Navigation – Plan du site

La communication électronique comme élément de la trace numérique

Sami Zlitni et Fabien Liénard
p. 9-14

Texte intégral

  • 1 Rappelons que le mot ordinateur est proposé par J. Perret, linguiste et philologue, en 1955 pour dé (...)

1Les Technologies de l’Information et de la Communication (appelées désormais TIC) renvoient à un large ensemble d’objets techniques permettant d’échanger des informations et de pratiquer la communication. Françoise Massit-Folléa rappelle que « Dans l’expression TIC, le mot « information » recouvre à la fois une procédure technique et une pratique sociale » et que « Le mot « communication », quant à lui, est employé surtout par référence aux médias classiques, et aux contenus diffusés dans la mesure où les technologies d’il y a un siècle […] sont elles aussi transformées […] dans de nouveaux dispositifs techniques qui combinent systématiquement quatre éléments : le réseau, l’ordinateur, le logiciel et la convergence » (2002 : 135). Si le réseau est en effet essentiel, nous y reviendrons rapidement, l’ordinateur est incontestablement parmi les plus anciennes des TIC tout en étant aussi la plus nouvelle ou la plus renouvelée. Un ordinateur aujourd’hui est un fixe, un portable ou un ultraportable mais il est aussi un micro-ordinateur (un netbook), une tablette, une console ou encore un téléphone portable. Autrement dit, l’ordinateur1, pourtant si ancien, est en même temps toujours à la pointe du progrès technologique et recouvre une pluralité de TIC. Tous les individus aujourd’hui se trouvent ainsi confrontés à cette pluralité, à cette multitude de TIC qui convergent toujours plus et qui rendent possible une multitude d’usages. Les programmes (les logiciels de Françoise Massit-Folléa) qui équipent les ordinateurs et chaque TIC et le réseau, le web, permettent aux individus d’informer et de communiquer électroniquement où qu’ils se trouvent et quand ils le souhaitent. Serge Proulx (2004) caractérise ces situations de communication électronique et considère que :

  • 2 Exception faite des situations impliquant des TIC du genre webcam. Serge Proulx exclut aussi le rôl (...)

2- le corps n’est plus indispensable2 ;
- l’ancrage et la présence physique ne sont plus nécessaires ;
- le temps de la communication peut être différé.

3Cette spécification est pertinente : l’absence physique de l’altérité, la temporalité particulière (communication synchrone versus asynchrone) et le (non) rôle du corps sont des paramètres importants (tout en restant discutables). Mais ils ne sont pas suffisants et nous pouvons ajouter la nature de la TIC ou le type de mode communicationnel. Les individus ne communiquent pas de manière identique selon qu’ils utilisent un ordinateur ou un téléphone, selon qu’ils échangent sur un forum ou à l’aide d’un réseau social. Malgré la convergence et la complémentarité des TIC et des modes communicationnels, la communication électronique engagée différera profondément. Autrement dit, nous pouvons considérer qu’elle conduira à la production volontaire ou involontaire, consciente ou inconsciente, de traces d’une grande variété elles aussi.

4La notion même de communication électronique est reconnue par le droit français grâce à une directive fondamentale du 7 mars 2002 relative à l’autorisation de réseaux et services de communication. Elle sera consacrée par la loi du 9 juillet 2004 puisqu’elle y remplace le terme télécommunication et est entendue comme des « émissions, transmissions ou réceptions de signes, de signaux, d’écrits, d’images ou de sons par voie électromagnétique ». La communication électronique est donc définitivement plurisémiotique. Nous comprenons mieux dès lors qu’elle puisse conduire et participer à l’émergence, à l’apparition d’une grande variété de traces… de traces numériques parce que présentes sur le web.

5Dans le sens de ce qu’explique Yves Jeanneret, nous considérons que la communication électronique ne peut révéler que des traces-artefacts produites par l’homme et extérieures à son corps. Autrement dit, il s’agit des traces « […] que décrit la sociosémiotique des médias dans les situations et dispositifs de communication où la trace est exploitée pour sa valeur de représentation du monde et de support de l’énonciation » (Jeanneret, 2011 : 59). Sans rentrer dans le détail de sa définition, nous admettons encore que « La trace est un objet inscrit dans une matérialité que nous percevons dans notre environnement extérieur et dotons d’un potentiel de sens particulier, que je propose de spécifier comme la capacité dans le présent de faire référence à un passé absent mais postulé » (Jeanneret, 2011 : 61). Confortant le point de vue de Serge Proulx, ces précisions nous amènent à considérer les variables espace et temps comme essentielles dans l’appréhension des traces numériques produites au travers des situations de communication électronique. Le web, en tant qu’environnement, est structuré autour de lieux virtuels dans lesquels les usagers échangent ou déposent des informations personnelles ou non aux thématiques diverses et censées remplir des objectifs communicationnels la plupart du temps… Toutes ces données valent pour les usagers en un lieu et à un moment précis : le blog ou la page Facebook alimentée de vidéos, de photographies et de cartes pendant un voyage, le courriel ou le SMS de vœux saisi à Noël et envoyé collectivement, le commentaire acerbe laissé sur un forum de discussion, etc. Autant d’éléments iconiques et/ou discursifs constitutifs du processus de communication électronique engagé qui peuvent devenir des traces numériques dès lors qu’ils naviguent, volontairement ou non et consciemment ou non, sur le web qui les « dé-temporalise et les dé-spatialise »…

  • 3 Yves Jeanneret rappelle qu’il y a écriture lorsque le regard d’un lecteur scrute une surface, ses f (...)

6A ce propos, Béatrice Galinon-Mélénec précise que « Les inquiétudes concernant les traces laissées sur le Web ne devraient pas faire oublier que l’Homme traverse à chaque instant de sa vie des événements résultant d’interactions de systèmes complexes aussi bien individuels, que familiaux et sociaux, événements qui laissent des traces conscientes ou inconscientes dans sa matière corps, dans sa représentation du monde, dans ses comportements en général et dans son langage en particulier » (Galinon-Mélénec, 2011 : 32). Le langage donc et l’écriture en particulier en tant qu’élément constitutif d’un nombre incalculable de situations de communication électronique, constitue une trace essentielle et remarquable en bien des aspects3. Béatrice Galinon-Mélénec de poursuivre sur ce point : « Ainsi, même si une trace parait figée dans sa matérialité, son sens se rejoue dans l’interprétation présente qui, elle-même, est trace de la perspicacité et de l’entendement de celui qui interprète » (ibid : 34). Elle remarque encore, à propos des traces numériques, qu’elles « […] peuvent également être effacées ; mais plus difficilement. D’où la prudence de tout individu dans la mémoire duquel reste gravée la devise : les paroles s’envolent, les écrits restent » (ibid : 37). Nous nous inscrivons dans la continuité de ces travaux, puisque nous travaillons, dans le cadre de l’équipe « l’Homme trace » du laboratoire UMR IDEES/CIRTAI, sur des éléments de la trace numérique complexes de ce point de vue (Liénard et Zlitni, 2011 ; Zlitni et Liénard, 2012, Zlitni et Liénard, 2013). En effet, les traces numériques mélangent, transforment et rediscutent les notions même de parole et d’écrit, d’oralité et de scripturalité, participant à la confusion chez les usagers. Ces derniers peuvent considérer que ces éléments de la trace numérique qu’ils laissent quotidiennement s’envoleront comme les paroles parce qu’ils ne sont jamais vraiment de l’écrit et parce qu’ils disparaissent tellement vite de l’écran, du support. Dans l’esprit des usagers (et à leurs yeux), cette disparition a pour conséquence quasi directe de rendre immatérielle la trace qui se caractérisait pourtant par sa matérialité l’instant d’avant. L’immatérialité devient désormais une condition de la trace qui échappe aux usagers qui vont la redouter comme tant d’autres types de traces numériques.

7Ce numéro de la revue NETCOM que nous coordonnons, s’inscrit dans la continuité des réflexions sur les usages et pratiques de la communication électronique en tant qu’élément de la trace numérique. Les six articles qui composent ce volume ont un ancrage théorique et épistémologique en sciences de l’information et de la communication. José Luis Dader (Université Complutense de Madrid - Espagne), dans l’article qui ouvre ce numéro, s’intéresse à l’utilisation des TIC dans la sphère politique. Ces dernières sont en train de provoquer une transformation profonde de la représentation et de l’exercice de la politique dans les sociétés développées. En effet, la plupart des nouvelles ressources rend plus spectaculaire et introduit plus de sentimentalisme et de futilité dans la présentation des leaders, des partis politiques et des gouvernements face à la citoyenneté. Les vidéos politiques sur Youtube, le « marketing viral » et le succès de Twitter augmentent non seulement l’impact scénique mais également la distorsion propagandiste au détriment de l’analyse des propositions électorales et des réalités de la gestion politique. Par ailleurs, ces mêmes technologies facilitent la création de nouveaux espaces de contrôle social, de délibération et de suivi critique de la politique grâce à des mouvements citoyens qui profitent du potentiel cybernétique pour avancer vers une « démocratie 2.0 » ou une « cyberdémocratie » progressive.

8Mais les hommes politiques sont loin d’être les seuls individus dans nos sociétés à « redouter » et/ou à traquer les traces numériques. Les enjeux sont tellement nombreux et puissants que la communication électronique conduite par les marques dépend tout autant des cibles qu’elles visent que des traces que ces dernières laissent sur le web. Jean-Claude Domenget (Université de Franche-Comté) explique ainsi que le discours « SoLoMo » (Social, Local and Mobile) catalyse les diverses opportunités marketing du web social sur les dimensions de la participation, de la géolocalisation et des usages en situation de mobilité. Son article propose ainsi de nuancer ce discours et de le dépasser en intégrant à la fois les temporalités en jeu mais aussi la tendance de fond à une industrialisation de la présence en ligne. En s’appuyant, sur une analyse des usages de Twitter, qui est un espace propice à la présence des marques, plusieurs enjeux sociologiques et éthiques sont questionnés.

9Les enjeux sociologiques et éthiques sont finalement au cœur du texte d’Adrian Staii (Université de Grenoble - IUT 2). Il constate ainsi que plus d’un Français sur trois cherche des informations de santé sur Internet. Cette tendance est en augmentation constante ces dernières années. Les autorités traditionnelles (médecins, experts, etc.) sont confrontées à des informations et à des représentations alternatives de la maladie (issues des forums, blogs, sites des associations, etc.). L’autorité médicale n’est pas contestée, mais elle est invitée à renouveler sa légitimité et à établir un nouveau rapport de confiance avec le patient. Dans une société où il est constamment invité à se prendre en charge, l’individu ne peut plus déléguer entièrement la gestion de sa santé. Les évolutions actuelles de l’information de santé font ainsi écho à des mutations sociales d’ampleur et elles gagnent à être interprétées à la lumière de leurs conditions structurantes : renouvellement de la confiance dans les systèmes experts, autonomisation sociale et propagation de la culture du « bien être ».

10Cette culture du « bien être » intègre aussi le « bien dans sa vie ». La vie de couple en est un élément constitutif et la communication électronique participe à sa construction pour de nombreux usagers. Pascal Lardellier (Université de Bourgogne) décrit combien la rencontre sentimentalo-sexuelle assistée par ordinateur constitue une authentique révolution relationnelle, portée par les vecteurs technologiques de la communication électronique. Son article, qui se fonde sur une recherche menée depuis 10 ans dans la nébuleuse des sites de rencontres qu’il présente en détails, procède à une série de rappels techniques et historiques et pose quelques constats sociologiques. Il focalise in fine son attention sur les processus psychologiques et psychanalytiques à l’œuvre, qui font qu’à un moment, la « greffe prend » entre deux inconnus.

11Mais il est d’autres usages qui ont une incidence conséquente sur la vie des individus et que nous pourrions percevoir au sein de processus communicationnels interpersonnels électroniques plus larges. C’est le cas de la géolocalisation dont nous parle Christelle Crumière (Université du Havre - IUT). Elle remarque en effet qu’à l’image de l’essor des réseaux sociaux, le développement des services de géolocalisation soulève la question de la divulgation publique d’informations à caractère privé. Envisagée comme un dispositif de communication interpersonnelle, favorisant l’émergence de nouvelles modalités d’interactions sociales au sein de sphères relationnelles distinctes, la géolocalisation est aussi porteuse d’un discours à caractère identitaire, s’appuyant sur des procédés d’exposition et des stratégies plus ou moins contrôlées de mise en visibilité de soi. L’auteure étaye sa réflexion à l’aide d’éléments d’une analyse qualitative consacrée aux usages de l’application Foursquare et interroge les questions de la privacy et de la perméabilité entre l’intime et le public.

12Cette dernière question soulève dès lors un thème essentiel : celui du droit à l’oubli numérique. Ils sont de plus en plus nombreux à le réclamer, à en discuter. Chercheurs, associations, institutions œuvrent ensemble pour qu’à terme, les usagers ne deviennent pas esclaves des traces numériques qui survivent à leur vigilance… Sung Do Kim (Université de Koryo, Séoul - Corée du Sud) développe cette notion d’oubli numérique en guise de conclusion à ce dossier thématique de la revue NETCOM. Très précisément, son article vise à construire une problématique de l’équilibre juste entre la mémoire et l’oubli à l’ère du numérique. Cet équilibre est en péril, selon lui, notamment avec l’irruption et l’essor des TIC qui mémorisent tout mais ne savent pas oublier. Il commence ainsi par fournir quelques éléments d’anthropologie et d’épistémologie sur les rapports de co-détermination entre l’Homme et la technique. L’auteur prend ensuite le temps d’évoquer les changements paradigmatiques de la mémoire qui permettent de saisir les nouvelles propriétés ontologiques de la mémoire numérique. Cela le conduit à poser de front la question de l’oubli dans les technologies numériques qui tendent vers une mémoire totale et risquent ainsi de produire une crise d’identité individuelle et collective. Une question définitivement essentielle qui alimentera les discours et les recherches à venir sur les TIC, sur la communication électronique, sur les traces numériques.

Haut de page

Bibliographie

GALINON-MELENEC B. (dir.) (2011), L’Homme trace. Perspective anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS Editions, 410 p.

JEANNERET Y. (2011), « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé », In : GALINON-MELENEC, B. (dir.), L’Homme trace. Perspective anthropologiques des traces contemporaines, Paris, Editions du CNRS, pp. 59-86.

LIENARD F. et ZLITNI S. (dir.) (2011), La communication électronique : enjeux de langues, Limoges, Editions Lambert-Lucas, 310 p.

MASSIT-FOLLEA F. (2003), « Technologies de l’information et de la communication (TIC) », La « société de l’information » : glossaire critique, Unesco, Paris, La documentation française, pp. 134-136.

PROULX S. (2004), La révolution Internet en question, Montréal, Québec Amérique.

ZLITNI S. et LIENARD F. (dir.) (2012), La communication électronique dans la « société de l’information ». Quels usages ? Quelles pratiques ?, Actes de colloque, Mont Saint-Aignan, Editions Klog, 410 p.

ZLITNI S. et LIENARD F. (éd.) (2013), La communication électronique en questions, Berne, Peter Lang, 402 p.

Haut de page

Notes

1 Rappelons que le mot ordinateur est proposé par J. Perret, linguiste et philologue, en 1955 pour désigner cette machine à calculer qu’une société américaine souhaite alors commercialiser sous le nom de Calculateur. J. Perret explique alors que cet adjectif désignant « Dieu qui met de l’ordre dans le monde » peut sans inconvénient convenir parce que tombé en désuétude et d’un champ sémantique vraiment éloigné (comptabilité vs religion). Sommes-nous si éloignés aujourd’hui du sens originel ?

2 Exception faite des situations impliquant des TIC du genre webcam. Serge Proulx exclut aussi le rôle joué par le corps dans la manipulation du clavier ou dans l’attention mobilisée dans l’interaction avec l’interface, le programme… Nous discutons volontiers cette proposition même si confrontée à la situation de communication en face-à-face, elle est recevable.

3 Yves Jeanneret rappelle qu’il y a écriture lorsque le regard d’un lecteur scrute une surface, ses formes, leur interaction avec la matérialité qui les porte. « On ne peut donc traiter l’écrit comme une trace, c’est-à-dire quelque chose qui livrerait son sens indépendamment du fait d’être regardé et interrogé. La trace tire en quelque sorte l’écrit vers son passé, elle en fait un outil de mémoire, alors que percevoir son réel pouvoir, c’est comprendre comment elle fomente une pensée et une conception du monde qui deviennent agissantes à partir de ce qu’elle propose » (Jeanneret, 2011 : 79). Cela conduit Yves Jeanneret à rappeler que chez Christin (1995), « la pensée de l’écran » est la condition de l’écriture, « qui n’est ni une image comme une autre ni une simple transcription de la parole, mais un système de communication particulier qui repose sur la façon dont il convoque l’activité interprétative d’un lecteur-public » (ibid.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sami Zlitni et Fabien Liénard, « La communication électronique comme élément de la trace numérique », Netcom, 26-1/2 | 2012, 9-14.

Référence électronique

Sami Zlitni et Fabien Liénard, « La communication électronique comme élément de la trace numérique », Netcom [En ligne], 26-1/2 | 2012, mis en ligne le 02 décembre 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://netcom.revues.org/103 ; DOI : 10.4000/netcom.103

Haut de page

Auteurs

Sami Zlitni

Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université du Havre – IUT / Laboratoire UMR IDEES/CIRTAI. sami.zlitni@univ-lehavre.fr

Fabien Liénard

Maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’université du Havre – IUT / Laboratoire UMR IDEES/CIRTAI. Fabien Liénard est aussi HDR et membre associé du laboratoire DySoLa (Université de Rouen). fabien.lienard@univ-lehavre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org