Navigation – Plan du site

La diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire. Obstacles et implications

The diffusion of the internet in Côte d’Ivoire. Obstacles and implications
Alain François Loukou
p. 307-328

Résumés

Ce n’est qu’en comprenant bien les divers obstacles à la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire que l’on pourra influer sur les actions visant à favoriser l’expansion de ce médium. L’Internet est avant tout question de technologie, et sa bonne diffusion dépend encore de certains outils classiques tels que le téléphone fixe et l’ordinateur. En Côte d’Ivoire, l’usage du téléphone fixe est assez peu répandu dans les ménages. Quant à l’ordinateur, qui est toujours le terminal vedette des autoroutes de l’information, en raison de son mode relativement complexe d’utilisation pour certaines personnes ainsi que de son coût encore trop élevé, il demeure pour de nombreux Ivoiriens un outil peu accessible. Par ailleurs, quoique d’autres types de terminaux numériques évolués permettent d’accéder à l’Internet, l’on constate que ces technologies (sans fil) sont pour le moment peu répandues. Enfin, l’utilisation de l’Internet requiert aussi de savoir lire et écrire de même que de disposer d’un pouvoir d’achat convenable. Or la plupart des Ivoiriens sont analphabètes et pauvres. Pour toutes ces raisons, on note que la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire rencontre trois types majeurs d’entraves, à savoir la dépendance technologique, la dépendance économique et l’illettrisme d’une grande partie de la population.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Contrairement au téléphone mobile cellulaire qui a connu un boom phénoménal en Côte d’Ivoire (et en Afrique de façon générale), l’Internet enregistre une expansion beaucoup moins rapide, malgré un engouement certain des populations. Ainsi la plupart des villes du pays ne sont pas connectées au réseau. De même la plupart des ménages, des entreprises et des services administratifs ne disposent pas encore de l’Internet. Les cybercafés constituent de fait les principaux vecteurs de la diffusion de ce médium. Au demeurant, c’est essentiellement à Abidjan (la capitale économique) et dans quelques autres grands centres urbains seulement du pays que l’on peut trouver ces espaces d’accès partagé. Qu’il s’agisse du déploiement (taux de pénétration), de l’accessibilité géographique, de l’adoption sectorielle, de l’infrastructure de connectivité, de l’infrastructure organisationnelle, etc., les indicateurs de diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire demeurent globalement médiocres pour l’instant. Quelles sont les raisons qui expliquent cet état de fait ? Quelles en sont les diverses implications ? C’est à l’ensemble de ces questions que tente de répondre cette étude par différentes méthodes scientifiques.

Matériels et méthode

Matériels

2Cet article porte sur l’Internet donc sur un ensemble de technologies de l’information et de communication qui lui sont associées (téléphone, ordinateurs, connectivité Internet, etc.).

3Il porte aussi sur les populations (individus, ménages, entreprises, administrations, etc.) qui sont les utilisatrices de ces technologies. Il s’agit à ce niveau de voir pour les uns, leur capacité intellectuelle et cognitive à utiliser ce médium et pour les autres, leur volonté et capacité à s’adapter professionnellement à une nouvelle évolution technologique. Qu’il s’agisse des individus, des ménages ou qu’il s’agisse des entreprises et des administrations, les moyens financiers pour avoir accès à ces technologies sont à prendre en considération.

4L’espace d’étude est la Côte d’Ivoire, un pays en développement d’Afrique subsaharienne, donc aux moyens économiques et technologiques limités. C’est également un pays où les taux d’alphabétisation de la population et d’électrification des ménages (indicateurs essentiels de l’utilisation de l’Internet) sont globalement faibles comparés aux standards internationaux.

Méthode

  • 1 L’UIT est l’organisme spécialisé des Nations Unies qui diffuse les informations économiques et tech (...)

5En vue de recueillir des informations pertinentes sur la diffusion sociale de l’Internet (le taux de pénétration dans les ménages, les entreprises et les administrations) nous avons élaboré un questionnaire intitulé « Enquête volontaire sur la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire». Son administration auprès des populations cibles ayant rencontré des résistances et réticences nous n’avons pas eu de réponses suffisantes susceptibles de fournir une photographie claire de la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire. Pour pallier cette lacune nous avons dû recourir aux données récentes de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT)1 relatives au taux de pénétration de l’Internet dans chaque pays membre de cette institution spécialisée. Toutefois pour certains aspects particuliers de l’étude (les activités informelles de l’Internet par exemple), des entretiens ont été nécessaires auprès de quelques personnes exerçant dans ce domaine particulier. Ces entretiens nous ont permis de nous imprégner des modalités de fonctionnement de ces activités informelles. A ce niveau, nous n’avons pas rencontré de difficultés particulières dans la mobilisation des informations. En outre, il a été indispensable de parcourir plusieurs magasins de vente d’appareils informatiques pour relever les prix des ordinateurs afin de pouvoir établir un rapport avec le pouvoir d’achat des populations.

  • 2 La diffusion globale de l’Internet en Côte d’Ivoire. Évaluation à partir du modèle de Larry Press, (...)

6Pour l’essentiel, l’étude est fondée sur l’observation directe de terrain, les connaissances empiriques, les acquis d’une recherche antérieure que nous avons menée en 20052, la consultation d’ouvrages spécialisés, de bases de données informatisées et de moteurs de recherches ainsi que sur l’analyse des données statistiques obtenues.

7Par essence, la diffusion est un processus qui se déroule dans l’espace et dans le temps. Ainsi que préalablement précisé, l’espace concerné est la Côte d’Ivoire. La connaissance de ce cadre spatial et de l’environnement national de l’Internet a facilité les observations empiriques. Le temps d’évaluation de cette diffusion couvre une période allant de l’introduction de l’Internet en Côte d’Ivoire (1998) à 2012.

8La recension des écrits obtenus à la suite des recherches via le moteur de recherche Google et les bases de données informatisées de sites institutionnels et corporatifs spécialisés ont permis d’avoir accès à divers types de documents : articles scientifiques parus dans des revues arbitrées, données statistiques, etc. La lecture d’ouvrages spécialisés sur le sujet a été également d’un apport significatif dans l’acquisition des connaissances sur la question.

9De plus, d’un point de vue scientifique et épistémologique, l’étude s’appuie sur un certain nombre d’hypothèses heuristiques, c’est-à-dire de postulats qui aident à la découverte dans ce type de recherche. Par exemple, entre autres, nous formulons l’hypothèse que le faible taux d’alphabétisation en Côte d’Ivoire constitue un obstacle significatif à la diffusion de l’Internet.

10L’analyse des données recueillies a été effectuée à l’aide deux critères : le niveau de la preuve (sa source) et sa force (sa pertinence). Ainsi les données dont la source était peu crédible ; les informations apparemment fantaisistes ou dont la pertinence semblait douteuse au point d’en altérer la crédibilité ; les études dont le niveau méthodologique ou scientifique comportait des carences ont été systématiquement éliminées. C’est ce souci de rigueur qui a valu de ne pas prendre en compte les réponses insuffisantes de l’enquête susmentionnée.

Résultats et discussions

Les causes de la lente diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire

11Trois raisons principales expliquent cette situation: les dépendances technologique et économique des populations ainsi que le faible taux d’alphabétisation du pays.

La dépendance technologique de la diffusion de l’Internet

12L’Internet est avant tout, question de technologies. Sa diffusion reste donc conditionnée à certains dispositifs techniques tels que le téléphone filaire, l’ordinateur, la connectivité et l’électricité. Or sur ces plans-là, les indicateurs nationaux ivoiriens ne sont pas favorables pour l’instant.

La question de la ligne téléphonique et de l’accès à l’Internet

13En dépit du développement des solutions d’accès sans fil à l’Internet et de l’engouement que les usagers y portent, la connexion par le téléphone fixe (via l’ADSL) demeure encore une solution répandue en Côte d’Ivoire. Malheureusement peu d’Ivoiriens disposent du téléphone fixe à domicile. Selon les statistiques de l’Agence des Télécommunications de Côte d’Ivoire (ATCI) - l’autorité nationale de régulation des télécommunications -, le nombre d’abonnés au téléphone fixe en Côte d’Ivoire pour l’année 2010 était de 282 897, soit une télédensité de 1,28 %. Les données de la même institution sur la période allant de 2000 à 2010 montrent que la croissance du nombre d’abonnés au téléphone fixe a été très irrégulière (voir graphique, ci-dessous). Diverses raisons expliquent cette irrégularité : les troubles sociopolitiques qu’a connus le pays pendant une dizaine d’années ; la pauvreté économique qui en a résulté ; l’absence d’investissements dans le sous-secteur pendant la période de troubles ; la fulgurante percée du mobile dans le même temps. Par ailleurs, la politique de développement du téléphone fixe en Côte d’Ivoire n’est pas incitative pour l’usager, malgré quelques efforts notables opérés en raison justement de la concurrence engendrée par l’avènement du mobile cellulaire. La lenteur pour l’obtention d’une ligne, la fréquence des dérangements et surtout les très longs délais de rétablissement des dérangements peuvent être sources de frustration pour les uns (abonnés) et de démotivation pour les autres (abonnés potentiels). Dans certaines circonstances, un dérangement téléphonique peut prendre plusieurs mois avant de trouver une solution.

14Les faiblesses techniques et managériales relevées au niveau du téléphone impactent naturellement sur la qualité du service Internet. Ainsi, les interruptions de connexion ne sont pas rares quand le téléphone fixe fonctionne mal. Par ailleurs, à l’instar de celle du téléphone fixe, la politique de développement de l’Internet n’est pas non plus incitative. Elle semble encore trop élitiste alors qu’elle devrait plutôt viser la masse maintenant. Les coûts restent encore excessivement élevés pour le pouvoir d’achat de l’Ivoirien moyen. En 2012, le tarif mensuel pour un abonnement à l’Internet d’un débit de 256 Kbps est de 20 000 FCFA (30,53 €) alors que le salaire moyen mensuel d’un Ivoirien est de 36 000 F.CFA (55 €) selon les données officielles. Ce tarif élevé est donc prohibitif au regard des faibles revenus des populations.

Indépendamment des lignes téléphoniques, les serveurs conditionnent aussi l’accès à l’Internet. Or, mises à part la ville d’Abidjan et quelques capitales régionales, ce genre d’équipements est rare ailleurs dans le pays. En effet, les pourvoyeurs d’accès à l’Internet n’acceptent d’investir dans un serveur que s’ils ont l’assurance que le rapport investissements/rentabilité est élevé. Malheureusement eu égard au faible pouvoir d’achat des populations très peu de villes de provinces satisfont cette logique. De ce fait, le réseau de couverture de l’Internet se limite à quelques grandes et moyennes villes seulement du pays.

15Tous ces problèmes constituent des obstacles significatifs qui freinent la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire. Il est pourtant évident que tout effort progressif qui serait consenti dans le but d’améliorer l’accessibilité technique, la qualité de service et de baisser les tarifs concourrait à une plus large diffusion sociale et spatiale de l’Internet dans le pays.

Tableau 1 : Évolution du nombre d’abonnés et du taux de pénétration au téléphone fixe (de 2000 à 2010)

Indicateurs

Années

Nombre d’abonnés

Taux de pénétration

(%)

2000

263 667

1,61

2001

293 568

1,73

2002

324 839

1,86

2003

238 000

1,32

2004

257 932

1,39

2005

258 515

1,35

2006

260 878

1,33

2007

247 573

1,22

2008

356 502

1,71

2009

284 354

1,33

2010

282 897

1,28

Source : Agence des Télécommunications de Côte d’Ivoire (ATCI), http://www.atci.ci/​index.php/​Service-fixe/​service-fixe.html. Mis à jour du mardi, 04 Septembre 2012 13:50

Figure 1 : Évolution du nombre d’abonnés au téléphone fixe de 2000 à 2010

Figure 1 : Évolution du nombre d’abonnés au téléphone fixe de 2000 à 2010

L’ordinateur reste encore un terminal indispensable pour l’accès à l’Internet mais peut-être pas pour trop longtemps

16Certes, les téléphones mobiles de dernière génération et d’autres types de terminaux numériques évolués permettent de plus en plus de naviguer dans l’univers de l’Internet. Malgré cette tendance, l’ordinateur reste encore le principal terminal des autoroutes de l’information. Pour les tâches de fond, notamment, il convient d’admettre que le PC de bureau est jusqu’ici irremplaçable. En raison toutefois de son mode relativement complexe d’utilisation et de son coût encore trop élevé en Côte d’Ivoire, l’ordinateur demeure pour bien des Ivoiriens (analphabètes comme scolarisés, voire intellectuels) quelque chose de techniquement et économiquement inaccessible. Si beaucoup d’Ivoiriens analphabètes ont pu s’approprier relativement facilement l’usage du téléphone mobile, il en va autrement de l’ordinateur qui défie encore même des gens qui savent lire et écrire. Sa maîtrise nécessite un minimum d’apprentissage qui passe nécessairement par l’alphabétisation et par la volonté d’affronter une technologie peu usuelle et considérée par certaines personnes comme rébarbative. Or beaucoup d’Ivoiriens ne savent ni lire ni écrire. En outre, même parmi ceux qui savent accomplir ces processus un certain nombre est naturellement réfractaire aux technologies numériques et aux innovations. Ils sont persuadés qu’ils ne sauront jamais faire usage d’un ordinateur. Cette situation pose la question de la fracture de l’adhésion qui s’ajoute aux formes classiques de fracture numérique. La fracture de l’adhésion traduit l’idée de refus ou la faible volonté d’une catégorie de citoyens d’adhérer à un projet de société fondé sur un paradigme technologique qu’ils redoutent.

17S’il est vrai que l’ordinateur demeure encore le terminal vedette des autoroutes de l’information, il s’avère que la fulgurance des petits terminaux mobiles évolués (Smartphones, tablettes numériques, etc.) associée aux technologies sans fil de connexion risque à terme de le détrôner.

La difficile alternative de l’Internet mobile par téléphone

18L’Internet mobile, notamment à partir des téléphones portables évolués, pourrait s’avérer une bonne alternative à l’ordinateur, au regard du coût relativement plus abordable de certains de ces terminaux (filière d’importation en provenance de Chine). Plus qu’une solution d’appoint ou de simple consultation de messages, l’Internet mobile permet de plus en plus de réellement interagir et de rester connecté bien plus facilement qu’avec un PC de bureau qui, lui, est plus approprié à des tâches lourdes. Dans cette gamme de service, l’expansion de l’application dite 3G+, introduite en Côte d’Ivoire au début de l’année 2012, risque cependant d’être confrontée, à ses débuts, au problème des tarifs de connexion encore élevés. Par exemple, les offres de l’opérateur Orange Côte d’Ivoire débutent à partir de 500 F.CFA l’heure, soit environ 0,74 €. Ce coût représente au moins le double du tarif moyen de connexion dans un cybercafé. Pour souscrire à ce service, l’abonné muni d’un téléphone compatible doit disposer d’au moins 500 F.CFA (0,74 €) sur son compte principal; ce qui n’est pas toujours évident pour de nombreux abonnés ivoiriens plutôt habitués à téléphoner dans des cabines dites cellulaires.  En outre, ici aussi les obstacles de maitrise technologique sont à surmonter pour certains utilisateurs: les fonctionnalités multimédia très évoluées et l’usage sophistiqué des Smartphones s’apparentent techniquement à ceux des ordinateurs.

19Du point de vue de la couverture géographique, les réseaux sans fil Internet (à partir de clés USB), offerts par les opérateurs de téléphonie mobile, ne couvrent, pour l’instant, que les principales villes et quelques villes secondaires. De sorte que malgré sa percée remarquable, la solution de l’Internet mobile reste encore insatisfaisante même si elle est déjà supérieure, en termes d’abonnés, à l’Internet fixe. Malgré tout, en théorie, cette application peut contribuer à démocratiser l’Internet du fait de sa souplesse technique et commerciale de mise en œuvre et des avantages associés. A condition toutefois que certains obstacles naturels inhérents aux réseaux sans fil soient résorbés. En effet, on s’aperçoit qu’en pratique les réseaux sans fil extérieurs n’apportent pas toujours une connexion satisfaisante à l’intérieur des maisons. Le signal est souvent faible ou perturbé quand les réseaux ne sont pas suffisamment dimensionnés pour garantir une réception convenable.

Le nécessaire recours à l’électricité

20Au-delà des contraintes technologiques numériques, il convient de noter qu’en milieu rural, notamment, les difficultés d’alimentation en électricité constituent aussi un autre obstacle significatif à l’adoption et à l’expansion de l’Internet. L’électricité constitue en effet un préalable à l’utilisation convenable des ordinateurs ou des Smartphones. Or beaucoup de zones rurales en Côte d’Ivoire n’ont pas accès à cette énergie (voir photos ci-dessous). Comparées aux villes (relativement mieux desservies), l’on peut parler de fracture électrique comme on parle de fracture numérique. Même dans les villes, la fourniture de l’électricité est généralement instable, les coupures n’étant pas rares. Sur son site Internet, la Compagnie Ivoirienne d’Électricité (CIE), unique entreprise de distribution d’énergie électrique en Côte d’Ivoire, fournit des informations utiles sur l’évolution de son temps moyen de coupure (TMC) qui caractérise la qualité de la desserte électrique. Ainsi, on apprend que le temps moyen de coupure globale du réseau à la fin du mois de décembre 2010, hors délestage, est de 55 h 51 mn, en hausse de 3 h 30 mn (+7%) par rapport au TMC réalisé en 2009 qui était de 52 h 21 mn. Cette forte dégradation serait due aux contraintes liées aux limites de capacité des ouvrages de production. On apprend aussi qu’en 2010 la capacité de production disponible est passée de 859 mégawatts (MW) à 709 MW face à une demande de consommation qui était de 876 MW d’ou un déficit de 167 MW. Si les travaux nécessaires à l’amélioration du système ont, semble-t-il, été clairement identifiés dans le plan triennal d’investissements, en revanche, ils n’ont pas connu de réalisation faute de financement du secteur de l’électricité. Or, une politique de développement durable énergétique est une des conditions de l’expansion de l’Internet en Côte d’Ivoire dans la mesure où les infrastructures de télécommunications, les ordinateurs et autres terminaux ont besoin d’être alimentés en électricité. Par ailleurs d’une façon générale, les Ivoiriens se plaignent des montants de leurs factures d’électricité qu’ils trouvent trop élevés par rapport au service fourni qu’ils jugent plutôt médiocre.

Photo 1 : Rue principale d’un village non électrifié proche de Bouaké

Photo 1 : Rue principale d’un village non électrifié proche de Bouaké

Alain François Loukou, mai 2013

Photo 2 : Ensemble de huttes non électrifiées d’une zone rurale

Photo 2 : Ensemble de huttes non électrifiées d’une zone rurale

Alain François Loukou, mai 2013

21Au total, les problèmes technologiques (ordinateurs, connectivité, électricité) constituent actuellement une contrainte majeure dans la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire. A cette dépendance technologique s’ajoute une dépendance économique significative liée au contexte de sous-développement du pays.

La dépendance économique des populations

22Si l’Internet est avant tout, question de technologies, il est aussi, après tout, question de moyens économiques. Sa diffusion est donc également conditionnée par le pouvoir d’achat des populations. Or aussi bien les coûts des terminaux que ceux de la connexion sont encore trop élevés au regard des moyens financiers des populations ivoiriennes.

Le coût trop élevé des ordinateurs au regard du faible pouvoir d’achat des populations

  • 3 Le SMIC est le salaire en dessous duquel aucun employé ne devrait être payé. Ce plafond étant purem (...)

23Nos investigations sur le marché national de la vente de produits informatiques indiquent qu’en 2012, un ordinateur de bureau neuf coûte au minimum 300.000 FCFA (environ 460 €). Pour un ordinateur portable neuf, le prix minimum moyen est de 420.000 FCFA (640 €). De tels coûts ne sont évidemment pas à la portée de la bourse de l’Ivoirien moyen, considérant qu’officiellement le salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC)3 est seulement de 36 000 F.CFA (55 €) par mois. Même les prix des ordinateurs d’occasion restent encore trop élevés (comparés toujours au pouvoir d’achat moyen). De sorte que très peu d’individus ou de ménages sont en mesure de disposer d’un ordinateur. Or, ainsi qu’il a été indiqué plus haut, l’ordinateur reste encore le principal terminal d’accès à l’Internet. Aussi, les espaces permettant un accès partagé, tels que les cybercafés dont le nombre se multiplie régulièrement un peu partout dans le pays, constituent-ils en définitive le principal recours de la majeure partie de la population (voir photos ci-dessous). Ils constituent aussi le principal vecteur de la vulgarisation de l’Internet. Dans ces espaces publics partagés, les démunis peuvent avoir occasionnellement accès à cet outil, soit pour la navigation Internet soit pour un traitement de texte. Peut-être, la généralisation de l’usage de l’Internet et sa banalisation viendront-elles de l’avènement d’autres technologies moins chères et plus simples d’utilisation de la même façon que le coût d’achat constamment décroissant du téléphone mobile cellulaire et sa simplicité d’usage ont banalisé en moins d’une décennie l’art de téléphoner en Côte d’Ivoire. Encore faudrait-il que la question de la connexion Internet dont le tarif reste trop élevé soit par ailleurs résolue.

Photo 3 : Image d’un cybercafé, principal vecteur de la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire

Photo 3 : Image d’un cybercafé, principal vecteur de la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire

Internautes dans un cybercafé à Abidjan

Alain François Loukou

Photo 4 : Image d’un cybercafé, principal vecteur de la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire

Photo 4 : Image d’un cybercafé, principal vecteur de la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire

Internautes dans un cybercafé à Bouaké

Alain François Loukou

Le coût trop élevé de la connexion Internet au regard du faible pouvoir d’achat des populations

  • 4 Ces tarifs sont ceux du fournisseur d’accès Aviso, à la date du 26 janvier 2012.
  • 5 Jusqu’ici, les débits résidentiels offerts ne dépassent pas en réalité 256 kb/s.

24Qu’il s’agisse de l’Internet résidentiel ou qu’il s’agisse de l’Internet professionnel (entreprises), les coûts restent encore généralement trop élevés en Côte d’Ivoire même s’ils ont tendance à baisser. En 2012, le tarif mensuel pour un abonnement résidentiel à l’Internet (débit de 256 kilobits/s pour une connexion ADSL permanente) est de 20 000 F.CFA (30,53 €) soit plus de la moitié du SMIC. Certes il existe des formules à la carte (forfaits horaires) offrant des temps limités de connexion à des tarifs relativement moins élevés. Les tarifs à l’intention des entreprises sont naturellement encore beaucoup plus élevés, variant entre 84960 F.CFA (130 €) pour un débit annoncé de 1 mégabits/s à 448400 f.cfa (685 €) pour 8 mégabits/s4. D’une façon générale, ces coûts prohibitifs tiennent à l’absence de concurrence du fait d’un nombre très limité de fournisseurs d’accès à l’Internet en Côte d’Ivoire. Ceux-ci semblent au demeurant avoir conclu entre eux un accord tacite de tarifs dans la mesure où ils pratiquent quasiment les mêmes tarifs. Malgré les coûts élevés de connexion, les débits offerts demeurent encore assez faibles5 contrairement aux publicités tapageuses des fournisseurs affichant des débits de plusieurs mégabits par seconde.

Bien évidemment, ces tarifs élevés s’opposent à la vulgarisation de l’Internet en Côte d’Ivoire. Aussi, se connecter à l’Internet ne peut-il se faire généralement que dans les cybercafés. Ici les tarifs horaires variant de 200 F.CFA (0,30 €) à 300 F.CFA (0,46 €), un usager, suivant ses besoins, peut prendre une heure ou plusieurs heures de connexion. Ce qui est tout à fait dans ses possibilités financières.

  • 6 Interview du Ministre ivoirien de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communicat (...)

25La combinaison des tarifs élevés de connexion et de ceux des terminaux explique, l’un dans l’autre, le faible taux de pénétration de l’Internet en Côte d’Ivoire. « Quand vous faites l’état des lieux de l’Internet en Côte d’Ivoire vous avez 80.000 connections ADSL. A cela il faut ajouter un peu moins de 200.000 détenteurs de clés mobiles. Cela fait donc moins de 300.000 personnes qui, en Côte d’Ivoire, ont un abonnement Internet »6. Pour une population d’environ 22 millions d’habitants (estimation 2012, CIA World Factbook) cela donne un taux de pénétration de seulement 1,27% (à ne pas confondre avec le taux des utilisateurs qui lui est généralement plus élevé). Si l’on veut faire de l’Internet un outil populaire et de développement, il convient de prendre des mesures visant à ramener les coûts de connexion à des tarifs plus raisonnables que ceux pratiqués actuellement.

Aux dépendances technologique et économique s’ajoute l’illettrisme qui sévit encore dans une bonne partie de la population ivoirienne.

L’illettrisme d’une grande partie de la population constitue un frein majeur à la maîtrise des technologies et à la diffusion de l’Internet

26Même si les applications de base pour la maitrise de l’Internet sont à la portée de l’utilisateur moyen, il convient toutefois d’admettre que sa diffusion étendue (socialement et spatialement) suppose un certain niveau de scolarisation permettant au moins de savoir lire et écrire. Ce qui n’est pas le cas pour de nombreux Ivoiriens.

  • 7 Nous entendons par ce néologisme, l’ensemble des individus qui ne savent pas faire usage des termin (...)

27Malgré la politique d’alphabétisation entreprise par l’État depuis l’indépendance, en 1960, il convient d’admettre que le fléau de l’illettrisme sévit encore dans beaucoup de régions et de couches sociales de la Côte d’Ivoire. Le taux officiel d’alphabétisation (proportion des individus âgés de 15 ans ou plus capables de lire et d’écrire) est estimé à 49 % de la population en âge de lire et d’écrire. Cela revient à dire que plus de la moitié des Ivoiriens ne sait ni lire ni écrire. Dans ces conditions, il n’est pas aisé pour ces millions de personnes de pouvoir utiliser de façon autonome les différents services qu’offre l’Internet même si elles en avaient les moyens. Dans le monde ordinaire du lire et de l’écrire, l’analphabétisme constitue déjà un lourd handicap. Dans le monde actuel du numérique et de l’informationnel, l’incapacité à se servir de l’ordinateur ou des terminaux similaires devient un handicap supplémentaire. Ce handicap touche aussi bien les analphabètes classiques que les «anumériques»7. Le problème fondamental de la vulgarisation difficile de l’Internet procède de ce que non seulement il nécessite à la fois l’ordinateur et le téléphone, deux outils qui ne sont pas toujours à la portée du citoyen moyen mais en plus il exige un rudiment de connaissances en informatique que peut difficilement acquérir un analphabète. Contrairement au téléphone, à la radio ou à la télévision dont quiconque peut aisément se servir, un terminal numérique tel que l’ordinateur défie encore beaucoup de monde. Au point qu’on peut raisonnablement se demander si, à terme, le principal obstacle à la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire ne sera pas plus la question du niveau d’alphabétisation et de la volonté d’adhésion au projet de société de l’information que celle des dépendances technologique et économique. En effet d’une manière ou d’une autre, la question des technologies et des coûts finit toujours par se résorber (cf. section activités informelles et pratiques illégales). Par contre, si les connaissances et la volonté manquent, il est difficile voire impossible de faire quoi que ce soit. En outre, il convient de relever que plus une population est analphabète et moins elle est intéressée par des services tels que l’Internet dont elle ne comprend de toutes façons pas l’intérêt ou les enjeux. Et comme il en est ainsi les pourvoyeurs de services Internet qui sont guidés par une logique de rentabilité financière ne prennent pas de risque d’investir dans des zones à faible taux d’alphabétisation. Ce cercle vicieux constitue aussi un obstacle à la diffusion de l’Internet.

28Qu’il s’agisse de la dépendance technologique ou de la dépendance économique ou qu’il s’agisse de l’analphabétisme, ces différents obstacles ont des implications diverses. Quelles sont-elles ?

Les implications de la lente diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire

29Les implications des obstacles analysés vont de la fracture numérique (sous toutes ses formes et conséquences) au développement d’activités informelles consistant en l’offre, par des voies détournées, d’accès à l’Internet aux populations à des tarifs très bas. Elles consistent aussi en des pratiques frauduleuses telles que le vol de plus en plus croissant d’ordinateurs.

Une fracture numérique géographique évidente

30Comme c’est très souvent le cas dans la répartition des équipements et services de développement sur le territoire national ivoirien, on observe une très nette fracture numérique entre Abidjan (capitale économique et administrative) et le reste du pays.

  • 8 Également appelé Global Diffusion of the Internet (GDI), le modèle Larry Press est en fait le résul (...)

31Le modèle dit de Larry Press [ou Global Diffusion of the Internet (GDI)8 ] sur la distribution géographique des équipements Internet au sein d’un pays offre ici un cadre approprié pour apprécier cette fracture numérique nationale. La distribution géographique, à la suite de Larry Press et autres, réfère à l’accessibilité des populations (individus, ménages, entreprises, etc.) au réseau Internet à l’échelle d’un pays considéré. Le tableau ci-dessous permet de mieux comprendre ce concept.

Tableau 2 : Distribution géographique de l’Internet suivant le modèle GDI

Niveau 0

Inexistant

L’Internet n’existe pas dans ce pays. Il n’y existe aucune connexion IP internationale.

Niveau 1

Localisation unique

Les points d’accès sont confinés dans la principale ville du pays.

Niveau 2

Répartition géographique moyenne

Les points d’accès sont localisés dans quelques principales villes du pays.

Niveau 3

Grande répartition géographique

On trouve des points d’accès dans plus de la moitié des chefs lieux de département.

Niveau 4

Répartition nationale

L’Internet est disponible dans la plupart des villes ; mais aussi en milieu rural.

Source: Larry Press & alii

32Notons qu’indépendamment de la distribution géographique (DG), le modèle comprend cinq autres dimensions : le déploiement (D), l’adoption sectorielle (AS), l’infrastructure de connectivité (IC), l’infrastructure organisationnelle (IO) et le degré d’appropriation (DA). À chacune de ces dimensions est attribuée une gamme de cinq valeurs ordinales allant de 0 (nul ou existant) à 4 (fortement développé), comme on peut le constater sur le tableau ci-dessus. Chaque dimension décrit un aspect de l’état de l’Internet dans le pays considéré, tandis que leur ensemble, lui, en constitue l’image globale. Les valeurs assignées à chaque dimension sont discrètes et classées de façon ordinale. À partir de là, selon la recherche effectuée, l’on peut faire une application spécifique du modèle, c’est-à-dire que le chercheur peut décider d’étudier une dimension précise ou plusieurs pour des échelles géographiques variables. Quelle que soit l’échelle d’analyse désirée, il est nécessaire de disposer de données suffisantes et pertinentes ; ce qui n’est pas toujours facile dans un pays comme la Côte d’Ivoire.

En tout état de cause, les données disponibles indiquent que pour l’instant, l’espace géographique de la distribution de l’Internet en Côte d’Ivoire reste principalement limité au territoire de la capitale économique (Abidjan) et à celui de quelques grandes villes de province. L’Internet est donc encore un phénomène essentiellement urbain en Côte d’Ivoire. Sur la base du tableau du modèle pris comme référence, la distribution géographique de l’Internet en Côte d’Ivoire en 2012 se situe au niveau 2 (répartition géographique moyenne). Cette remarque permet de dire que du point de vue de sa diffusion géographique, l’Internet n’a pas beaucoup évolué en Côte d’Ivoire si on se réfère à une étude antérieure (Loukou, 2005). Abidjan reste toujours le point focal de la diffusion au détriment des autres régions du pays, lesquelles constituent ainsi de véritables déserts numériques sources de retard de développement dans un contexte de société de l’information.

Une fracture numérique socioéconomique réelle

33Au plan social et économique on observe une réelle fracture numérique dans l’utilisation de l’Internet. Jusqu’ici, nombre d’Ivoiriens n’ont jamais eu le moindre contact avec l’Internet, ou alors très rarement. Cette situation résulte à la fois de la répartition géographique déséquilibrée des équipements évoquée ci-dessus, du faible pouvoir d’achat de la population ainsi que de l’analphabétisme d’une frange importante de cette population.

Si on se réfère à l’étude américaine sus évoquée, la fracture numérique socioéconomique renvoie à l’idée de déploiement. Le déploiement caractérise le nombre d’internautes par tranche d’habitants et le degré d’utilisation du réseau chez les non-techniciens. De façon plus concrète, cette dimension permet d’avoir une idée de la proportion des Ivoiriens qui ont accès à l’Internet. On parle plus couramment de taux de pénétration. Le tableau ci-dessous fournit les informations pertinentes à une meilleure compréhension de ce concept.

Tableau 3 : Déploiement de l’Internet suivant le modèle GDI

Niveau 0

Inexistant

L’Internet est inexistant en tant que tel dans ce pays (0%). Aucune connexion IP internationale n’est localisée dans ce pays. Si d’aventure, on y compte quelques internautes, c’est par le fait d’une connexion auprès d’un fournisseur étranger via un appel téléphonique international.

Niveau 1

État embryonnaire ou expérimental

La proportion des utilisateurs est de l’ordre de moins de un pour mille habitants (<1‰). Un à quatre ordinateurs seulement sont connectés au réseau. La communauté des utilisateurs se limite à des techniciens de réseaux.

Niveau 2

En phase de déploiement

La proportion des utilisateurs est de l’ordre d’au moins un pour mille habitants (≥1‰). Dans ce cas, la communauté des utilisateurs s’étend au-delà des techniciens de réseaux.

Niveau 3

Utilisation courante

La proportion des utilisateurs est de l’ordre d’au moins un pour cent habitants (≥1%). Il existe une bonne logistique d’infrastructures.

Niveau 4

Fortement développé

L’Internet est répandu. La proportion des utilisateurs est de l’ordre d’au moins dix pour cent habitants (≥10%). L’accès à l’Internet est partout disponible comme tout service de commodité.

On peut analyser le tableau qui précède à partir des données de celui qui suit.

Tableau 4 : Utilisateurs d’Internet pour 100 habitants en Côte d’Ivoire (2000-2010)

Années

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

Utilisateurs pour 100 hbts

0,23

0,40

0,50

0,76

0,85

1,04

1,52

1,80

2,00

2,30

2,60

Source: UIT, World Telecommunication /ICT Indicators database http://www.itu.int/​ITU-D/​ict/​facts/​2011/​index.html

34Ces données en valeurs relatives indiquent que de 2000 à 2010, la Côte d’Ivoire a fait une progression remarquable. En effet alors que son taux de pénétration Internet était seulement de 0,23 % en 2000, il est passé à 2,60 % en 2010, soit une multiplication par 11,3 du taux des utilisateurs. Pour la dimension considérée (le déploiement), cette progression permet de situer le pays dans la catégorie « niveau 3 » (sur 4 au total) selon le modèle Larry Press. C’est-à-dire qu’il existe globalement une logistique infrastructurelle satisfaisante permettant une plus grande accessibilité; ce qui est vrai au constat. Pour autant, seulement 2,6 Ivoiriens sur 100 ont accès à l’Internet contre une moyenne africaine de 5,7% et de 75% pour les pays développés sur la même période (UIT, 2011). Encore que la majeure partie de ces quelques privilégiés se retrouvent à Abidjan. C’est le lieu de dire que la faiblesse de l’analyse de la diffusion à partir du taux de pénétration réside dans le fait que, comme pour la densité de population d’un pays, ce taux n’est réellement valable que pour les comparaisons internationales. En effet, elle ne traduit pas une répartition spatiale homogène des habitants qui ont accès à l’Internet sur le territoire national. Ce à quoi, il faut ajouter le fait qu’il y a un réel décalage entre la lente diffusion de l’Internet et la forte croissance démographique du pays. Quoiqu’il en soit, ces fractures numériques géographiques et sociales risquent d’accentuer la fracture de développement.

Un risque d’accentuation dans la fracture de développement

  • 9 A notre avis, la fracture numérique a pris différentes formes selon les contextes, voire selon les (...)

35Dans une société de l’information qui s’affirme partout et une économie de plus en plus numérique, l’Internet devient un outil indispensable de développement. Aussi les différentes formes9 de fracture numérique constituent-elles des sources de fracture de développement (disparité de niveaux de développement). L’enjeu est de déterminer comment et dans quelle mesure les obstacles à la diffusion de l’Internet constituent un risque de fracture de développement.

  • 10 Le souhait du Ministre ivoirien de la fonction publique est qu’avec le système d’informatisation de (...)

36Les sous-sections précédentes ont décrit les formes de fractures découlant des obstacles à la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire. Qu’elle soit de nature géographique ou qu’elle soit de nature sociale, la fracture numérique dans l’accès à l’Internet agit de diverses manières sur le processus de développement. L’Internet en particulier et les TIC en général sont dans une certaine mesure le carburant qui alimente l’économie physique moderne. Elles permettent de réaliser des gains de productivité et d’efficacité, notamment au niveau des entreprises mais aussi des services administratifs10. Des études de l’UIT (1983) ont par ailleurs démontré qu’il y a une corrélation évidente entre le poids des TIC dans le PIB d’un pays et le taux de croissance de son économie. Plus clairement, ces études révèlent qu’une croissance de 1% du nombre de personnes équipées engendrerait dans les cinq années suivantes une augmentation de 3% du PIB par habitant. Des études plus récentes ont même établi que plus un pays était sous-développé, plus le progrès de son infrastructure de télécommunications accélérerait sa croissance économique. Au-delà, l’Internet constitue un facteur d’aménagement des territoires, de leur attractivité, de leur compétitivité et donc finalement un facteur de développement. Dans ces conditions, les régions ou les populations du pays qui sont privées de l’Internet courent un réel risque de marginalisation voire de fracture de développement. C’est-à-dire que par rapport aux régions mieux équipées, elles seront victimes d’une disparité dans le développement ; elles seront désavantagées dans le processus de développement considérant le contexte de la société de l’information. Par exemple, l’instituteur, l’élève, le médecin ou le commerçant de Tingrela (extrême nord) ou de Doropo (nord-est) ou encore de Danané (ouest) qui n’ont pas encore accès à l’Internet ne bénéficient pas de façon égale, en comparaison avec leurs homologues d’Abidjan ou de San Pedro, des nombreux avantages de ce médium. Ils se retrouvent pénalisés dans leurs activités respectives. De même, leurs villes, déjà géographiquement défavorisées en raison de l’éloignement physique des grands centres économiques et urbains du pays, et des conditions pénibles d’accès, risquent d’être plus défavorisées parce qu’en marge de la modernité reposant de plus en plus sur les infrastructures et services Internet. Au plan de l’acquisition de l’information événementielle et de la satisfaction des loisirs, facteurs désormais essentiels pour nombre de personnes (intellectuels ou analphabètes), l’habitant d’Abidjan ou de sa banlieue est une fois de plus privilégié. Or, dans le contexte de la société de l’information, il apparaît que les populations (les jeunes notamment), dans leur logique de localisation, tendent davantage à s’implanter dans les zones qui offrent les commodités liées aux offres d’informations et de divertissements numériques. Une telle tendance peut avoir une implication sur les migrations internes dans la mesure où ces préférences se font au détriment des zones moins favorisées. À terme, l’équilibre démographique national pourrait être sérieusement affecté. Dans certains milieux, cette fracture engendre la manifestation de pratiques illégales voire illicites visant à contourner les obstacles sus mentionnés.

Le développement d’activités informelles et de pratiques illicites pour contourner les différents obstacles

37Pour contourner les difficultés d’accès à l’Internet, certaines personnes recourent de plus en plus à des pratiques informelles voire illicites (vols d’ordinateurs).

Le développement d’activités informelles de fourniture de services Internet

38Une constance qui constitue en même temps un paradoxe, c’est que très souvent en Afrique quand un obstacle s’oppose à la diffusion d’une technologie, d’une innovation, l’ingéniosité et le contournement favorisent plutôt leur diffusion de façon plus large.

  • 11 Certains proposent des débits de 3 mégabits par seconde sur leurs affiches publicitaires, mais cela (...)

Compte tenu des divers obstacles évoqués plus haut, on observe que la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire se limite à quelques couches de la population ainsi qu’à quelques villes du pays alors que les populations sont friandes de ce médium. Or, lorsque des groupes humains sont privés d’un besoin qu’ils considèrent important, ils s’organisent toujours d’une manière ou d’une autre pour remédier à cette privation. Pour ce faire, certains choisissent la voie de la légalité tandis que d’autres préfèrent agir de façon peu scrupuleuse. Dans ce dernier cas, ramené à la situation spécifique de l’Internet, on peut parler de pratiques illégales comme cela s’est déjà développé dans les domaines de la téléphonie mobile et de la télévision à péage. Le développement de pratiques illégales ou informelles pour contourner les difficultés liées aux coûts élevés des connexions commence à prendre de l’ampleur à Abidjan, notamment avec l’avènement du wifi. En effet, conscients de la loi naturelle de l’aspiration à un mieux-être et au regard des besoins observés sur le terrain, des opportunistes ont su profiter de la situation. L’astuce est simple : un propriétaire de cybercafé ou un particulier prend un abonnement normal d’un débit d’environ 512 kb/s11 chez un fournisseur d’accès. Moyennant rétribution, il partage sa connexion avec le voisinage. Techniquement, l’opération est d’une simplicité banale pour les professionnels du domaine ou pour les étudiants avancés en réseaux télécoms et informatiques. Dans la pratique, la mise en œuvre de ces services est réalisée soit par câblage soit par wifi. La distribution se fait généralement dans un rayon d’environ 70 m (pour le wifi) à 80 m (pour le câble). Avec un tel rayon et à condition que le nombre « d’abonnés » n’excède pas 15 connectés, la connexion est relativement convenable à l’aide d’un serveur.

Le modèle économique de cette activité repose sur une approche tout aussi simple : à l’aide de petites affiches (voir exemple ci-dessous), l’affairiste propose de partager son flux avec le voisinage moyennant une mensualité variant entre 4000 f.cfa (6,10 €) et 5000 f.cfa (7,63 €). Comparée aux tarifs excessifs des fournisseurs légaux, cette solution est nettement avantageuse pour les populations aux faibles ressources. Toutefois, à « l’abonnement », une somme forfaire d’environ 15000 f.cfa (22,9 €) est requise pour les frais dits d’installation. Ainsi, avec 15 « abonnés », l’affairiste perçoit de 60000 f.cfa (91,60 €) à 75000 f.cfa (114,50 €). Étant donné qu’il paie sa connexion régulière à 30000 f.cfa (45,80 €) auprès du fournisseur attitré, il réalise un petit bénéfice de 30000 f.cfa (45,80 €) à 45000 f.cfa (68,70 €). Pour multiplier leurs gains, certaines personnes prennent plusieurs connexions auprès des fournisseurs.

Illustration 1 : Exemple type d’affiche publicitaire proposant des services Internet informels

Illustration 1 : Exemple type d’affiche publicitaire proposant des services Internet informels

39Si la pratique de ce type d’activités est en soi condamnable, il convient toutefois d’admettre que grâce à leur existence, de plus en plus d’Ivoiriens ont aujourd’hui la possibilité d’avoir un accès à l’Internet chez eux à domicile à des tarifs raisonnables. Par ailleurs, bien que de nombreux cybercafés soient de véritables foyers de cybercriminalité, il convient d’admettre aussi que leur existence est un facteur réel d’expansion de l’Internet en Côte d’Ivoire. Sans ces espaces, bien des Ivoiriens n’auraient pas encore le moindre contact avec l’Internet. De ce fait, les cybercafés constituent un mal nécessaire qu’il faut circonscrire toutefois. Un mal beaucoup plus pernicieux est celui, en plein essor, du vol d’ordinateurs.

La multiplication de vols d’ordinateurs : un phénomène nouveau en plein essor

40Devant les coûts élevés des ordinateurs neufs, le marché de la vente d’ordinateurs d’occasion s’est considérablement développé à Abidjan. Toutefois, les acheteurs d’ordinateurs d’occasion qui traitent avec des revendeurs ne sont pas assurés de recevoir des biens légitimes. En effet si certains revendeurs sont correctement approvisionnés (filière d’importation européenne, particuliers cédant leurs vieux appareils) d’autres en revanche sont approvisionnés par des voleurs. Le vol d’ordinateurs en pleine rue, dans les domiciles, les entreprises ou dans les services administratifs est devenu une pratique courante à Abidjan, comme naguère pour le téléphone portable. Les ordinateurs font désormais partie des équipements les plus souvent dérobés. Aussi, se promener avec son ordinateur en bandoulière dans les rues d’Abidjan, même en pleine journée, n’est-il pas sans risque aujourd’hui. Au détour d’une rue, un malfaiteur qui vous suit discrètement depuis un moment peut surgir vous menaçant d’un pistolet (factice ou réel) ou d’un couteau et vous arracher votre précieux instrument. Les témoignages de victimes et les nombreuses déclarations de vols d’ordinateurs enregistrées par les services de police indiquent que le phénomène a réellement pris de l’ampleur. Malheureusement rien ne permet pour l’instant en Côte d’Ivoire de retrouver un ordinateur volé ou perdu parce que les forces de l’ordre n’ont pas à leur disposition une base de données centralisée pour vérifier l’identité du véritable propriétaire d’un équipement donné. Aussi, les revendeurs de matériels d’occasion n’ont pas tellement à se soucier de se protéger et de protéger leurs clients contre les dangers du recel. Dans ces conditions, les victimes de vol (individus, entreprises ou administrations) ont peu de chance de retrouver les équipements volés qui alimentent le marché de vente d’ordinateurs d’occasion.

Conclusion

  • 12 Suivant la définition de l’UIT, l’accès universel offre la possibilité à chacun d’avoir accès à des (...)

41Partant du postulat que ce n’est qu’en comprenant bien les divers obstacles à la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire que l’on pourra influer sur les actions visant à favoriser son expansion et son usage au service des usagers et du développement, nous nous sommes attaché dans cette étude à identifier ces obstacles. Il en ressort que la faible diffusion actuelle de l’Internet en Côte d’Ivoire est liée à trois obstacles essentiels: la dépendance technologique, la dépendance économique (pauvreté) des populations ainsi que l’analphabétisme d’une frange importante de ces populations. Si à la réflexion, il semble que l’analphabétisme constitue l’obstacle le plus sérieux à surmonter, il importe toutefois de prendre conscience de l’ensemble de ces obstacles en vue de déterminer une vision stratégique globale pour les surmonter. Cette stratégie globale doit aussi prendre en compte les questions de régulation dans le secteur des télécommunications, d’investissements, d’accès et de service universels12, de cybercriminalité, etc.

Certes, jusqu’ici, l’on ne note pas d’entraves politiques et réglementaires manifestes dans la diffusion médiocre de l’Internet en Côte d’Ivoire. Pour autant il revient aux autorités compétentes de faire en sorte que le secteur soit concurrentiel au bénéfice des usagers. En effet, la cherté actuelle des tarifs de l’Internet est en partie liée au fait qu’il n’y a pas de réelle concurrence entre les pourvoyeurs d’accès peu nombreux. Au chapitre des investissements, il est du rôle de l’État d’initier et de définir, en collaboration avec le secteur privé, les grands projets d’investissements. Si ces investissements sont réalisés de façon adéquate, ils peuvent garantir un accès et un service universels. Pour ce qui est de la cybercriminalité, quoique les cybercafés soient aujourd’hui le principal vecteur de la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire, il convient de reconnaître qu’ils constituent de véritables foyers du fléau que constitue la cybercriminalité. Celle-ci nuit à de nombreuses personnes et entreprises ainsi qu’à l’image du pays dans le cyberespace. Par conséquent des mesures doivent être prises par l’État pour contrôler rigoureusement les activités de ces espaces partagés.

42Dans une société et une économie de plus en plus informationnelles et communicationnelles, l’Internet devient progressivement un puissant outil de progrès. Aussi, les choix politiques et économiques visant à sa plus large diffusion qui seront opérés aujourd’hui contribueront-ils à déterminer le développement global de la Côte d’Ivoire de demain.

Haut de page

Bibliographie

BONJAWO J. (2011), Révolution numérique dans les pays en développement. L’exemple africain, Paris, Dunod, 175 p.

DUPUY G. (2007), La fracture numérique, Ellipses, 2007, 158 p.

FODOUOP K., TOGUEM D. (2010), « Insertion spatiale des NTIC et diffusion des innovations dans le Grand Ouest Cameroun », In: L’armature du développement en Afrique : industries, transports et communication, pp. 227-247, Paris, Karthala, 262 p.

OSSAMA F. (2001), Les nouvelles technologies de l’information. Enjeux pour l’Afrique subsaharienne, Paris, L’Harmattan, 192 p.

LOUKOU A. F. (2005), Internet en Côte d’Ivoire. Évaluation à partir du modèle de Larry Press, In: NETCOM (Networks and Telecommunication Studies), vol. 19, nº 1-2, Université de Montpellier III, pp. 23-42.

LOUKOU A.F. (2005), Télécommunications et développement en Côte d’Ivoire à l’ère de la société de l’information et de la mondialisation, thèse de doctorat, Université Montpellier III.

LOUKOU A.F. (2012), « L’aménagement numérique des territoires. Une exigence nouvelle du développement encore ignorée en Afrique », In: actes du colloque Villes et territoires numériques. Sociétés de l’information, sociétés de la connaissance : le rôle des collectivités locales, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Paris, 6-7 février 2012, pp. 113-124.

LOUKOU A.F. (2012), « Les TIC au service du développement en Afrique. Simple slogan, illusion ou réalité ? », Revue TIC&Société, vol. 5, nº 2-3 (2ème semestre 2011 / 1er semestre 2012, pp. 49-67.

QUOTIDIEN FRATERNITE MATIN (2012), Interview du ministre ivoirien des Postes et des Technologies de l’Information et de la Communication sur la situation des TIC en Côte d’Ivoire, 19 Juillet 2012, nº 14295, pp. 2-6.

Ressources de l’Internet

AGENCE DES TELECOMMUNICATIONS DE COTE D’IVOIRE (ATCI), http://www.atci.ci/index.php/Statistiques-des-telecoms/statistiques-des-telecoms.html

AVISO INTERNET, http://www.aviso.ci/

COTE D’IVOIRE TELECOM, http://www.citelecom.ci/

COMPAGNIE IVOIRIENNE D’ELECTRICITE (CIE), http://www.groupecie.net/decouvrir/chiffresexploitation.php

CONTE B., Les déterminants de la diffusion de l’Internet en Afrique, http://ged.u-bordeaux4.fr/ceddt48.pdf

INTERNATIONAL DEVELOPMENT RESEARCH CENTRE (IDRC) « La technologie peut-elle aider à réduire la pauvreté dans les pays en développement ? », http://www.idrc.ca/fr/ev-140355-201-1-DO_TOPIC.html

LOUKOU A. F. (2009), « Les TIC et l’attractivité dynamique des territoires dans la problématique du développement local en Afrique », Tic & Développement, IRD, vol. 4, http://www.tic.ird.fr/spip.php?article321

PRESS L. & al. (1998), An Internet diffusion framework. Communications of the ACM, vol. 41, n° 10, pp. 21-26, october 1998, http://som.csudh.edu/fac/lpress/articles/acmfwk/acmfrwk.htm

PRESS L. & al. (2001), A framework for assessing the global diffusion of the Internet, http://jais.aisnet.org/articles/default.asp?vol=2&art=6

THE CIA WORLD FACTBOOK-CÔTE D’IVOIRE, http://www.cia.gov/cia/publications/factbook/geos/iv.html

UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (UIT) (2011), World Telecommunication/ICT Indicators database, http://www.itu.int/ITU-D/ict/facts/2011/index.html

VIDAL P. (2011), « Bilan critique de l’aide au développement numérique de l’Afrique », In: Le développement durable en manque de communication, A.-M. Laulan (coord.), LES CAHIERS DU CEDIMES, vol. 5 – n° 3 Automne 2011, Paris, L’Harmattan, pp. 45-60, http://fr.calameo.com/read/000041721c513c047c555

Haut de page

Notes

1 L’UIT est l’organisme spécialisé des Nations Unies qui diffuse les informations économiques et techniques de télécommunications sur tous les pays membres.

2 La diffusion globale de l’Internet en Côte d’Ivoire. Évaluation à partir du modèle de Larry Press, In: Netcom, Networks and Telecommunication Studies, vol. 19, nº 1-2, Université de Montpellier III, pp 23-42.

3 Le SMIC est le salaire en dessous duquel aucun employé ne devrait être payé. Ce plafond étant purement théorique bien de salariés ivoiriens perçoivent moins que cela. Un projet de révision ambitionne de porter le SMIC ivoirien à 60 000 FCFA, soit environ 91,60 € ; ce qui malgré tout restera encore trop faible pour autoriser certains agréments de la vie moderne.

4 Ces tarifs sont ceux du fournisseur d’accès Aviso, à la date du 26 janvier 2012.

5 Jusqu’ici, les débits résidentiels offerts ne dépassent pas en réalité 256 kb/s.

6 Interview du Ministre ivoirien de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication dans le quotidien Fraternité Matin du 19 Juillet 2012, p. 4.

7 Nous entendons par ce néologisme, l’ensemble des individus qui ne savent pas faire usage des terminaux numériques de base soit parce qu’ils sont analphabètes soit parce qu’ils sont réfractaires aux technologies numériques alors qu’ils savent lire et écrire.

8 Également appelé Global Diffusion of the Internet (GDI), le modèle Larry Press est en fait le résultat d’un travail collectif mené par plusieurs chercheurs américains issus de différentes universités. En raison de sa robustesse et de sa pertinence scientifique il est généralement utilisé pour évaluer ou comparer dans le temps, le niveau de pénétration de l’Internet dans un pays, une région ou même à l’échelle de tout un continent. C’est en fait un excellent indicateur de performance de l’Internet.

9 A notre avis, la fracture numérique a pris différentes formes selon les contextes, voire selon les époques. Ainsi dans les pays en développement, elle est davantage d’ordre géographique (grandes villes vs petites villes ; urbain vs rural) et social (riches vs pauvres ; instruits vs analphabètes, etc.). Tandis que dans les pays développés et émergents, la fracture numérique entre les citoyens semble aujourd’hui plutôt se traduire par une différence de débits (qualité dans l’accès qui est conforme aux évolutions technologiques des sociétés avancées). Du reste, quand Gabriel Dupuy dit : « dans notre hypermonde, nous sommes perclus de fractures », il fait lui aussi certainement allusion à ces différentes formes de fracture numérique que nous évoquons.

10 Le souhait du Ministre ivoirien de la fonction publique est qu’avec le système d’informatisation des services administratifs qui est en cours de mise en œuvre, les fonctionnaires n’aient plus besoin de quitter telle ville du pays pour aller se faire établir un acte administratif dans telle autre. Ils en feront simplement la demande via le net. La concrétisation d’un tel projet suppose que les fonctionnaires disposent de l’Internet quel que soit le lieu où ils se trouvent dans le pays. Ce qui est encore loin d’être le cas.

11 Certains proposent des débits de 3 mégabits par seconde sur leurs affiches publicitaires, mais cela tient plus de la publicité mensongère que de la réalité, car en vérité les débits offerts sont loin de dépasser les 256 kb/s.

12 Suivant la définition de l’UIT, l’accès universel offre la possibilité à chacun d’avoir accès à des installations et services de communication mis à la disposition du public. En règle générale, cet accès est assuré par les publiphones, les télécentres communautaires et les terminaux communautaires d’accès à l’Internet. Les politiques de service universel ont quant à eux généralement pour but de promouvoir ou de maintenir la connectivité universelle de tous les foyers aux installations et services de réseau public, à des prix abordables. Selon l’UIT, même si les politiques d’accès universel et les politiques de service universel peuvent différer, les deux concepts sont étroitement liés et les deux termes sont quelquefois utilisés de manière interchangeable.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution du nombre d’abonnés au téléphone fixe de 2000 à 2010
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Photo 1 : Rue principale d’un village non électrifié proche de Bouaké
Crédits Alain François Loukou, mai 2013
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Photo 2 : Ensemble de huttes non électrifiées d’une zone rurale
Crédits Alain François Loukou, mai 2013
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Photo 3 : Image d’un cybercafé, principal vecteur de la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire
Légende Internautes dans un cybercafé à Abidjan
Crédits Alain François Loukou
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1045/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Photo 4 : Image d’un cybercafé, principal vecteur de la diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire
Légende Internautes dans un cybercafé à Bouaké
Crédits Alain François Loukou
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1045/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Illustration 1 : Exemple type d’affiche publicitaire proposant des services Internet informels
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1045/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain François Loukou, « La diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire. Obstacles et implications », Netcom, 26-3/4 | 2012, 307-328.

Référence électronique

Alain François Loukou, « La diffusion de l’Internet en Côte d’Ivoire. Obstacles et implications », Netcom [En ligne], 26-3/4 | 2012, mis en ligne le 13 mars 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://netcom.revues.org/1045 ; DOI : 10.4000/netcom.1045

Haut de page

Auteur

Alain François Loukou

Maître-assistant à l’Université de Bouaké (Côte d’Ivoire) / Département de géographie / UFR Communication, Milieu et Sociétés (CMS). E-mail : alain_loukou@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo DOAJ
  • Logo Heloise
  • Revues.org