données sur les parcs et jardins) alors que de nombreux autres services (énergie, développement durable, logement…) mobilisent potentiellement d’autres jeux de données conséquents mais issus de sources externes. Ce constat traduit le fait qu’aujourd’hui très peu de collectivités ont pensé leur portail open data comme le portail du territoire et non simplement comme le portail de la collectivité. Montpellier, la région Pays de Loire et Nantes ont essayé de fédérer la diffusion de données n’émanant pas exclusivement de leur collectivité, mais ces initiatives restent non exhaustives et assez exceptionnelles.

MN. Finalement, qu’en est-il des usages ? Avez-vous des exemples d’usages originaux des données ouvertes ?

SC. On pense immédiatement aux nombreuses applications mobiles qui ont pu être développées, notamment dans les concours initiés par les collectivités. Mais au-delà des services anecdotiques sur les arbres remarquables qui alimentent de nombreuses applications, on trouve parfois des démarches d’analyse et de co-conception à partir des données ouvertes. Je pense notamment à l’initiative DataKind mené avec la ville de New-York. Les services de la ville ont mis à disposition des réutilisateurs un très grand nombre de données sur les parcs et jardins, les interventions des services techniques (localisation des arbres abattus notamment) ainsi que les historiques des épisodes météo importants, ... Ils ont ensuite posé une question aux réutilisateurs, sous la forme d’un défi: peut-on prévoir où se trouvent les arbres les plus menacés à la prochaine tempête ou ouragan qui frappera la ville ? Cet exemple illustre bien la capacité de l’ouverture - et de la réutilisation - des données à créer une boucle de rétroaction vertueuse: de l’autorité publique aux réutilisateurs et des réutilisateurs à l’autorité publique3.

MN. Aujourd’hui, au-delà des usages commerciaux ou ludiques des données ouvertes, voit-on émerger en France des usages par la société civile ayant pour vocation de proposer des contre-expertises ou d’alimenter les dynamiques de contestation, par exemple autour de projets d’aménagement du territoire ?

SC. C’est un sujet que je vois émerger depuis un an. De plus en plus, à la fin de mes conférences, des auditeurs viennent me voir et se présentent comme militants dans des associations de défense ou de protection de tel ou tel site. Ils développent une vision de l’open data comme un levier pour obtenir des données utiles à leur cause. On peut citer le cas de l’aéroport de Notre Dame des Landes. Le portail Open Data de Loire Atlantique propose quelques jeux de données en rapport avec ce projet, notamment la délimitation des différentes zones d’aménagement. L’association nantaise Libertic s’était proposée, avec d’autres acteurs locaux, de fournir davantage de données pour alimenter le débat public. (Libertic est une association qui intervient dans le champ du numérique et de l’économie sociale et solidaire, sa déléguée générale Claire Gallon est bien connue en France dans le domaine de l’open data). Le plus éclairant dans cette expérience a été l’accueil très réservé des associations et collectifs qui se sont historiquement impliqués dans l’opposition à ce projet d’aéroport. Ils ont été au mieux indifférents, au pire hostiles à la démarche. Rares sont ceux qui ont considéré les données comme un élément supplémentaire du débat !

MN. Si les portails open data se sont développés à partir du postulat que l’évaluation ex ante des usages est inutile voire contre-productive, le prolongement ou la généralisation de certaines initiatives dépendent aujourd’hui d’une évaluation in itinere voire ex-post des usages des données libérées. Se posent alors un problème méthodologique majeur : comment identifier puis qualifier les usages ?

SC. On ne dispose pas aujourd’hui d’un modèle complet d’évaluation des impacts de l’open data, tant sur les objectifs économiques que démocratiques. Le chercheur britannique Tim Davies a recensé trois types d’outils d’évaluation4. Chaque type correspond à une phase du projet. Dans la première catégorie on mesure l’état de préparation des acteurs et des structures à l’open data: sont-ils en ordre de marche pour ouvrir leurs données et/ou leurs process ? Dans la seconde catégorie, on se concentre sur l’implémentation des politiques open data et leur mise en oeuvre (l’approche des 5 étoiles développée par Tim Berners Lee peut se classer dans cette catégorie). Enfin, les outils qui permettent d’évaluer les impacts, directs et indirects de l’ouverture des données. Force est de constater que ce dernier champ reste largement une terra incognita... L’open data construit ses propres outils d’évaluation au fur et à mesure de son développement et il est important, je pense, de rappeler que les premiers portails Open Data ont aujourd’hui à peine 7 à 8 ans aux Etats-Unis et 3 ans en France. On est encore loin d’avoir atteint la maturité requise !

MN. Enfin, comment percevez-vous les initiatives de niveau national de libération des données et leurs articulations avec les dynamiques locales ?

SC. En Europe, chaque pays a sa propre culture en matière de relations entre l’Etat et les collectivités territoriales, notamment en matière de décentralisation. Ce qui fait la force de la France dans ce domaine, c’est précisement le fait que l’Open Data émerge simultanément à tous les échelons administratifs (communes et métropoles, départements, régions, mais aussi l’Etat avec la mission Etalab établie en 2011). La question de l’articulation entre ces démarches se pose à au moins deux niveaux. Il y a d’une part le sujet de la mutualisation et de la coordination des actions sur un même territoire. Par exemple, sur le territoire de Bordeaux co-existent à la fois le portail Open Data de la ville, celui de la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB) qui est lui-même distinct du portail mutualisé entre la région Aquitaine et le département de la Gironde (datalocale.fr). A Montpellier, deux portails ont été mis en place, celui de la ville et celui de la métropole... Pas certains que les réutilisateurs s’y retrouvent ! Au niveau national, l’association Open Data France rassemble plusieurs collectivités engagées dans la démarche, c’est aussi un lieu pour porter un effort de mise en cohérence des approches, notamment sur l’offre de données et leurs formats techniques.

Second sujet, celui de la coordination entre les initiatives de l’Etat et celles des collectivités. La mission Etalab, sous la direction d’Henri Verdier, me semble beaucoup plus ouverte sur le sujet qu’auparavant, du temps du précédent responsable. On peut imaginer que le portail national data.gouv.fr référence les jeux de données publiés sur les portails des collectivités. Par contre, je reste convaincu que les actions d’animation resteront majoritairement locales et propres à chaque territoire, en fonction de son éco-système et de ses objectifs de politique publique. Une belle application du principe de subsidiarité !

Haut de page

Notes

1 Les gabarits de métadonnées INSPIRE sont des modèles normés de fiches descriptives permettant de documenter les données géographiques diffusées sur les Infrastructures de Données Géographiques (voir article de M. Noucher dans le présent numéro).

2 Les réutilisateurs de rang 1 sont ceux qui réutilisent directement les données - les réutilisateurs de rang 2 n’utilisent pas directement les données brutes, mais les résultats des transformations / agrégations / enrichissements réalisés par les réutilisateurs de rang 1)

3 Voir le billet «Moderniser l’action publique par l’Open Data ?» sur le blog : http://donneesouvertes.info/2013/01/03/moderniser-laction-publique-par-lopen-data/ )

4 «Mesurer l’Open Data et ses effets» : http://donneesouvertes.info/2013/06/26/mesurer-lopen-data-et-ses-effets/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Noucher, « Interview de Simon Chignard », Netcom, 27-1/2 | 2013, 148-153.

Référence électronique

Matthieu Noucher, « Interview de Simon Chignard », Netcom [En ligne], 27-1/2 | 2013, mis en ligne le 02 juillet 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://netcom.revues.org/1292 ; DOI : 10.4000/netcom.1292

Haut de page

Auteur

Matthieu Noucher

Chargé de recherche. UMR 5185 ADESS (CNRS / Universités de Bordeaux), matthieu.noucher@cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org