Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Béatrice Galinon-Mélénec (dir.), L’Homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines

CNRS éditions, 2011
Annick Monseigne
p. 317-318
Référence(s) :

GALINON-MELENEC Béatrice (dir.), L’Homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines, CNRS éditions, 2011, 410 p. ISBN-13: 978-2271071392

Texte intégral

1En première de couverture, une photographie qui a marqué un tournant dans l’histoire de l’Homme  du XXème siècle : l’empreinte du premier pas d’un homme sur la Lune. Deux chapitres liminaires (pp. 15-55) où le directeur de l’ouvrage pose la question de la mise en place de traces symboliques, de la polysémie des traces, de l’absence de trace comme indice, du rôle de l’indexation pour lever la polysémie des signes et enfin de l’enjeu de la traçabilité des traces ouvrent les questions relatives à la visibilité et à l’invisibilité des traces laissées par l’Homme. Y sont étroitement associées la question de leur lisibilité et de leurs interprétations. Le lecteur invité à parcourir des champs disciplinaires divers et des problématiques transversales aux époques et aux lieux en vient nécessairement à des interrogations anthropologiques fondamentales et à replacer ses pratiques dans leurs perspectives.

2L’ouvrage se décompose en trois « livres » centrés sur  les « Questions de langage » (Livre I, 100 pages), « Le corps comme entour sémiotique » (Livre II, 100 pages) et sur une réflexion sur « L’intentionnalité de la marque » (Livre III, 97 pages). Ouvrage d’importance donc. Mais, le lecteur pressé pourra consulter les index et des résumés de chapitres, placés en perspective que ce soit en « Liminaire » (pp 31-58) ou en « Conclusion » (pp 349-372) ; conclusion dans laquelle le directeur de l’ouvrage initie le lecteur à quelques unes des réflexions sur sa conception d’une définition d’un « Homme-trace » (avec tiret) et où il est question d’une anthropologie qui interroge les frontières entre l’homme et l’animal.

3La directrice de l’ouvrage est initiatrice du paradigme de « L’Homme-trace » (avec un tiret). Elle le définit comme étant à la fois « un producteur de traces » et un « construit de traces », deux caractéristiques qu’elle place dans des interactions mutuelles et permanentes. Dans cet ouvrage, elle n’aborde que peu ses propres théories sur le paradigme des « signes-traces du corps » (pp. 191-212) et de « l’Homme-trace ». Elle propose d’examiner essentiellement l’un de ces aspects : l’Homme « producteur de traces ». Pour signifier cette approche parcellaire, le titre de l’ouvrage s’intitule « L ‘Homme trace » (sans tiret) où « trace » est ici le verbe conjugué à la troisième personne du présent.

4L’ouvrage (410 pages) laisse la parole à dix-huit auteurs en sciences humaines et sociales, dont plusieurs font référence dans leur discipline. Les voies sont multiples et c’est au lecteur de choisir son itinéraire de préférence.

5Les lecteurs soucieux de repérer l’usage polysémique du terme « trace » et de s’interroger sur l’emploi qu’ils en font dans leurs propres travaux y trouveront une matière dense.

6Quel que soit le chemin de lecture choisi, l’ouvrage offre l’opportunité de belles découvertes, plus ou moins théoriques. Il porte l’attention non seulement sur les nuances terminologiques (remarquablement exposées par Jeanneret, pp. 59-87), sur l’indicible et l’indiciel dans la trace figurative de la saveur (Boutaud et Dufour, pp. 151-170), mais aussi sur des domaines d’applications aux enjeux majeurs pour le citoyen de toutes les époques : l’effet des traces langagières sur le jugement (Lepastourel et Testé, pp. 127-151), l’Homme interactionniste en politique (Monseigne, pp. 213-233), l’intégration sociale par la traçabilité (Papilloud, pp. 233-249), le passage de la trace à la marque (Steck, pp. 249-272), le rôle des institutions (Gramaccia, pp. 273-288 et Gauthier,289-304), les traces coloniales (Lesourd, pp. 305-330), le traitement des « sans-trace » (Bernardot, pp. 331-349).

7Toutefois, les lecteurs les plus tournés vers les interrogations relatives aux nouvelles technologies s’attarderont sur deux chapitres relatifs aux interactions hommes-machines (Groupe NU, pp 87-104) et à l’usage de Facebook (Martin Juchat et Pierre, pp. 105-126). Ils y trouveront les premiers repères d’un ouvrage sur les traces numériques que le directeur de l’ouvrage annonce déjà comme à paraître chez le même éditeur.

8Un ouvrage de culture générale qui s’avèrera indispensable dans les bibliothèques universitaires et qu’apprécieront tous ceux qui veulent penser l’impact de la production et de l’interprétation des traces dans le monde contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Monseigne, « Béatrice Galinon-Mélénec (dir.), L’Homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines », Netcom, 25-3/4 | 2011, 317-318.

Référence électronique

Annick Monseigne, « Béatrice Galinon-Mélénec (dir.), L’Homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines », Netcom [En ligne], 25-3/4 | 2011, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://netcom.revues.org/1202

Haut de page

Auteur

Annick Monseigne

Directrice de l’Agence de communication SAPIENS, Maître de conférences associée, CDHET & MICA Bordeaux3. annick.monseigne@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org