Navigation – Plan du site
Note

Hommage : Raymond Guglielmo (29 mai 1923 - 18 octobre 2011)

Henry Bakis
p. 321-332

Texte intégral

  • 1 Le qualificatif est de Claude Manzagol et Louis-Edmond Hamelin (p. 232,) dans leur article de 2008 (...)
  • 2 Novembre 2011.

1Raymond Guglielmo, disciple « historique »1 de Pierre George, s’est éteint à 88 ans. Alain Liepietz, Directeur de Recherche au CNRS, a déclaré en guise d’adieu : « Mandarin, tu ne l’as jamais été, et pourtant je t’ai connu d’abord comme un grand chercheur, un grand géographe »2. De fait, l’enseignant-chercheur qui nous a quittés était aussi atypique qu’important.

2Ayant eu le privilège de l’avoir bien connu entre 1969 et le début des années 1980, et d’avoir été formé à la recherche par ses soins, je dédie ici quelques mots à la mémoire de celui qui mérite de porter le titre de « Professeur Raymond Guglielmo ».

Un pédagogue

  • 3 Bataillon Claude (2006), p.15.
  • 4 Bataillon Claude, op. cit.

3Ses cours témoignaient de la filiation intellectuelle avec Pierre George qui a été le promoteur d’une géographie humaine renouvelée où la « mise en ordre de l’espace » est « fondée sur une mise en ordre des sociétés »3. Prenant en compte les apports de l’économie, de la sociologie, de la démographie, Pierre George a fait prendre conscience à de nombreuses promotions d’étudiants de l’Institut de géographie de Paris (et à ses nombreux lecteurs) que « le monde est intelligible »4. Dès le début des années 1950 Pierre George va orienter Gug vers l’étude de la géographie de l’industrie française, et plus particulièrement vers l’industrie chimique, domaine de pointe du capitalisme au milieu du XXe siècle.

  • 5 Le C.U.E.V. étant devenu entre-temps l’Université de Paris 8-Vincennes puis l’Université Paris 8-Vi (...)

4Professeur de lycée (à Fontainebleau de 1951 à 1953 ; Saint-Germain de 1953 à 1956), puis chercheur au CNRS (1956-1960), il enseigna à l’Université comme assistant (1960) puis maître-assistant à Paris (1961 à 1969) avant de choisir de rejoindre son ami Yves Lacoste un semestre après la création du C.U.E.V. Centre Universitaire Expérimental de Vincennes (1969-1979) où il termina sa carrière comme maître de conférences5.

5Il prônait des relations humaines sans formalité et aimait à se faire appeler Gugli, ou Gug par toutes ses connaissances, y compris ses nouveaux étudiants, traitant en ami la plupart de ceux qui l’approchaient.

6Personne ne peut nier le côté très atypique, très non-conformiste de Gug, en même temps que sa bonne humeur communicative. Il y avait là, probablement, le choix d’un style de vie, le choix d’une forme de liberté chère au cœur de l’ancien Résistant emprisonné par Vichy et ayant échappé de peu au peloton d’exécution (1941). Mais son non-conformisme n’était pas du laxisme !

  • 6 J’emploie à dessein le verbe « animer » car il laissait assez vite la place à ses étudiants chargés (...)
  • 7 Ce faisant, il a pris position contre une géographie quantitative excessive qui risquait de perdre (...)
  • 8 Il trouvait toujours du temps pour les réunions de travail. Je me souviens des innombrables rendez- (...)
  • 9 Ce fut, d’ailleurs, le seul cours magistral auquel il me fut donné d’assister au C.U.E.V. pendant m (...)

7Au C.U.E.V. il animait6 des cours de géographie économique et industrielle. Il cherchait à rendre clairs des faits souvent complexes à partir de synthèses et d’analyses de cas7. Il donnait des cours solides, riches d’idées mais aussi d’informations précises appuyées sur des fiches couvertes d’une écriture serrée à l’encre noire (des feuilles A4 pliées en deux et réunies en petites liasses). Il ne comptait pas son temps pour ses étudiants8. Il mettait en oeuvre des pratiques pédagogiques fondées sur le travail en petits groupes, mais il tint à organiser une conférence en amphithéâtre pour que ses étudiants puissent entendre son maître, Pierre George9.

  • 10 Abhervé M. (2011).

8C’était alors « avant tout un pédagogue, heureux de transmettre connaissances et méthodes à des générations d’étudiants » comme l’a aussi noté Michel Abhervé, un de ses étudiants d’alors10.

Découverte des terrains

  • 11 Mai 2012.

9Il organisa pour ses étudiants des « excursions », comme celles ayant pour objet vers 1970 les enquêtes sur les difficultés de l’industrie du Midi (Cévennes, Languedoc). Pour ce voyage Paris-Languedoc, il m’avait proposé une des places libres de son véhicule et la traversée de la France (via le Massif central) fut agrémentée de mille commentaires. Humanité, simplicité, compétence... Ceux qui l’ont pratiqué gardent un souvenir impérissable des visites de raffineries (Frontignan), d’usines (Bessèges, Alès), visites pendant lesquelles « se mêlaient les questions impertinentes des étudiants et les questions toujours pertinentes de Gug » comme me l’a rappelé Michel Abhervé11. L’une de ces excursions bénéficia d’une sympathique réception au domicile du Pr. Raymond Dugrand.

  • 12 Alland A. (1995), Le Larzac et après. L’étude d’un mouvement social novateur, p. 101 note 1.
  • 13 Robinet A. (2011), Larzac- Millau - Grand Causse. Elevage et partage des savoirs, pp. 63-64.
  • 14 Alland A. (1995), p. 101 note 1.
  • 15 Novembre 2011.

10Plus tard, d’autres promotions d’étudiants (mais aussi des agriculteurs et des syndicalistes) eurent le Larzac comme terrain d’apprentissage. Suite à une décision gouvernementale d’agrandissement d’un camp militaire des paysans s'opposèrent à ce projet et Gug compta parmi leurs sympathisants pendant des années de luttes non-violentes (1971-1981). Il fut « un participant important à la création de Larzac-Universités »12. Il anima aussi « plusieurs stages sur l’économie régionale, les enjeux du camp, du développement touristique, des industries traditionnelles ou nouvelles... »13. Avec certains étudiants, il fit « une étude du projet d’extension, désignant les fermes qui seraient les plus stratégiques pour l’achat par les GFA»14 [Groupements Fonciers Agricoles]. « Gug, tu as été notre guide au Larzac, tu nous a ouvert les horizons humains de l’espace et du temps » a pu déclarer Alain Liepietz à ce sujet15.

Pratique de la recherche

  • 16 Longtemps, il n’a attaché aucune importance à ce grade. Son erreur tactique fut peut-être de publie (...)

11Premier au concours d’agrégation (1952), Raymond Guglielmo n’avait pas besoin d’un autre titre pour crédibiliser ses compétences, et il refusa, après 1968, de soutenir une thèse d’Etat bien avancée qui lui aurait ouvert la voie du Professorat16. Il remit en cause aussi la finalité de la profession de géographe et la nature de ses productions.

  • 17 Alors que je n’avais pas encore terminé ma licence, Gug m’a invité à rejoindre cette Equipe et d’as (...)
  • 18 Constatant la facture, l’envergure et... le nombre de pages de la thèse d’E. Hammel, j’ai regretté (...)
  • 19 M.-Fr. Gribet  (2012), communication orale.
  • 20 J’y tenais car je voulais me donner le maximum de chances dans la recherche de l’emploi. Et puis ! (...)
  • 21 Celles de :
    Henry Bakis (1974), Contribution à l'étude de l'organisation de l'espace par les firmes (...)
  • 22 Marie-Françoise Gribet  (1978), L'activité industrielle dans le Val de Loire entre Digoin et l’Aggl (...)
  • 23 Mémoire et Documents du SDCG, nouvelle série, vol. 14. Daté 1973, et publié fin 1974.

12Au dernier étage de l’Institut de Géographie de Paris (Rue Saint Jacques), il animait, au début des années 1970, l’Equipe de Géographie industrielle17 du Laboratoire de Géographie humaine dirigée par le Pr. Michel Rochefort. Beaucoup de travaux furent présentés (divers secteurs industriels dont : l’industrie des matières plastiques, l’industrie pharmaceutique, etc. ; étude industrielle régionale) qui ne manquèrent pas de m’impressionner. Mais la difficulté de transformer des recherches effectives en thèses soutenues fut pour moi un sujet d’interrogation18. L’adage « le mieux est l’ennemi du bien » s’est vérifié une fois de plus dans l’aspiration des membres de cette Equipe à l’excellence : « un certain perfectionnisme était de mise, il fallait aller au fond des choses »19. Certes ! Mais faut-il pour autant que la thèse de IIIème cycle - exercice académique qui obéit à des règles - soit considérée comme l’oeuvre d’une vie, alors qu’elle n’en constitue qu’une étape ? Faut-il en prolonger indéfiniment la rédaction (et donc les mises à jour), au risque de ne jamais soutenir ? Pour ma part, je considérais qu’il fallait savoir finir une thèse20, tout en la développant de la meilleure manière possible. A ma connaissance, outre des mémoires de maîtrise, deux thèses de IIIème cycle21 et une thèse d’Etat22 furent soutenus dans cette Equipe qui, répondant à l’invitation du Pr. Jean Dresch, produisit également un numéro de Mémoires et Documents de géographie23.

13Tirant la conséquence de ses options quant à la finalité des productions géographiques, Raymond Guglielmo a publié moins qu’il aurait pu, car cette pratique académique il l’a, un temps, considérée comme stérile.

  • 24 Je lui fis part de mon intérêt pour ce travail et rassuré, il répondit positivement à son éditeur. (...)

14Deux anecdotes permettront d’en prendre la mesure. Lorsque je lui ai présenté un texte sur « La sous-traitance dans l’industrie » que je destinais aux Annales de Géographie, il estimé que le texte serait retenu par la revue, mais qu’il ne voyait pas l’intérêt de publier des articles académiques. De même, préparer une troisième édition de son Industrie pétrochimique dans le monde ne l’inspirait pas ; avec un certain agacement il me signala que les PUF souhaitaient un manuscrit mis à jour24.

Une géographie sociale et militante

  • 25 « Au-delà du constat et des solutions, la prise de position et le faire-savoir relèvent aussi de la (...)

15Suite à son implication dans l’ouvrage Géographie active le sens de ces deux mots ne pouvait être restreint à celui de « Géographie appliquée » : Gug fut l’un des promoteurs de l’ouverture de la géographie aux préoccupations sociales et politiques. Il fit aussi le choix d’une forme de « géographie active » qui n’était pas une « géographie professionnelle » au service des employeurs ni de l’Etat25.

  • 26 Je lui sais gré d’avoir respecté mes choix lorsque je ne partageais pas les siens ; il n’a pas pour (...)
  • 27 « Espace et Luttes a pour ambition d’apporter une information critique sur les politiques de l’espa (...)
  • 28 M.-F. Gribet (2012), communication orale.

16Son engagement marxiste et sa pratique de la géographie industrielle l’ont sensibilisé aux problèmes sociaux, mais aussi aux étroites imbrications financières des entreprises. Géographe de l’industrie, il s’est senti concerné par les luttes26 menées contre les fermetures d’aciéries en Lorraine, ou celles des travailleurs de Lip dans le quartier de Palente à Besançon (mai 1973 - janvier 1974). En 1979, la revue Espace et luttes est créée ; Gug en est le directeur de publication. Il y publie un article sur la lutte des paysans du Larzac (n° 2, 1979) et des textes autour de la crise de la sidérurgie lorraine (n° spécial 3-4, 1980), et du redéploiement industriel (n° 5, 1980). Espace et luttes n’a produit que quatre livraisons mais elle a été remarquée par L’Espace géographique qui lui a fait l’honneur d’un signalement27. « Gugli s'est beaucoup investi dans cette revue y compris avec ses propres deniers. Une très mauvaise diffusion dont les animateurs de la revue n'étaient pas responsables a eu raison de l'exercice après le N°5 »28.

17L’installation de Paris 8 à St Denis fera travailler Gug et ses étudiants sur la désindustrialisation de la Seine-Saint-Denis et sur la banlieue dans son ensemble. En 1986, il notait dans Hérodote que le phénomène de « sarcellite » désigne l’ensemble des problèmes des grands ensembles (y compris et surtout les problèmes sociaux)29. Sans jamais cesser de s’intéresser à la géographie industrielle, il a donné sa préférence à une pratique sociale et militante auprès des agriculteurs du Larzac (années 1970), et auprès des ouvriers en lutte (notamment suite aux reconversions industrielles dans l’Est français). Pour Claude Bataillon, « on retrouve ici la vision d’une critique de l’aménagement telle que la revue Hérodote la pratique dans les mêmes années. Guglielmo n’a pas cessé d’être le militant qui s’était engagé dès 1940, entre un marxisme de protestation et une protestation écologiste. »30. Sa fibre militante sur le terrain urbain, on va la retrouver lors des élections municipales du 11 mars 2001 : il accepta alors (à 78 ans !) de figurer à la 15ème place sur la liste de « Villejuif Autrement » conduite par Alain Liepietz, député européen31.

  • 32 Guglielmo R. (2002), Strates, [en ligne. Paragraphe 2].
  • 33 Abhervé M. (2011).

18R. Guglielmo s’est défini comme « un peu anar sur les bords » et il a lui-même indiqué sa devise : « Je refuse de commander parce que je refuse d’obéir »32. De fait, c’était « un infatigable militant, en révolte constante contre l’injustice, pensant qu’il était toujours important de militer, pour de multiples causes »33.

  • 34 Il entreprit même, vainement, d’obtenir une dérogation. Mais il lui fallut assumer son choix de ne (...)

19Lorsqu’il apprit qu’il lui fallait prendre sa retraite, il me fit part de son trouble - et je sentis même un vrai désarroi34.

  • 35 M.-F. Gribet (2012), communication orale.

20Il a démontré son dévouement pour sa mission au point de continuer à enseigner pour le plaisir dix ans après son départ à la retraite35 ; à maintenir sans relâche (et avec un grand courage compte tenu des souffrances endurées les dernières années) son implication dans le monde de la recherche et des idées ; dans l’action. Tout au long de sa vie, Raymond Guglielmo a contribué à donner à la géographie une dimension politique, mais ce dans une orientation active, engagée, militante, et non « simplement » appliquée.

  • 36 Casel C. (2011).

21En conclusion, relisons un beau message posté sur le net quelques jour après sa mort: « Avec ses 88 ans d’intelligence et de bienveillance, il était si jeune, si plein d’optimiste qu’il faisait croire à un avenir possible et même meilleur. Par tous les temps, toutes les saisons on pouvait le voir la pipe à la bouche, la chemise ouverte sans pull, distribuer les tracts avec enthousiasme. Il adorait son travail et ses étudiants, il avait toujours une idée neuve dans ses yeux brillants... Gug, tu nous manques déjà beaucoup... »36.

Quelques textes de Raymond Guglielmo (par ordre chronologique)

Guglielmo Raymond (1955), « Les Sciences : Géographie et dialectique », La Nouvelle Critique, Revue du Marxisme Militant, n° 68, septembre-octobre.

Guglielmo Raymond (1956), « Compte rendu : Principaux aspects du développement de la pétrochimie en France », Annales de géographie, pp. 123-139.

Guglielmo Raymond (1958), La pétrochimie dans le monde, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, n° 787, 126 p.

Guglielmo Raymond (1960), Le gaz naturel dans le monde, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, n° 896, 126 p.

George Pierre, Guglielmo Raymond, Kayser Bernard, Lacoste Yves (1964), La géographie active, Paris, PUF.

Guglielmo Raymond, Lacoste Yves, Ozouf Marianne (1964), Géographie, classe de 1ère, Paris, F. Nathan.

Guglielmo Raymond (1964), « Compte rendu : Le pétrole de J. Flandrin et J. Chapelle », Annales de géographie, vol. 73, n° 399, pp. 578-579.

Guglielmo Raymond (1964), « Compte rendu : La recherche et l'exploitation du pétrole et du gaz naturel dans la zone européenne de L'O.C.D.E », Annales de géographie, vol. 73, n° 399, pp. 579-580.

Guglielmo Raymond (1964), « Compte rendu : Le charbon, panorama économique de P. Gardent », Annales de géographie, vol. 73, n° 400, pp. 716-717.

22Guglielmo Raymond (1965), « La petroquimica en el mundo », Cuadernos de Eudeba nº 25. Traduction Tina Manzoni. Appendice, Dr. Alberto Zanetta. Eudeba, Buenos Aires (édition mise à jour de l’ouvrage de 1958, rééditée en français l’année suivante).

Guglielmo Raymond (1965), « Compte rendu : U.R.S.S., second producteur de pétrole du monde, de J. Chapelle et S. Ketchian », Annales de géographie, vol. 74, n° 405, pp. 617-618.

Guglielmo Raymond (1965), « Compte rendu : La France dans la C.E.C.A., de Ph. Saint-Marc », Annales de géographie, vol. 74, n° 405, pp. 599-601.

Guglielmo Raymond (1966), La pétrochimie dans le monde, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ? 2ème édition (entièrement refondue).

Dalmasso Etienne, Guglielmo Raymond, Rochefot Michel (1969), Elements de Science Économique à l'usage des Géographes. Vol. 1 - Les mécanismes économiques,  Editions Fernand Nathan, 239 p.

Lacoste Yves, Ghirardi Raymond, Guglielmo Raymond, Barrat Jacques (1971), Géographie Classe De Quatrième, Editions Fernand Nathan, Paris.

Guglielmo Raymond (1972), Le gaz naturel dans le monde, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, n° 896, 128 p., 2ème édition.

Guglielmo Raymond (dir. 1973), « Recherches de Géographie industrielle », Mémoire et Documents du SDCG,  vol. 14, nouvelle série,  Paris, CNRS, Mémoires et documents de géographie, 300 p.

Bakis Henry, Guglielmo Raymond et al. (1973), « L’usine IBM de Corbeil-Essonnes », Recherches de Géographie industrielle, Mémoire et Documents du SDCG,  vol. 14 nouvelle série, pp. 129-223.

Guglielmo Raymond, et al. (1973), « Les investissements étrangers en France », In: Recherches de Géographie industrielle, Mémoire et Documents du SDCG,  vol. 14, nouvelle série, CNRS, Paris, 300 p.

Guglielmo Raymond (1976), « Profession géographe : quelle pratique militante ? », Hérodote, n° 4.

Guglielmo Geneviève, Guglielmo Raymond (1978), L'énergie nucléaire et les autres sources d'énergie, Paris, Hatier, coll. Profil n° 511, 79 p. (rééditions).

Bakis Henry & Guglielmo Raymond (1979), La pétrochimie dans le monde, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ? n° 787, 3ème édition mise à jour et entièrement refondue, 125 p.

Collectif d’Espace et Luttes (1979), « Pourquoi ‘Espaces et Luttes’ ? », Hérodote, n° 16.

Guglielmo Raymond (1979), « Promenade sur le Larzac aveyronnais. Une nouvelle politique de l’espace », Espace et Luttes, n° 2, 80 p.

Guglielmo Raymond (1980), « Lorraine », textes autour de la crise de la sidérurgie lorraine, Espace et Luttes, n° 3-4, 144 p.

Guglielmo Raymond (1980), « Redéploiement », Espace et Luttes, n° 5, 43 p.

Guglielmo Raymond (v. 1980), « Le redéploiement industriel en France », Hérodote, n° 23.

Chesneaux Jean, Guglielmo Raymond (1980), Montredon du Larzac et son quartier, Larzac-Université, 20 p.

Chesneaux Jean, Guglielmo Raymond (1981), Montredon, Les Homps, Saint-Sauveur : Larzac Nord-Est, 48 p.

Guglielmo Raymond (1985), « Localisations industrielles et bassins d'emploi »,  Espace, populations, sociétés, vol. 3, n° 2, pp. 375-394.

Guglielmo Raymond (1986), « Désindustrialisation et évolution de l'emploi à Saint-Denis », Stratégies d'entreprises, mutations technologiques, politiques urbaines, Villes en parallèle, n° 11, octobre, pp 97-106.

Guglielmo Raymond, Moulin Brigitte (1986), « Les grands ensembles et la politique », Hérodote, n°43, oct.-déc., pp. 39-89.

Guglielmo Raymond (1987), Annexe sur l’industrie, In : Nicole (rapporteur), Mutations économiques et urbanisation: groupe de travail présidé par F. Hollard, Paris, La documentation Française - DATAR, 340 p.

Guglielmo Raymond (1987), « Villes d’Europe désertées par les usines. Saint-Denis : renouveau d’une ‘banlieue rouge’ », Le Monde diplomatique, mars.

Guglielmo Raymond (1995), « Les ratés de l’aménagement »,  Penser la terre, stratèges et citoyens : le réveil des géographes. Autrement, n° 152, p. 80-94.

Guglielmo Raymond (1995), « La Région parisienne perd ses emplois industriels », La Revue, n° 10, 1er mai.

Moulin Brigitte, Guglielmo Raymond, Gallissot René, Pitti Laure, Lamir Sophia, Pastel Pierre, Gastel Adel (1997), « Multiplication des frontières symboliques. Fragmentation de la ville et des groupes sociaux », Rapport du contrat n°59 – Paris, Plan Urbain, Automne.

Guglielmo Raymond (2000), Les Grandes Métropoles du Monde et leur crise, Armand Colin, 270 p.

Guglielmo Raymond (2002), « Un des rares mandarins à n’avoir jamais été mandarin », Strates. Matériaux pour la recherche en sciences socialesHors-série. http://strates.revues.org/​527

Guglielmo Raymond (2008), « Pierre George, promoteur de la géographie industrielle », Cahiers de géographie du Québec, vol. 52, n° 146, septembre, pp. 255-259.

Haut de page

Bibliographie

ABHERVE Michel (2011), « Adieu Gugli. Raymond Guglielmo nous a quittés », Le Blog de Michel Abhervé, 30 octobre. http://blog.educpros.fr/michelabherve/2011/10/30/adieu-gugli-raymond-guglielmo-nous-a-quittes/

ALLAND Alexander Jr., ALLAND Sonia (1995), Le Larzac et après. L’étude d’un mouvement social novateur, trad. de l’américain par S. Alland, Paris, L’Harmattan, Coll. Alternatives rurales, 272 p.

BAKIS Henry (1991), « Témoignage », In :  Moulin B. & Plet Fr., Géographie et contestationsautour de Raymond Guglielmo, C.R.E.V., Paris, pp. 120-126.

BAKIS Henry (2010), Discours suite à la réception des insignes de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite, Université de Montpellier III, décembre.

BATAILLON Claude (2006), « Six géographes en quête d’engagement : du communisme à l’aménagement du territoire. Essai sur une génération », Cybergeo : European Journal of Geography, article 341. http://cybergeo.revues.org/1739

CASEL Catherine (2011), « Adieu, Gug ». http://va.verts.free.fr/spip.php?page=imprimer&id_article=155

ESPACE ET LUTTES (1978-1980), revue, Issn 0183-6013, Directeur de publication R. Guglielmo, Editeur : G.I.A.M. (Groupe d'Information Aménagement).

GRIBET Marie-Françoise (2012), Communication orale, mai.

GUERMOND Yves (1992), « Géographie et dialectique. Le marxisme a fortement influencé les géographes formés dans les années 50 », Le Monde, 24 janvier.

HULBERT François (2009), « L’espace politique de la ville : plaidoyer pour une géopolitique urbaine », L'Espace Politique, vol. 8, n° 2. http://espacepolitique.revues.org/index1330.html

LIEPETZ Alain (2011), Gug, http://lipietz.net/spip.php?breve442.

MAITRON en Ligne (Le) (2012), Guglielmo Raymond, Robert, http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article76233 (dictionnaire biographique en ligne du mouvement ouvrier – mouvement social).

MONCHABLON Alain (2011), « La manifestation à l’Étoile du 11 novembre 1940. Histoire et mémoires », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2011/2, n° 110, pp. 67-81, Paris, Presses de Sciences Po., 224 pages.

MOULIN Brigitte, PLET Françoise (dir., 1991), Géographie et contestationsautour de Raymond Guglielmo, Paris, 1991, C.R.E.V. (Centre de Recherche sur les Espaces de Vie), 214 p. Ouvrage paru à la suite d’un Colloque organisé par le laboratoire Périphéries urbaines, espaces verts, environnement et tenu à l’Université de Paris VIII (10 mars 1990).

ORAIN Olivier (2005), « La géographie comme science. Quand faire école cède le pas au pluralisme », 20 p. Version « longue » du chapitre paru dans Robic, M.-C. (2006).

ROBIC Marie-Claire (Coord.) (2006), Couvrir le monde. Un grand XXème siècle de géographie française, 215 p., Paris, Ministère des Affaires étrangères (Association pour la Diffusion de la Pensée Française), janvier.

ROBINE Jérémie (2008), « Des ghettos dans la nation. Conflit géopolitique à propos des enfants français de l’immigration postcoloniale », Hérodote, n° 130, pp. 173-208.

ROBINET André (2011) Larzac- Millau - Grand Causse. Elevage et partage des savoirs, 269 p. Paris, L’Harmattan, Coll. Graveurs de mémoire.

ROCHETTE René (1965), Compte rendu : « La géographie active, d'après P. George, R. Gugliemo, B. Kaiser et Y. Lacoste », Revue de géographie alpine, vol. 53, n° 3, pp. 491-497.

VANIER Martin (1996), « Compte rendu. Raymond Guglielmo. Les grandes métropoles du monde », Revue de géographie de Lyon, vol. 71, n° 3, p 260.

Haut de page

Notes

1 Le qualificatif est de Claude Manzagol et Louis-Edmond Hamelin (p. 232,) dans leur article de 2008 : « Pierre George (1909-2006), un géant de la géographie ».

2 Novembre 2011.

3 Bataillon Claude (2006), p.15.

4 Bataillon Claude, op. cit.

5 Le C.U.E.V. étant devenu entre-temps l’Université de Paris 8-Vincennes puis l’Université Paris 8-Vincennes à Saint-Denis).

6 J’emploie à dessein le verbe « animer » car il laissait assez vite la place à ses étudiants chargés, en groupes, de préparer et d’exposer des sujets. Son enseignement venait en contrepoint (et encore plus efficace car une partie des étudiants s’était déjà confrontée au sujet) mais il commençait toujours par quelques séances de type « cours magistral » car, s’il n’a jamais obtenu le titre de Professeur ayant refusé de passer sa Thèse d’Etat, il en avait l’envergure et la profondeur.

7 Ce faisant, il a pris position contre une géographie quantitative excessive qui risquait de perdre de vue la compréhension générale des processus économiques et sociaux. Dans l’ouvrage dirigé par M. C. Robic, on peut lire : « certains géographes ‘en lutte’ (Raymond Guglielmo) avaient la tentation d’appliquer à la ‘géographie moderniste’ française des critiques similaires, quand bien même la plupart des ‘quantitativistes’ français étaient des marxistes convaincus... », p. 116.

8 Il trouvait toujours du temps pour les réunions de travail. Je me souviens des innombrables rendez-vous téléphoniques qu’il me fixait même tard le soir pendant mes années de maîtrise et de thèse, pendant lesquels il prolongeait ses enseignements et surtout la formation à la recherche.

9 Ce fut, d’ailleurs, le seul cours magistral auquel il me fut donné d’assister au C.U.E.V. pendant mes cours de licence.

10 Abhervé M. (2011).

11 Mai 2012.

12 Alland A. (1995), Le Larzac et après. L’étude d’un mouvement social novateur, p. 101 note 1.

13 Robinet A. (2011), Larzac- Millau - Grand Causse. Elevage et partage des savoirs, pp. 63-64.

14 Alland A. (1995), p. 101 note 1.

15 Novembre 2011.

16 Longtemps, il n’a attaché aucune importance à ce grade. Son erreur tactique fut peut-être de publier le résultat de ses recherches dans des « Que sais-je ? » (Le gaz naturel dans le monde ; la pétrochimie dans le monde) au lieu d’en faire l’objet, d’abord, de publications dans des médias « scientifiques » reconnus. Il suffit d’examiner le contenu des premières éditions de ces ouvrages et leurs remaniements successifs pour se rendre compte de l’originalité et de l’importance du travail réalisé. Or la collection qu’il choisit pour diffuser ses résultats était connue pour produire des ouvrages de « vulgarisation » et non des résultats de recherches. (Je tiens ces appréciations de Gug lui-même, lors d’une conversation où je lui suggérais de finaliser une thèse d’Etat, « sur travaux » comme cela était possible).

17 Alors que je n’avais pas encore terminé ma licence, Gug m’a invité à rejoindre cette Equipe et d’assister à ses réunions de travail : cela m’a été d’une grande aide pour assimiler méthodes et notions qui n’apparaissaient pas dans les cours eux-mêmes. C’est dans ce cadre stimulant que j’ai pu prendre connaissance de divers sujets de recherches en cours, et qu’il m’a été possible de choisir un sujet (la transnationale IBM) à l’intersection de trois domaines de préoccupation de cette équipe : les secteurs industriels, les investissements étrangers en France, l’activité industrielle en région.

18 Constatant la facture, l’envergure et... le nombre de pages de la thèse d’E. Hammel, j’ai regretté qu’il n’ait pas soutenu un doctorat d’Etat. Lorsque la même situation se reproduisit avec la thèse de M.-F. Gribet, j’ai suggéré à cette dernière d’attendre quelques temps pour soutenir ce travail en tant que thèse d’Etat ; cette suggestion fut repoussée par l’intéressée (ce que je comprends, car à un moment, il faut savoir finir une recherche). Mais son jury de Thèse fit valoir de meilleurs arguments et parvint à recueillir son acceptation. Une demande de dérogation a été faite par le président du jury Yves Babonnaux, connu pour ses travaux sur les villes de la vallée de la Loire et la dérogation a été  accordée par le responsable alors de la recherche, l'historien Duroselle. Un an plus tard, la doctorante soutint brillamment un texte mis à jour et obtint le grade de Docteur d’Etat.

19 M.-Fr. Gribet  (2012), communication orale.

20 J’y tenais car je voulais me donner le maximum de chances dans la recherche de l’emploi. Et puis ! Ayant mesuré l’effort consenti par mes parents pour me permettre de poursuivre des études longues, travaillant tous les étés pour financer ces études (thèse comprise), il m’importait de ne pas prolonger ces études plus que nécessaire.

21 Celles de :
Henry Bakis (1974), Contribution à l'étude de l'organisation de l'espace par les firmes multinationales: I.B.M., Thèse de IIIe cycle, Université de Paris VIII-Vincennes, juin 1974.
Etienne Hammel  (1975), L'industrie de transformation des matières plastiques en France, Thèse de IIIe cycle, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne, 1104 p.

22 Marie-Françoise Gribet  (1978), L'activité industrielle dans le Val de Loire entre Digoin et l’Agglomération de Nevers, Thèse de doctorat d’Etat, Université de Paris I-Panthéon Sorbonne, 29 juin, 910 pages (Service de reproduction des Thèses, Université de Lille III, 1982 in-8e, 760 pp).

23 Mémoire et Documents du SDCG, nouvelle série, vol. 14. Daté 1973, et publié fin 1974.

24 Je lui fis part de mon intérêt pour ce travail et rassuré, il répondit positivement à son éditeur. Ce chantier lui a permis de se remettre un peu malgré lui dans ce type de travail : il m’a ouvert sa documentation personnelle très riche (et admirablement tenue avec la collaboration de son père) avec force de commentaires ; ses relectures, comme toujours, ont été précises et précieuses.

25 « Au-delà du constat et des solutions, la prise de position et le faire-savoir relèvent aussi de la géopolitique... Il faut aussi savoir se dissocier de cette géographie active qui s’active trop souvent à aider les aménageurs à ménager le pouvoir sous toutes ses formes (Guglielmo, 1995) ». Fr. Hulbert (2009), p.25.

26 Je lui sais gré d’avoir respecté mes choix lorsque je ne partageais pas les siens ; il n’a pas pour autant renoncé à me former à la recherche.

27 « Espace et Luttes a pour ambition d’apporter une information critique sur les politiques de l’espace, et en particulier sur les nouvelles stratégies spatiales (redéploiement industriel, réorganisation des rapports entre l’Etat et les collectivités locales, etc.). La revue, qui est dirigée par notre collègue R. Guglielmo, reparaît après plus d’un an d’interruption et un seul numéro, sous une forme un peu différente. Elle résulte elle-même de la disparition-fusion des anciennes revues GIAM et Place. Ce numéro 2 (la périodicité n’est pas précisée), sorti en septembre 1979, comporte notamment des articles ou témoignages sur une ‘rénovation à Villeurbanne, sur les Cévennes et sur le Larzac. Le numéro 3-4 (février 1980) est tout entier consacré aux luttes en Lorraine » (L’Espace géographique, 1980, vol. 9, n° 1, p. 15).

28 M.-F. Gribet (2012), communication orale.

29 Guglielmo R., Moulin B. (1986).

30 Bataillon Cl. (2006), p. 43.

31 http://villejuif-autrement.org//spip.php?article35

32 Guglielmo R. (2002), Strates, [en ligne. Paragraphe 2].

33 Abhervé M. (2011).

34 Il entreprit même, vainement, d’obtenir une dérogation. Mais il lui fallut assumer son choix de ne pas avoir voulu soutenir une Thèse d’Etat.

35 M.-F. Gribet (2012), communication orale.

36 Casel C. (2011).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture du premier numéro de Espace et luttes
Crédits http://www.journaux-collection.com/​fiche.php?id=446008
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1205/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Sommaire du premier numéro de Espace et luttes
Crédits http://www.journaux-collection.com/​fiche.php?id=446008
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1205/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis, « Hommage : Raymond Guglielmo (29 mai 1923 - 18 octobre 2011) », Netcom, 25-3/4 | 2011, 321-332.

Référence électronique

Henry Bakis, « Hommage : Raymond Guglielmo (29 mai 1923 - 18 octobre 2011) », Netcom [En ligne], 25-3/4 | 2011, mis en ligne le 11 avril 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://netcom.revues.org/1205 ; DOI : 10.4000/netcom.1205

Haut de page

Auteur

Henry Bakis

Professeur à l’Université Paul Valéry Montpellier III. ART-Dev (Acteurs, ressources et territoires dans le développement), UMR 5281, Université de Montpellier III, route de Mende, 34199-Montpellier, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org