Navigation – Plan du site
Compte-rendu

Surveillance maritime et nouveaux outils d’observation : une contribution à une géopolitique de l’antimonde

Compte rendu de la thèse de Mélanie Fournier
Henry Bakis
p. 389-394

Texte intégral

  • 1 Compte rendu de la thèse de Mélanie Fournier (2012), L’apport de l’imagerie satellitale à la survei (...)
  • 2 Jean Rieucau, Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012.
  • 3 Comme l’a indiqué Valérie Lavaud Letilleul lors de son intervention.

1Le sujet traité par Mélanie Fournier était ambitieux1, d’autant que la doctorante occupait parallèlement un emploi à plein temps. Sans financement ni aucune décharge de service, elle a pu engager et soutenir une thèse que le jury unanime a souhaité honorer des félicitations. Jean Rieucau a noté avec justesse que le « champ thématique de la thèse… se situe au carrefour d’écoles appartenant à la discipline géographique (histoire de la géographie de la mer, géopolitique) et de techniques d’imagerie satellitale appliquées à la surveillance maritime »2. Il présente l’originalité de traiter des moyens d’observer, pour mieux les contrôler, des trafics illégaux (migrants, drogue, pêche…) sur des espaces maritimes, difficilement quadrillables. La thèse de Mélanie Fournier apporte donc une contribution à une géopolitique de « l’antimonde » que Roger Brunet a défini par deux caractéristiques : la dissimulation et la séparation du monde, qui en font un espace d’aliénation3.

2Cette thèse réunit une documentation respectable et sa vaste bibliographie témoigne de l’ample connaissance qu’a l’auteur de son sujet… Mélanie Fournier a consacré la première partie de sa thèse aux concepts et aux méthodes de la surveillance maritime et de l’intégration des images satellitales dans les systèmes de surveillance maritimes. En deuxième partie, elle fait le point sur les programmes européens de surveillance maritime (acteurs, objectifs, méthodologie et résultats). Enfin, sa troisième partie s’intéresse à trois bassins maritimes : Caraïbe (conflits, trafic illicite de cocaïne), Baltique (importance du trafic, pollution et vulnérabilité environnementale) et Méditerranée (trafic). Elle y pose les questions d’acteurs, d’intérêts, de pouvoirs et de conflictualité.

  • 4 Ce qui a semblé essentiel à l’auteur, alors même que les Etats ou l’Union européenne, doivent plus (...)
  • 5 André Louchet, Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012. Qu’on permette aussi, à l’auteur de c (...)

3Cette thèse présente un intérêt certain pour la géographie académique. On y retrouve : la relation civil-militaire, la comparaison puissance maritime civile/composante navale, les problématiques d’échange et de partage de données, le transfert de compétences etc.). Il s’agissait : de faire comprendre les enjeux liés à la surveillance des espaces maritimes4 (enjeux humains, financiers, politico-administratifs, juridiques et techniques). Cette thèse qui repose principalement sur les apports des projets européens de surveillance maritime est donc celle d’une géographe professionnelle dont le choix était de rassembler les références et de dresser un état-de-l’art de l’existant. Le Pr. André Louchet « très impressionné par ce travail d’une rare élégance et d’une qualité exceptionnelle » a publiquement exprimé à la candidate « sa vive admiration »5.

  • 6 André Louchet, Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012.
  • 7 André Louchet, Ibid.
  • 8 Ce qu’a pu regretter le Pr. A. Louchet : « les premières allusions proprement géographiques ne débu (...)
  • 9 Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012.

4Il a pu faire l’éloge de cette thèse à bien des points de vue. Sur le plan formel, il a noté l’existence d’annexes comprenant : « abréviations et acronymes, très utiles dans un tel travail où la technique joue un rôle dominant; un glossaire technique, indispensable pour les mêmes raisons; une bibliographie très dense, un index, des tables de cartes, d’illustrations et de matières, le tout dans une présentation irréprochable recto-verso, une excellente police de caractères, un soin extrême apporté à la reproduction des données cartographiques »6. Sur le fond, il a qualifié cette thèse d’essai « tour à tour philosophique, épistémologique, méthodologique, juridique, politique, technique, stratégique, tactique, financier, administratif, la thèse de Mlle Fournier est à cet égard un monument de savoirs et de réflexion »7. Le Pr. Louchet accompagne cependant cet éloge d’une petite critique : pour instruire son sujet, l’auteur a souvent estimé devoir travailler moins en géographe qu’en technicienne des outils d’observation, ou en se plaçant dans l’esprit du juriste ou du spécialiste de sciences politiques8. Aussi ajoute-t-il un souhait pour l’avenir : le « complément nécessaire à cette recherche sera l’abord proprement géographique de la question, où les cartes d’inspiration personnelle, les retours-terrain et la géographie seront traités non en tant que concept, mais en tant que paysage, et trouveront ainsi leur place légitime »9.

  • 10 Voir aussi les publications de cet auteur:
    - deux notes acceptées par Le Bulletin de la Géomatique (...)
  • 11 Des expériences complémentaires sont obtenues dans le cadre du Centre Satellitaire Européen, chargé (...)
  • 12 J’en parle en connaissance de cause, ayant exercé des fonctions de géographe professionnel d’abord (...)

5Si l’intérêt de la doctorante pour les thématiques maritimes et sécuritaires était académique (cette thèse en témoigne10) il était également d’ordre professionnel. L’auteur a eu l’occasion d’assurer des fonctions opérationnelles dans le milieu des praticiens militaires de la surveillance maritime au Ministère français de la Défense de 2006 à 201111 (cartographie des conflits avec images satellites et SIG; cartographie, suivi des crises internationales). Il convient de noter que son milieu professionnel n’était pas forcément facile : c’était une géographe dans un milieu de militaires et d’ingénieurs alors qu’on le sait bien la géographie professionnelle a du mal à se faire entendre même lorsque les avis formulés sont pleins de bon sens. Que d’énergie faut-il alors développer pour parvenir à se faire entendre12 !

  • 13 Valérie Lavaud Letilleul, qui ajoute : « Par ailleurs, être partie prenante du monde opérationnel o (...)

6Tel était l’arrière-plan des activités professionnelles de la candidate qui a démontré qu’un géographe peut s’inscrire utilement à la jonction de deux mondes : le monde professionnel (même directement opérationnel) et le monde académique. Plongée dans un contexte opérationnel, elle a pu démontrer « qu’un géographe apporte une ouverture d’esprit et une connaissance (géographique et géopolitique) à des praticiens qui en sont en principe dépourvus. De ce fait, le géographe permet une remise en question de certains modes de fonctionnement et une prise de distance, essentielle dans un contexte parfois trop politisé ou trop commercial qui tient à distance (et à tort) les véritables besoins des acteurs de terrain »13.

  • 14 André Louchet, Ibid..
  • 15 Valérie Lavaud Letilleul, Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012.
  • 16 « Prenant du recul par rapport à ses missions opérationnelles, elle distingue sept étapes: orienter (...)

7L’auteur de cette thèse su se faire entendre et valoriser notre discipline dans diverses instances professionnelles où elle a exercé. Ce qui s’explique au fond par la grande qualité de son travail, qualité dont a témoigné le Pr. André Louchet, pendant la soutenance de la thèse : qualifiant cette dernière de « travail impressionnant de rigueur et de clarté. 300 pages d’une densité extrême, alliant une connaissance très sûre des technologies d’imagerie optique et radar à la conceptualisation des notions de géopolitique maritime »14. Etant intégrée aux équipes menant les projets communautaires, la candidate « disposait des moyens pour établir un état de l’art des initiatives européennes en matière de surveillance maritime, aussi bien que du cadre légal, des outils existants, des données recueillies et des acteurs. Elle s’est attachée au cadrage conceptuel et sémantique (que sont: la sécurité, la sûreté, la souveraineté, la surveillance »)15. L’auteur a tenté de montrer comment ces notions s’inscrivent dans des espaces tels que les espaces maritimes, espaces sensibles et stratégiques s’il en est. Elle a tenté de montrer l’importance toute particulière de l’imagerie satellitale et des systèmes d’information géographiques (SIG) dans l’étude des routes maritimes, détroits et zones de pêches, des installations sensibles (ports, plateformes offshore) des navires et au-delà, de tout ce qui constitue l’environnement marin.... Ces zones sont vulnérables et la mise en œuvre de moyens de détection permet des analyses multi temporelles et multi scalaires en vue du suivi des crises et la prévention d’activités criminelles. De plus, les enjeux relatifs aux espaces maritimes ne sont pas identiques à ceux régissant les espaces terrestres. Aussi, Mélanie Fournier s’est-elle particulièrement intéressée à la surveillance maritime en relation avec l’espace16.

8L’auteur démontre par ses analyses qu’elle n’est pas dupe de l’outil d’observation, entouré d’un certain prestige lié à sa modernité. Elle a conscience que les satellites ne peuvent tout voir ni tout entendre. Par ailleurs, on peut se demander si les cartes électroniques et les services de géolocalisation vont se substituer bientôt aux cartes ‘papier’ et même aux guides touristiques. Le transfert d’usages dans le grand public est déjà effectif hors du monde des utilisateurs obligés (universités, organismes de recherche). La présente thèse explore l’utilisation de ces nouveaux outils par les États, les ONG, les militaires, les producteurs de cartes et d’imagerie satellite… Le contexte problématique dans lequel s’inscrit cette thèse enrichit les réflexions dans le champ de la géographie politique de l’information. Plus particulièrement cette recherche concerne la production d’un savoir géographique dans le monde du Renseignement. On touche là à un domaine sensible, peu accessible à qui ne dispose des autorisations nécessaires. Un domaine qui ne donne généralement pas lieu à la diffusion des résultats par des documents publics détaillés. En ce sens, ce travail, même édulcoré par l’auteur pour obtenir les autorisations de soutenance publique et de prochaine publication est tout à fait exceptionnel. Il convient donc d’accueillir cette recherche novatrice comme il se doit.

9La recherche engagée par cette thèse remarquable semble devoir connaître des prolongements. Mélanie Fournier a suggéré en effet quelques pistes, et en particulier la multiplication des points de vue et des échelles à partir de différentes coopérations régionales mises en place ici ou là (détroit de Malacca, golfe de Guinée, océan Indien). La comparaison des informations procurées par les satellites d’observation d’une part, avec celles fournies par d’autres outils plus récents (dont les drones produits par certains pays et dédiés à la surveillance littorale et maritime) serait une piste supplémentaire.

Haut de page

Notes

1 Compte rendu de la thèse de Mélanie Fournier (2012), L’apport de l’imagerie satellitale à la surveillance maritime. Contribution géographique et géopolitique. Soutenue publiquement le 10 décembre 2012 à l’Université de Montpellier III., 361 pages.
Le jury était composé de : Pr. Thomas Devogele (Président, Université de Tours), Pr. André Louchet (Rapporteur, Université de Paris IV-Sorbonne), Pr. Jean Rieucau, (Rapporteur, Université Lyon II) ainsi que des deux co-directeurs : Pr. Henry. Bakis et Dr. Valérie Lavaud-Letilleul (Université de Montpellier III).

2 Jean Rieucau, Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012.

3 Comme l’a indiqué Valérie Lavaud Letilleul lors de son intervention.

4 Ce qui a semblé essentiel à l’auteur, alors même que les Etats ou l’Union européenne, doivent plus encore que par le passé, envisager la défense contre les tentatives terroristes, ou plus généralement contre divers risques venant de la mer. Le phénomène n’est d’ailleurs pas nouveau, et cette surveillance a évolué au fil du temps en fonction des techniques disponibles - Voir : Bakis Henry, (1991), « La télégraphie sémaphorique sur le littoral français », In: L’Information Historique, rubrique Recherche historique, vol. 53, n° 1, pp. 27-39.

5 André Louchet, Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012. Qu’on permette aussi, à l’auteur de ces lignes, quelques remarques sur les conditions matérielles de la production de cette thèse en particulier. Les conditions dans lesquelles ont été menées les recherches de Mélanie Fournier ont été qualifiées d’« extrêmes » comparées à celles de la majorité des doctorants : absence de financements, travail à plein temps, éloignement physique du laboratoire d’accueil et des co-directeurs de thèse (ses fonctions professionnelles l’ayant menée successivement à Paris, Nouméa, Madrid, Paris et Genève… Jamais à Montpellier ! Où elle passait de loin en loin). Pourtant, à l’heure des TIC, cet éloignement n’a pas limité les échanges entre M. Fournier et ses co-directeurs.

6 André Louchet, Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012.

7 André Louchet, Ibid.

8 Ce qu’a pu regretter le Pr. A. Louchet : « les premières allusions proprement géographiques ne débutent qu’assez tard, ou sont parfois réduites à l’état de concept », Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012.

9 Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012.

10 Voir aussi les publications de cet auteur:
- deux notes acceptées par Le Bulletin de la Géomatique en Nouvelle-Calédonie ;
- le chapitre 6 de Géographie des conflits, ouvrage collectif dirigé par le Pr. Franck TÉtard (« Mers et conflits : étude d’un espace spécifique »);
- deux articles publiés dont un dans Netcom.

11 Des expériences complémentaires sont obtenues dans le cadre du Centre Satellitaire Européen, chargée de projets sur la partie maritime de projets de l’Union Européenne; puis dans celui de l’Aviation civile de Nouvelle Calédonie. En juillet 2011, elle obtint un contrat à Genève (ONU, pour qui elle instruit le seul programme opérationnel de l’agence UNOSAT dédiée à l’image satellite).

12 J’en parle en connaissance de cause, ayant exercé des fonctions de géographe professionnel d’abord dans le cadre du Groupe France Câbles et Radio (filiale de l’ex Direction Générale des Télécommunications entre 1976 et fin 1977) puis au Centre National d’Etudes des Télécommunications (1978-1995). J’ai en ai fait l’expérience, particulièrement, lors de ma remise en cause de la pertinence du Plan Câble décidé par le gouvernement en 1982, et dont les objectifs ont été corrigés ensuite. Voir : Bakis Henry, Badillo Patrick Y., Dubois Gérard (1988), "Hétérogénéité spatiale et coûts des réseaux" (de vidéocommunication), Rapport Centre National d’Etude des Télécommunications, PAA/UST 2254, sept. - paru dans Bakis Henry (dir.), Communications et territoires; 1990, pp. 115-131.

13 Valérie Lavaud Letilleul, qui ajoute : « Par ailleurs, être partie prenante du monde opérationnel offre au chercheur un accès aux informations et une connaissance “de l’intérieur” des acteurs et de leurs jeux pratiquement impossible de l’extérieur » - Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012.

14 André Louchet, Ibid..

15 Valérie Lavaud Letilleul, Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012.

16 « Prenant du recul par rapport à ses missions opérationnelles, elle distingue sept étapes: orienter, détecter (localiser une menace possible, une activité suspecte, ou de suivre tout simplement les flux maritimes ou le transport des marchandises dangereuses), identifier (conserver les données et les analyser en temps réel ou non - types de navires, vitesses, routes, ports de départ et d’arrivée...etc.- puis les transmettre si besoin est), classifier, suivre, analyser et disséminer » explique Valérie Lavaud Letilleul, Procès-verbal de soutenance, 10 décembre 2012

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis, « Surveillance maritime et nouveaux outils d’observation : une contribution à une géopolitique de l’antimonde », Netcom, 26-3/4 | 2012, 389-394.

Référence électronique

Henry Bakis, « Surveillance maritime et nouveaux outils d’observation : une contribution à une géopolitique de l’antimonde », Netcom [En ligne], 26-3/4 | 2012, mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://netcom.revues.org/1082

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org