Navigation – Plan du site
Notes documentaires

A propos de la notion de ‘villes intelligentes’

Henry Bakis et Gabriel Dupuy
p. 373-374

Entrées d’index

Keywords :

smart city, ICT, geography
Haut de page

Texte intégral

1Nous présentons ci-après une note documentaire précédée d’une réflexion sur des notions qui apparaissent périodiquement dans le vocabulaire des organismes non gouvernementaux et d’institutions liées aux ‘inventeurs’ des dites notions.

2Géographes et aménageurs doivent se méfier des discours officiels non validés au terme d’une véritable approche scientifique, d’une enquête à une ou plusieurs échelles, de l’analyse indépendante des données. Les discours officiels d’institutions ne peuvent être relayés tels quels par notre revue, ni d’ailleurs par aucune autre publication scientifique.

3Pourtant, ces institutions parviennent à lancer des notions (comme celle de smart cities) qui bénéficient d’un certain battage publicitaire à force de contrats, colloques et publications relevant de la littérature "grise" et produites par des institutions plus ou moins liées aux promoteurs de la dite notion.

4Aussi, les éditeurs de Netcom considèrent que cette revue doit jouer son rôle pour contribuer au débat sur ce genre de notions en les analysant tout en en montrant les limites et les illusions. Il s’agit aussi de comprendre le rôle et les intérêts des acteurs concernés.

5Il est utile d’examiner des études de cas, pour décoder géographiquement et du point de vue de l’aménageur, les tentatives lancées localement ici ou là par ces institutions ou leurs émules.

H.B.

6Des organismes internationaux promeuvent la notion de smart cities pour des raisons qu’il faudrait expliciter. Mais de quoi parle-t-on en termes de TIC, d’échelles géographiques, d’acteurs, etc… Cela, sans être prisonnier d’un métalangage technocratique.

Il est impossible d’argumenter dans l’abstrait sur le « développement » procuré par les TIC dans des smart cities sans préciser l’échelle géographique de référence.

7S’agit-il d’assurer la cohésion sociale à l’échelle de la ville ? Dans ce cas le rôle des TIC ne s’impose pas. S’agit-il d’égaliser la situation de différentes villes sur un espace régional ou national, c’est à dire de faire de l’aménagement « numérique » du territoire ? S’agit-il de faciliter l’implantation d’entreprises ayant des besoins de communication, mais de quel aménagement, pour quel territoire, avec quels acteurs ? Dans ce cas l’échelle de référence ne serait évidemment pas locale.

8Ce ne sont pas les mêmes technologies, les mêmes réseaux qui peuvent répondre à ces différents objectifs. Englober tout cela sous le vocable de smart cities et raisonner à partir de cette notion n’a pas de sens pour des géographes et des aménageurs.

G.D.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Bakis et Gabriel Dupuy, « A propos de la notion de ‘villes intelligentes’ », Netcom, 26-3/4 | 2012, 373-374.

Référence électronique

Henry Bakis et Gabriel Dupuy, « A propos de la notion de ‘villes intelligentes’ », Netcom [En ligne], 26-3/4 | 2012, mis en ligne le 18 mars 2014, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://netcom.revues.org/1077 ; DOI : 10.4000/netcom.1077

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org