Navigation – Plan du site
Note de recherche

Les sociabilités des étudiants marocains en mobilité internationale

Etude de cas
Sabrina Marchandise
p. 357-372

Résumés

A partir d’une enquête de terrain, l’article propose d’identifier les réseaux sociaux des étudiants marocains en mobilité internationale selon une approche par les sociabilités dans l’hypothèse d’une remise en question des réseaux traditionnels de la migration marocaine. Il s’agit en outre de faire le lien entre les réseaux et l’entretien des relations notamment par le web social. Une méthode d’analyse du web social permet ainsi de repositionner les réseaux identifiés et leurs implications spatiales et temporelles posant ainsi la question du rôle des nouvelles technologies dans les mobilités qualifiées.

Haut de page

Notes de la rédaction

Dernière version reçue par Netcom : le 18 juin 2013

Texte intégral

  • 1 En 2009, on comptait 3 324 871 étudiants internationaux dans le monde. Ce nombre a augmenté de 31,3 (...)

1Le phénomène des mobilités étudiantes internationales, limité mais déterminant, prend de l’ampleur1 et représente une part non négligeable des migrations internationales. Les mobilités étudiantes ne sont pas nouvelles mais soulèvent des questions inédites dans le champ de recherche des migrations (Cortès, Faret, 2009). Tout d’abord, les réseaux sociaux utilisés dans la mobilité intéressent l’élaboration du projet de mobilité (le choix des études à l’étranger, le choix des destinations) et les liens sociaux entretenus, créés ou recréés en mobilité. Les réseaux sociaux, comme objet intermédiaire entre le niveau macro et celui des individus, font apparaître ce qui relève des actions et des choix d’individus ou de groupes en fonction de leur environnement social (Bakis, 1993). La deuxième dimension aborde l’usage des réseaux sociaux du web, non pas pour créer mais pour entretenir les liens sociaux permettant ainsi une coprésence dans plusieurs lieux en même temps.

  • 2 Le questionnement en termes d’implication des réseaux sociaux dans la mobilité étudiante entraîne d (...)
  • 3 Le téléphone portable n’est pas seulement un objet mais propose un ensemble de services dont la con (...)

2Cette étude de cas relative aux sociabilités des étudiants marocains en mobilité internationale repose sur l’hypothèse de la remise en question du rôle du réseau social traditionnel dans la circulation des qualifiés et sur l’intégration des nouvelles technologies pour l’entretien des liens2. Notre analyse interroge les sociabilités et les différents liens entretenus et recréés en mobilité : liens au pays d’origine, avec les autres étudiants marocains, avec les autres étudiants, etc. Elle permet également de savoir de qui les étudiants marocains en mobilité internationale sont le plus proche (lien d’amitié et soutien). Les réseaux sociaux s’entretiennent d’abord en face-à-face, puis par l’utilisation d’une panoplie de technologies dont le téléphone portable reste le plus représentatif3.

  • 4 Notion utilisée en sociologie pour désigner le phénomène qui consiste à recherche des individus sem (...)
  • 5 [Des raisons éditoriales n’ont pas permis de reproduire dans ce numéro de Netcom les citations résu (...)

3Nous aborderons plusieurs aspects des sociabilités étudiantes marocaines, tout d’abord le lieu d’études comme lieu de rencontre privilégié pour les étudiants, puis l’homophilie4 selon plusieurs critères, les soutiens, l’implication associative et enfin l’entretien des liens par les technologies de communication. L’objectif des entretiens vise à identifier la nature et les caractéristiques des réseaux sociaux à partir des sociabilités étudiantes. Nous proposons ici une grille de lecture de ces entretiens5 qui sera précisée pour les différents réseaux mis en exergue.

Le lieu de formation, un lieu de rencontre privilégié

4Des différences de sociabilités étudiantes sont observées selon les formations. Elles peuvent être synonymes d’ouverture et de rencontres, mais peuvent aussi favoriser un entre-soi quand la formation compte de nombreux étudiants marocains ou un entre-soi social du fait de l’élitisme de certaines formations.

  • 6 « La première année je n’ai pas connu de français, j’ai l’impression que je suis venu avec des Maro (...)

5En fonction du nombre d’étudiants marocains dans la formation, les sociabilités diffèrent. Si la formation présente de nombreux étudiants marocains, la tendance observée est celle du regroupement automatique, souvent abordé dans les entretiens avec regret. Les étudiants sont partagés entre la satisfaction d’être avec des compatriotes et la contrainte de se refermer sur le monde marocain même en France6. Dans les formations où les étudiants marocains sont moins nombreux, la tendance diffère quelque peu. Les étudiants créent des liens intimes avec les autres marocains tout en intégrant les autres étudiants dans leurs fréquentations, pour certains les liens forts sont uniquement concentrés sur le cercle des amis marocains, tandis que d’autres élargissent leur cercle de proches. Quelques étudiants sont dans une formation où ils se retrouvent seul(e) marocain(e) ; dans ce cas, l’obligation est ressentie de s’ouvrir aux autres, de créer une dynamique de rencontre et d’échange.

  • 7 « C’était facile de m’intégrer parce que c’est la même mentalité que ce que j’ai connu au Maroc au (...)

6Le parcours antérieur (lycée fréquenté au Maroc) influence également les sociabilités développées à l’étranger. Plusieurs étudiants issus du lycée français mentionnent la facilité à créer des relations avec les étudiants français, notamment grâce à la maîtrise de la langue et par le choix de cursus regroupant assez peu d’étudiants marocains, comme cette étudiante en médecine7.

L’homophilie, récurrente dans les discours

  • 8 « Il n’y a que des Marocains dans mon entourage, je ne peux même pas dire il y a plus de Marocains (...)

7Pour rendre compte de l’homophilie qui apparaît dans les entretiens, nous avons cherché à dépasser la simple catégorie du réseau ethnique en abordant toutes les formes homophiles des sociabilités étudiantes. « Qui se ressemble, s’assemble », les ressemblances s’expriment notamment par l’âge, la nationalité, l’origine sociale, l’université ou l’école fréquentée. Les liens privilégiés avec les autres étudiants marocains se justifient dans les discours par une affinité culturelle naturelle, facilitant les relations. Certains étudiants recherchent principalement des liens avec d’autres étudiants marocains tandis que d’autres arrivent délibérément dans une démarche d’ouverture et d’échange avec des étudiants d’autres nationalités8.

8L’homophilie peut être favorisée par des lieux de rencontre spécifiques, facilitant ainsi les liens. C’est le cas de la maison des étudiants de l’université de Lille 1 (MDE) qui permet la concentration d’un grand nombre d’étudiants marocains notamment par la présence de l’association marocaine des étudiants de Lille (AMEL) ainsi que par l’organisation d’évènements festifs et culturels. L’homophilie s’exprime selon diverses proximités, non seulement par l’origine mais également par les études. Les liens se développent avec les personnes côtoyées au quotidien. Ainsi, les étudiants marocains fréquentent souvent d’autres étudiants marocains mais le cercle intime restreint peut être élargi à des étudiants d’autres nationalités, notamment française, dans le même cursus d’études supérieures. Nous avons pu observer une homophilie sociale et un certain corporatisme d’école pour les étudiants au sein d’écoles de commerce ou d’ingénieur. La proximité développée au sein des grandes écoles n’est toutefois pas toujours désintéressée et marque un temps fort de création et d’entretien de réseau. Ces réseaux étudiants s’associent ensuite aux réseaux professionnels et permettent une intégration des diplômés sur le marché du travail. Les liens ne sont donc pas forcément amicaux mais relèvent d’une identité d’école. Avoir la même ville d’origine facilite également une proximité des rapports entre les étudiants. Pour certains, l’origine est un facteur explicatif de la bonne entente, du lien intime et fort qui se crée dès la rencontre. Quelques étudiants mentionnent le fait d’être arabe et pas seulement marocain comme facteur rapprochant. Des relations amicales se bâtissent dans la compréhension des cultures. Le fait d’être étranger mais arabe permet d’établir des liens entre personnes expatriées. Au sein de notre échantillon, une seule étudiante a déclaré un refus total de se faire des amies marocaines même si dans les faits, elle côtoie quelques marocains. Moins de 5 % des étudiants ont très peu de relations sociales et sont assez isolés dans leur parcours d’étudiant.

9A partir de ces données, nous avons identifié différents réseaux sociaux étudiants : les amis marocains en France ou à l’étranger, les amis français ou d’autres nationalités, les connaissances et étudiants de la même formation (tableau suivant).

Tableau 1 : Caractéristiques des différents réseaux sociaux identifiés par homophilie

Réseaux sociaux étudiants

Nature

Interactions sociales

Temporalités

Implications spatiales

Amis marocains en France ou à l’étranger

Marocains

Taille élastique qui tend vers la stabilité

Attachement très fort

Support : direct et Internet

Amitié, soutien important

Création en partie avant la mobilité et pendant

Ancrage,

Expériences spatiales : circulations, trajectoires

Amis français ou autres nationalités

Nationalités variées

Taille élastique

Attachement relatif

Support : direct et Internet

Relations amicales ou festives

Elargissement en fonction des trajectoires

Approfondissement ou abandon de certaines relations

Ancrage, circulations touristiques

Connaissances, études

Toutes nationalités

Taille élastique

Attachement relatif

Support : direct et Internet

Relations distantes, superficielles ou festives. Liens fragiles

Elargissement en fonction des trajectoires

Ancrage, circulations touristiques

10Chaque catégorie regroupe nécessairement les amis d’études mais ils apparaissent au sein des réseaux identifiés selon un gradient de proximité ou selon leur nationalité. Le réseau des amis marocains en France ou à l’étranger rend compte d’un attachement très fort expliquant des interactions nombreuses et intimes. Ce réseau se crée en partie avant la mobilité internationale et s’agrandit pendant la mobilité, engendrant un réseau de taille élastique qui tend vers la stabilité. Ce réseau présente des implications spatiales fortes puisqu’il ancre les étudiants dans la ville d’études et leur procure des expériences spatiales fréquentes par les circulations, mais surtout influence leurs trajectoires. En dehors des relations amicales fortes, les relations avec les étudiants français ou d’autres nationalités sont plutôt définies comme temporaires, voire festives (exemple des étudiants Erasmus ou des fêtes de promo). Ce réseau s’élargit en fonction des trajectoires et offre la possibilité d’approfondir certaines relations ou d’en abandonner d’autres. Il rend compte d’un ancrage dans la ville d’études tout en permettant des circulations touristiques. Enfin, le réseau des connaissances et étudiants de la même formation se rapproche du précédent dans la mesure où le réseau s’élargit en fonction des trajectoires selon un attachement relatif.

Des soutiens provenant de réseaux variés

11La nature des soutiens est de différents ordres : financier, moral ou logistique. Parmi les personnes en lien avec les étudiants, certaines apportent un soutien primordial pour la vie à l’étranger dans la ville d’études. Une distinction des formes de soutien peut se faire selon les réseaux familiaux, amicaux et autres (écoles, associations, groupes Facebook, etc.) et selon le fait d’être marocain ou non.

  • 9 Cette approche des TIC sera abordée ultérieurement.
  • 10 Quelques rares étudiants ne trouvent pas vraiment de soutien dans la ville d’études et restent atta (...)

12En premier lieu, les soutiens viennent d’autres étudiants marocains. Le mot solidarité revient souvent, ce sont de « véritables soutiens puisqu’ils vivent une expérience semblable ». Les soutiens interviennent à la fois pour l’accueil et l’hébergement à l’arrivée mais également pour affronter toutes les situations de la vie étudiante à l’étranger. Le soutien vient ensuite du réseau familial, soit à distance par la famille au Maroc soit par la famille présente sur place, surtout frère, sœur, cousin, cousine. Par contre, nous observons un peu plus de distance avec les oncles et les tantes en France, ils ont parfois aidé à l’accueil les premiers temps, mais les étudiants prennent ensuite de la distance souvent pour favoriser leur indépendance et leur vie étudiante. Les soutiens associatifs sont également mentionnés. Il s’agit soit d’associations d’étudiants marocains, soit d’associations étudiantes au sein des formations. Certains lieux favorisent la rencontre et le partage d’expérience, c’est le cas de la maison des étudiants de l’université de Lille 1, où un grand nombre d’associations d’étudiants étrangers y ont leur local, y compris l’association marocaine des étudiants de Lille. Au niveau collectif, le soutien peut provenir de façon plus indirecte des groupes Facebook d’étudiants marocains9. Concernant les autres formes de soutien, seuls sept étudiants enquêtés citent une personne non marocaine comme soutien proche. Il s’agit de relations amicales fortes (au sein de la formation ou de la cité universitaire) qui existent souvent en plus des relations avec les amis marocains. Il arrive parfois que l’étudiant développe surtout des relations amicales avec des français et des étrangers et peu avec les marocains. En outre, quelques étudiants ont un petit ami ou une petite amie française. La question du choix du partenaire révèle en creux des éléments de considération du retour après les études. Parfois le soutien vient de personnes inattendues comme les enseignants. Certaines relations s’avèrent décisives, surtout quand les étudiants sont seuls10.

13Nous avons identifié deux autres réseaux sociaux à partir des soutiens : la famille et les amis marocains au Maroc (tableau suivant), ceux-ci s’additionnent aux réseaux homophiles procurant également des soutiens. Toutefois ces deux réseaux s’expriment quasi-exclusivement par diverses formes de soutien en mobilité.

Tableau 2 : Caractéristiques des différents réseaux sociaux identifiés à partir des soutiens apportés

Réseaux sociaux étudiants

Nature

Interactions sociales

Temporalités

Implications spatiales

Famille

Marocains

Taille réduite et stable

Attachement très fort

Support : téléphone

Mobilisation : soutiens, liens solides

Fixe dans le temps

Calendrier scolaire des visites

Ancrage Maroc : circulations (allers- retours)

Trajectoires, circulations

Amis marocains au Maroc

Marocains

Taille variable, souvent conséquente

Attachement très fort

Support : téléphone, Internet

Liens d’amitié électifs

Entretenu en mobilité

Peut rétrécir dans le temps

Ancrage Maroc : circulations (allers-retours)

14Les étudiants éprouvent pour ces deux réseaux de taille différente un attachement très fort dont les interactions sont répétées et intenses. Le réseau familial est un groupe stable et fixe dans le temps. Les implications spatiales pour les étudiants sont de trois ordres : ce réseau favorise l’ancrage au Maroc (par le lien, la projection, les visites), le soutien du réseau familial peut être à l’origine du projet de mobilité (possibilité du projet, influence sur les trajectoires), les circulations sont régulières et basées sur le calendrier scolaire. Le réseau des amis marocains au Maroc représente un réseau de taille variable mais souvent conséquent, entretenu en mobilité et pouvant rétrécir avec le temps. Il permet l’ancrage des étudiants au Maroc (liens, souvenirs, visites) et favorise les circulations au Maroc (allers-retours).

15Il est intéressant de constater la distance vis-à-vis de la famille en France. L’identification des réseaux de soutien rend compte du peu de place accordée à la famille en France (hors frères et sœurs, souvent assimilés aux amis marocains en France ou à l’étranger). Le réseau traditionnel de la migration (famille élargie, connaissances originaires de la même ville, connaissances familiales, etc.) occupe une place souvent marginale dans la vie de l’étudiant en mobilité excepté à l’arrivée et à de rares occasions de circulations. Ainsi les réseaux de soutien qui font sens pour les étudiants concernent la famille au Maroc, les amis marocains au Maroc et les amis marocains en France. Le soutien du réseau traditionnel change donc d’intensité et de fonction. Quand il est mobilisé, il s’agit d’un soutien à l’arrivée, souvent provisoire (quelques jours) et dont les liens ne sont pas maintenus pendant la mobilité de l’étudiant. Il s’agit là d’une distinction fondamentale entre les étudiants marocains et les autres migrants marocains allant dans le sens d’une particularité de la mobilité étudiante marocaine.

Des formes d’engagement limitées

16D’autres réseaux pourraient être affiliés aux réseaux sociaux de soutien : associations, institutions, groupes religieux, groupes Facebook ou groupes politiques. Nous les traitons séparément au regard de leur particularité dans la mobilité étudiante marocaine : au-delà des formes de soutien, ces réseaux s’inscrivent dans des parcours individuels et révèlent la complexité des intérêts des étudiants.

17Au sein de notre échantillon, vingt étudiants de Lille font partie de l’Association Marocaine des Etudiants à Lille (AMEL) ou de l’Association des Marocains aux Grandes Ecoles (AMGE). Parmi eux, nous retrouvons des membres actifs, des adhérents ou des sympathisants (qui participent aux évènements). Ces deux associations sont à Lille alors qu’aucune association étudiante marocaine n’existe à Montpellier. Dix étudiants ont connaissance de l’existence de ces associations sans en faire partie. Enfin, 47 étudiants font partie d’un groupe Facebook : 27 pour le groupe de l’Amel ou de l’Amge et 20 pour le groupe des étudiants marocains de Montpellier. Les deux associations existantes s’inscrivent dans un historique associatif étudiant lillois et, pour l’Amel, dans un héritage d’associations politiques à l’université de Lille.

18Le tableau suivant reprend les autres réseaux sociaux identifiés, non communs à l’ensemble des étudiants.

Tableau 3 : Caractéristiques des autres réseaux sociaux identifiés

Réseaux sociaux étudiants

Nature

Interactions sociales

Temporalités

Implications spatiales

Associations

Marocains (surtout)

Taille limitée

Attachement culturel et idéologique

Support : direct et Internet

Proximité identitaire, networking

Création et entretien pendant une étape de la mobilité

Ancrage local et Maroc

Amis du lycée français

Marocains

Taille réduite

Attachement fort

Support : direct, téléphone et Internet

Relations amicales fortes, liens solides

Création avant la mobilité et entretien pendant la mobilité

A l’origine de la mobilité internationale

Impacts sur circulations et trajectoires

Institutions

Acteurs institutionnels

Taille très limitée

Utilité administrative

Support : direct, Internet et courrier

Relations formelles

Création avant la mobilité et entretien pendant la mobilité

A l’origine de la mobilité internationale

Politique

Marocains

Taille limitée

Attachement idéologique

Support : direct et Internet

Relations épisodiques

Création et entretien pendant la mobilité

Ancrage local et Maroc

Religion

Marocains (surtout)

Taille réduite

Attachement cultuelle

Support : direct

Relations épisodiques

Création et entretien pendant la mobilité

Ancrage local et Maroc

Groupes Facebook d’étudiants marocains

Marocains

Taille élastique

Attachement relatif, modéré

Support : Internet

Relations anonymes, de groupe

Création et entretien pendant la mobilité

Ancrage local et Maroc

19Au sein de ces réseaux, nous distinguons d’abord ceux créés avant la mobilité et entretenus pendant la mobilité : les amis du lycée français et les institutions. Ces réseaux ont des implications spatiales fortes puisqu’ils influencent les trajectoires étudiantes par le choix des études et des destinations. Ensuite, d’autres réseaux sont créés et entretenus pendant la mobilité : les groupes liés à l’engagement politique, à la religion et les groupes Facebook d’étudiants marocains. Les associations ont une temporalité de création variable selon les étudiants, soit connaissance avant la mobilité soit pendant. Toutefois, ces quatre réseaux favorisent à la fois l’ancrage local dans la ville d’études par les pratiques (par exemple participer aux actions de l’association, se rendre à la mosquée) et l’ancrage au Maroc par les représentations (par exemple projection de l’engagement politique au Maroc, volonté de pratiquer sa religion au Maroc, implication pour des actions de soutien au développement du Maroc).

L’entretien des liens par les TIC

  • 11 Le réseau social Facebook est celui utilisé par les étudiants marocains en mobilité. Il est égaleme (...)

20Les entretiens ont permis d’identifier les différents réseaux mais également de mettre en avant la forme la plus rependue de l’entretien de ses réseaux : le web social. Les nouvelles technologies sont abordées comme différentes médiations interpersonnelles à travers lesquelles les échanges sont mis en forme (Licoppe, Zbigniew, 2003, p. 2). Nous observons souvent une combinatoire des TIC, mais en dehors de l’utilisation classique du téléphone, notre recherche met en avant l’utilisation intense des réseaux sociaux sur le web, notamment du réseau Facebook11. A partir de là, quelles formes nouvelles prend le lien, surtout en mobilité internationale ? Quelles sont les possibilités offertes par le web ? Comment s’en saisissent les étudiants marocains ?

  • 12 « C’est notre génération, que ce soit les Marocains, les Algériens et les Tunisiens, on doit tous ê (...)

21La grande majorité se considère comme la « génération des réseaux sociaux ». L’illustration par les propos d’étudiants rend compte des usages du réseau et des possibilités offertes aux étudiants en mobilité internationale. Les entretiens présentent le réseau social Facebook comme incontournable pour créer et entretenir les liens à distance dans un contexte d’évolution technologique rapide dans le sens d’une connexion continue au réseau offrant ainsi un soutien et un partage quotidien à distance12. Quelques entretiens font le lien entre ce contexte et celui des révolutions arabes nécessitant une connexion et un suivi des informations.

22Un des avantages du réseau est de ne pas devoir être actif pour prendre des nouvelles : c’est l’idée de savoir ce que les amis font et comment ils vont sans même leur parler directement.

  • 13 « Je suis beaucoup sur Facebook, minimum 1 heure par jour mais souvent bien plus, plutôt au moins 3 (...)

23L’idée de circulation et de voyage grâce à Facebook est souvent reprise. Le fait d’être en lien quotidiennement avec des amis dans différentes villes du monde, de partager des photos, des commentaires ou des humeurs suscite l’envie de découvrir par soi-même ces villes. La mobilité envisagée peut être le temps d’un voyage ou même à plus long terme, dans l’idée de poursuivre des études ou de travailler13.

24L’idée d’utiliser le web social pour retrouver des amis au Maroc a souvent émergé. Facebook connaît un très grand succès au Maroc, il est donc devenu possible de reprendre contact avec les amis de primaire, du collège ou du lycée soit restés au Maroc soit partis à l’étranger.

  • 14 Projet ANR e-Diasporas Atlas coordonné par la FMSH – programme TIC-migrations et sous la responsabi (...)

25La méthodologie employée permet notamment un traitement qualitatif des réseaux personnels Facebook des étudiants marocains. Vingt d’entre eux se sont portés volontaires pour participer au protocole mis en place pour l’étude des réseaux Facebook dans le cadre du projet e-diasporas14. A partir des données recueillies, des graphes sont élaborés pour les vingt étudiants. Des entretiens de commentaire de graphe sont réalisés pour chacun d’entre eux. Sur les graphes de réseaux personnels des étudiants, les étudiants dont le réseau est représenté n’apparaissent pas puisqu’ils sont par définition reliés à tous leurs amis. Les traits représentent les relations existantes sur Facebook entre les amis de l’étudiant concerné. Nous prenons ici le cas de B., étudiante à Montpellier. A gauche se trouve le graphe de son réseau et à droite, le graphe commenté par l’étudiante. Afin de simplifier la lisibilité, nous en avons tiré une schématisation.

Illustration 1 : Graphe du réseau Facebook de B., étudiante à Montpellier

Illustration 1 : Graphe du réseau Facebook de B., étudiante à Montpellier

Illustration 2 : Graphe du réseau Facebook de B

Illustration 2 : Graphe du réseau Facebook de B

26Deux clusters (grappes ou cercles) se distinguent nettement en regroupant la majorité des contacts sur Facebook : d’un côté les amis du lycée français et de l’autre ceux de l’école d’architecture de Montpellier où elle étudie aujourd’hui. Des liens existent entre ces deux clusters par l’intermédiaire d’amis du lycée venus étudier également à Montpellier.

27Parmi les cercles construits au Maroc, quelques personnes forment le cluster de la famille, nous retrouvons aussi les clusters du collège. A Montpellier, en dehors de l’école, trois autres clusters plus restreints se distinguent : celui d’amis libanais de Montpellier dont la connaissance a été rendue possible par une amie marocaine du collège, un cluster des amis marocains de Montpellier très connecté au cercle du lycée et de l’école d’architecture, et un cluster des amis d’un bar de Montpellier où elle a fait la connaissance de son petit-ami actuel. La grande majorité des amis les plus proches est de nationalité marocaine.

28D’une manière générale, le réseau Facebook représente à la fois la volonté de s’impliquer davantage socialement au Maroc et la possibilité d’entretenir des liens qui occasionneront peut-être des voyages.

  • 15 « J’utilise Facebook chaque jour mais par vraiment pour chater, plutôt pour voir les vidéos, partag (...)

29Le réseau représente également un moyen d’information surtout dans le contexte des révolutions arabes, avec une certaine méfiance des informations mainstream. Les informations alternatives délivrées par des amis ou des personnalités sur Facebook sont perçues comme « véritables » parce qu’elles s’éloignent des journaux traditionnels et les critiquent, offrant ainsi d’autres points de vue15.

  • 16 « parce que les amis au Maroc n'ont pas Facebook. Et même au Maroc ils n'ont pas la même utilisatio (...)

30Pour certains, l’utilisation du réseau peut être différente entre la France et le Maroc, par exemple pour cet étudiant qui vient d’une petite ville près d’Agadir et qui se sert du réseau quasiment exclusivement pour les amis en France presque par obligation pour maintenir le lien social. Dans ce cas, utiliser Facebook devient un devoir social16 .

Conclusion – Des relations sociales spatialisées

31L’identification des réseaux sociaux des étudiants en mobilité internationale montre que les cercles ne sont pas figés, hermétiques ou repliés, mais au contraire ils semblent relativement souples et élastiques. Ce résultat fait donc apparaître une spécificité des étudiants, par définition dans une situation d’apprentissage et de découverte. Les profils d’étudiants varient en fonction des réseaux de chacun et donc de la présence d’un plus ou moins grand nombre de cercles ainsi que de leur mobilisation. Puisque les rencontres se font souvent par le biais des réseaux, nous pouvons considérer que le réseau entraine le réseau. Ainsi les cercles sociaux restent ouverts.

32Nous pouvons distinguer les acteurs selon leur origine (réseaux originaires du Maroc ou non) et selon leur statut (famille, amis, connaissances, associations). La forme du réseau se définit également en fonction de sa taille et de la représentation des relations par l’attachement. Certains types de réseaux nous apparaissent particuliers selon les étapes de la mobilité. Les réseaux institutionnels représentent ainsi un support privilégié pour la mobilité (réseaux d’écoles, coopérations, etc.). Les réseaux identitaires comme les associations étudiantes marocaines jouent également un rôle non négligeable dans la vie étudiante une fois en mobilité.

33Les temporalités révèlent à la fois les processus de mise en réseau et leurs logiques ainsi que les mécanismes d’approfondissement et d’élargissement des réseaux. Par approfondissement nous entendons le fait de rendre les réseaux existants plus forts (entraide par la circulation de l’information, services, soutiens, conseils, solidité des liens). L’élargissement des réseaux se définit par l’enrichissement de nouvelles relations venant s’ajouter à celles existantes. Les modes d’élargissement des relations se produisent soit au sein de relations homogènes (bonding) renforçant les liens intergroupes, soit au sein de relations hétérogènes (bridging) permettant ainsi une diversité et un lien entre différentes sphères. La force des liens faibles peut entrainer une certaine porosité des barrières entre sphères proches et aboutir à un élargissement et à un enrichissement du réseau.

34Nous ajoutons les implications spatiales des réseaux sociaux à la fois en termes de trajectoires et de circulations incluant une ouverture internationale mais également en termes d’ancrage soit local (relations qui favorisent les liens dans la ville d’études), soit au Maroc (relations qui contribuent à fixer l’étudiant au Maroc). Nous pouvons parler de relations sociales spatialisées.

35Cette étude de cas apporte des éléments permettant de valider l’hypothèse de l’activation des réseaux de nature différente, qui se font et se défont, se superposent dans des temporalités variées. Quant à l’hypothèse de la remise en question du réseau social traditionnel dans la circulation des qualifiés, nous apportons des éléments dans le sens d’un changement de fonction et d’intensité. En effet, nous observons d’un côté une proportion substantielle des réseaux tournée vers le monde étudiant, et d’un autre côté, les résultats montrent une forte présence des autres étudiants marocains dans l’entourage direct des personnes enquêtées.

Haut de page

Bibliographie

BAKIS H. (1993), Les réseaux et leurs enjeux sociaux, Paris, Presses Universitaires de France, collection « Que sais-je? », 127 p.

CORTES G., FARET L. (dir.) (2009), Les circulations transnationales. Lire les turbulences migratoires contemporaines, Paris, Armand Colin, Collection U, 244 p.

CUSSET P.-Y. (2007), Le lien social, Paris, Armand Colin, 126 p.

DEGENNE A., FORSE M. (2004), Les réseaux sociaux, Paris, A. Colin, 294 p.

DIMINESCU Dana (Ed.) (2012), “Diasporas on the Web”, Social Science Information, vol. 51, n° 4, pp. 451-695.

LACROIX Thomas (2010), « L’imaginaire migratoire chez les jeunes marocains de France », In: Lorcerie F. (ed.), Pratiquer les frontières. Jeunes migrants et descendants de migrants dans l’espace franco-maghrébin, Paris, Editions du CNRS, pp. 121-138.

LAFFORT Bruno (2009), L’immigration des intellectuels marocains en France : regards sur une génération d’étudiants étrangers, Saint-Denis : Institut Maghreb-Europe ; Paris, Karthala, 439 p.

LICOPPE C., ZBIGNIEW S. (2003), « La petite musique du lien : Vers une pragmatique de la sociabilité médiatisée », Conférence publique présentée à l’Université du Québec à Montréal suite à une invitation du doctorat conjoint et de la Chaire UNESCO-Bell de l’UQAM http://unesco.bell.uqam.ca/article.php?id_article=121

MARCHANDISE S. (2013, à paraître), Les réseaux sociaux des étudiants marocains en mobilité internationale. Une territorialisation dans le mouvement, thèse de géographie, Université Montpellier III (sous la direction de G. Cortès & H. Bakis).

Haut de page

Notes

1 En 2009, on comptait 3 324 871 étudiants internationaux dans le monde. Ce nombre a augmenté de 31,3% depuis 2005 (données Campus France, 2011).

2 Le questionnement en termes d’implication des réseaux sociaux dans la mobilité étudiante entraîne de nouvelles exigences sur le plan méthodologique dans l’idée d’articuler la théorie et la méthode. Le travail porte à la fois sur l’aspect quantitatif par l’éclairage des données statistiques et sur l’aspect qualitatif des relations sociales afin de saisir la dynamique des rapports sociaux et leurs manifestations dans l’espace. L’approche se base sur l’analyse des trajectoires, des sociabilités et des pratiques des acteurs, en mobilisant des techniques classiques de production de données (observations et enquête par entretiens : 77 entretiens d’étudiants marocains de Lille et de Montpellier menés entre 2010 et 2012) et des techniques innovantes d’analyse des réseaux du web social.

3 Le téléphone portable n’est pas seulement un objet mais propose un ensemble de services dont la connexion Internet. C’est un équipement coûteux que les étudiants marocains possèdent en grande majorité. Précisons qu’ils sont généralement socialement favorisés, à la différence des migrants marocains « traditionnels ».

4 Notion utilisée en sociologie pour désigner le phénomène qui consiste à recherche des individus semblables à soi (amitié, voisinage). Il s’agit de l’attirance pour l’identique. Il a été écrit qu’une « des principales caractéristiques des relations affinitaires est d’être homophile » (Degenne, Forsé, 2004, p. 40).

5 [Des raisons éditoriales n’ont pas permis de reproduire dans ce numéro de Netcom les citations résultant des entretiens menés par l’auteur de cet article. Le lecteur pourra les retrouver dans la thèse de Sabrina Marchandise (en cours de finalisation, la soutenance étant prévue pour la fin 2013). Note de l’Editeur]

6 « La première année je n’ai pas connu de français, j’ai l’impression que je suis venu avec des Marocains, on est restés entre nous, et je n’ai vraiment pas connu de Français. » I., étudiant à Lille dans une classe où un tiers des étudiants sont marocains.

7 « C’était facile de m’intégrer parce que c’est la même mentalité que ce que j’ai connu au Maroc au lycée français. Je n’ai quasiment que des amis français. Je connais quelques étudiants marocains quand même, une fille qui fait une école d’ingénieur. (…). Pour les étrangers qui restent entre eux, c’est une erreur parce qu’ils ne s’ouvrent pas, ils ne maîtrisent pas la langue. C’est la peur d’affronter les personnes qu’on ne connaît pas mais en même temps on reste dans le piège de ne pas découvrir de nouvelles choses. Avec le temps, on s’aperçoit qu’on n’est pas si différent que ça. » K., étudiante à Montpellier.

8 « Il n’y a que des Marocains dans mon entourage, je ne peux même pas dire il y a plus de Marocains parce qu’il n’y a que des Marocains. J’ai connu beaucoup de monde pendant mes études mais c’est beaucoup plus le cadre associatif qui m’a permis de faire ces contacts. Sinon dans les études, je connaissais la majorité avant même de les rencontrer pendant les études. » N., étudiant à Lille.
« Je ne traîne pas beaucoup avec les amis Français, de l’école ou d’ailleurs, parce qu’on n’est pas dans le même délire. Généralement je ne suis qu’avec des marocains, tout le temps. (Tu les connais comment ?) Certains je les ai connus dans des soirées, des amis d’amis, ce qui fait que quand on sort on est toujours tous ensemble. D’autres je les ai connus dans mon école. Finalement on se retrouve tous dans les mêmes soirées. » O., étudiant à Montpellier.

9 Cette approche des TIC sera abordée ultérieurement.

10 Quelques rares étudiants ne trouvent pas vraiment de soutien dans la ville d’études et restent attachés à la famille et aux amis au Maroc, c’est le cas de S., étudiante en médecine à Lille qui n’a pu compter sur personne. Cette situation concerne plutôt des étudiants isolés dans leur formation et dont les études demandent une implication totale.

11 Le réseau social Facebook est celui utilisé par les étudiants marocains en mobilité. Il est également le principal réseau social en France et a joué un rôle de médiation dans le cadre des « révolutions arabes ». Toutefois, il existe un grand nombre de réseaux sociaux dans le monde, tel Orkut au Brésil ou en Inde.

12 « C’est notre génération, que ce soit les Marocains, les Algériens et les Tunisiens, on doit tous être connectés 24h/24. D’ailleurs les révolutions arabes c’est grâce à ça. En grande partie, grâce aux internautes sur Facebook notamment. Aujourd’hui c’est Facebook, hier c’était skyblog, avant-hier c’était Msn, demain ce sera autre chose. Msn c’est dépassé, c’est la préhistoire du réseau social. Demain ce sera autre chose que Facebook. Je suis toujours connecté et joignable 24h/24. Je dois passer environ 4 heures par jour uniquement sur Facebook, je regarde les vidéos, je commente, je commente les commentaires, je chate... La seule chose qui manque c’est la webcam mais c’est pour bientôt. Je m’en sers pour tout, avec les amis ici et au Maroc, d’ailleurs c’est un avantage parce qu’on n’appelle pas forcément les amis au Maroc alors Facebook c’est une facilité pour garder le lien, je peux leur parler tous les jours, ce qui aurait été impossible il y a encore quelques années. Ça permet de garder le contact avec ceux à Paris, à Nice, aux Etats-Unis et je sais que je pourrai garder le contact avec ceux que je vais rencontrer dans les futurs voyages. Donc au final, c’est vraiment une toile qui se tisse entre nous tous. Facebook c’est une ouverture vers le monde et en même temps ça me rattache au Maroc. Je suis très heureux d’être de cette génération, en même temps pour moi c’est normal parce que je grandis avec ça. C’est impossible de trouver quelqu’un de mon âge qui n’utilise pas internet. Spécialement en tant qu’étudiant marocain qui voyage, c’est un outil incroyable pour garder le contact. C’est vraiment quelque chose qui permet à la communauté de se rapprocher. Surtout que beaucoup d’amis du lycée sont en France. Franchement c’est une invention super. En plus ça m’a aidé à connaître les Marocains que je rencontre ici. D’abord je commence à voir son mur, ses activités, comment il pense et après on commence à discuter. Au final, grâce à internet je me fais de nouveaux amis, plus virtuels que réels finalement, mais c’est virtuel et ça devient réel quand on se retrouve en ville, on se connait un peu, ça crée des liens. » H., étudiant à Montpellier.

13 « Je suis beaucoup sur Facebook, minimum 1 heure par jour mais souvent bien plus, plutôt au moins 3 ou 4 heures, en plus je l’ai sur le portable alors c’est comme si j’y étais tout le temps. Comme ça je garde le contact parce que mes amis sont un peu partout dans le monde, en France, en Espagne, aux Etats-Unis, en Angleterre, au Canada. Et de leur parler souvent, ça me donne envie de voyager, d’aller les voir et même d’aller vivre dans certains de ces pays parce que mes amis me racontent leur vie là-bas, ils me montrent les photos, c’est pour ça que j’ai envie d’aller au Canada surtout. » M., étudiante à Montpellier.

14 Projet ANR e-Diasporas Atlas coordonné par la FMSH – programme TIC-migrations et sous la responsabilité de Dana Diminescu. L’objet de ce projet est d’analyser et de visualiser la dynamique des systèmes migratoires et ses évolutions sur le web. Pour en savoir plus : http://www.e-diasporas.fr/

15 « J’utilise Facebook chaque jour mais par vraiment pour chater, plutôt pour voir les vidéos, partager des informations, voir ce qui se passe au Maroc, surtout ces derniers temps avec ce qui se passe dans le monde arabe parce que les autres sites d’information sont toujours commandés par quelqu’un ou quelque chose alors que sur Facebook ce sont les gens qui produisent l’information, c’est eux-mêmes qui racontent. Donc c’est plus vrai, plus crédible. En plus parfois tu peux entendre des avis totalement contraires et après c’est toi qui fait ton avis. » M., étudiant à Montpellier.

16 « parce que les amis au Maroc n'ont pas Facebook. Et même au Maroc ils n'ont pas la même utilisation de Facebook, ici c'est vraiment un réseau de communication au quotidien, là-bas non c'est juste pour voir des films, des vidéos. Ici pour exister socialement il faut poster souvent, là-bas, ils s'en foutent, la vie sociale se trouve ailleurs, se trouve dans la rue, dans les clubs de foot. Ici ta vie sociale est derrière l'écran. » S., étudiant à Lille.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Graphe du réseau Facebook de B., étudiante à Montpellier
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Illustration 2 : Graphe du réseau Facebook de B
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabrina Marchandise, « Les sociabilités des étudiants marocains en mobilité internationale », Netcom, 26-3/4 | 2012, 357-372.

Référence électronique

Sabrina Marchandise, « Les sociabilités des étudiants marocains en mobilité internationale », Netcom [En ligne], 26-3/4 | 2012, mis en ligne le 18 mars 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://netcom.revues.org/1084 ; DOI : 10.4000/netcom.1084

Haut de page

Auteur

Sabrina Marchandise

Doctorante en géographie, laboratoire ART-Dev – UMR 5281, sabrina.marchandise@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org