Navigation – Plan du site

Les TIC et la surveillance des zones maritimes sensibles. Penser globalement, agir localement

Mélanie Fournier
p. 221-234

Résumés

Que peuvent avoir en commun la géopolitique de l’information, la géopolitique de l’illicite et la surveillance maritime ? Flux, territoires et puissances. Les espaces maritimes sont des espaces d’interactions, réduits à l’échelle portuaire ou étendus à celle de vastes portions du globe terrestre. Ils mettent en relation des flux et des réseaux d’informations commerciaux, civils et militaires, ainsi que des réseaux illégaux. Même si les systèmes d’information modifient depuis quelques décennies l’espace géographique et ont permis d’accélérer la prise de décision1, le rôle de l’information dans un conflit n’est pas nouveau (alerte, décryptage, brouillage, paralysie ou destruction des infrastructures adverses, déstabilisation…). Néanmoins d’un point de vue technique les industriels ont amorcé aujourd’hui la tendance des solutions dites intégrées. La gestion de crise et la connaissance en temps réel de la situation de surface2 ne sont plus cloisonnées mais traitées au sein d’un système de surveillance plus global dans le but de prévenir et de lutter contre les risques et menaces qui transcendent les espaces. Après avoir introduit ces évolutions majeures, cet article tirera les leçons de deux études de cas que l’auteur a étudié en détail (Caraïbes, Méditerranée).

Haut de page

Notes de l’auteur

Texte reçu le 12 février 2012. Mise à jour avril 2013.
Le titre fait référence au 13ème Sommet International sur le crime transnational qui s’est tenu à Genève en novembre 2011. Les sessions des 17 et 18 novembre 2011, consacrées à la protection des données et à la cyberdéfense d’une part, et à la sûreté, à la sécurité maritimes et au renseignement d’autre part, ont largement fait appel à la notion de sécurité régionale et internationale afin de développer une coopération à l’échelle internationale.

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’une information pertinente dans un monde où tout est accessible et surabondant ? Dans un contexte opérationnel, les SI s’inscrivent dans l’architecture qui mène à la connaissance d’un territoire, d’une situation tactique et à une prise de décision. Le SI tient un rôle stratégique d’une part dans ce contexte de prise de décision et d’apport de connaissances, d’autre part puisqu’il est employé dans un monde de sous-traitance où le privé est un acteur important dans les milieux de sécurité, de sûreté et de défense. Les solutions logicielles proposées par les fournisseurs de services sont des outils efficaces et compétitifs en termes de vitesse de transmission, de rafraîchissement de la donnée, de coûts et d’interopérabilité. L’interconnexion multiscalaire est devenue le cheval de bataille de bien des pays, de régions ou d’organisations supranationales. L’idée de système de systèmes a fait son chemin et a trouvé sa place dans un objectif de surveillance de territoires et d’installations, et plus largement dans un objectif de gouvernance mondiale. Ainsi, les SI doivent fournir une image commune d’un théâtre d’opération, des mers, ou d’un port en temps réel ou quasi-réel. A ce titre, les systèmes d’informations et plus particulièrement les SIG, Systèmes d’Information Géographique, et les SIM, Systèmes d’Information Maritime, structurent les territoires. Le rapport de l’amateur ou de l’opérationnel en mode de veille ou de crise n’est plus le même. Ces interfaces en fusionnant, comparant des données multitemporelles, et multisources nous montrent des relations entre acteurs, et dans leur projection sur un ou plusieurs territoires tantôt sur un mode conflictuel, tantôt sur un mode coopératif ou fédérateur.

Le rôle de l’information et des systèmes d’information (SI)

  • 3 Voir par exemple: Bakis Henry (1991), « La télégraphie sémaphorique sur le littoral français », L’I (...)
  • 4 Voir par exemple : Bakis Henry (1987), Géopolitique de l’information, PUF, Que sais-je ?, 128 p., R (...)

2L’information est le prérequis à toute stratégie si elle veut être efficace. Les processus de veille qui permettent de rassembler, d’analyser des données et d’en extraire une aide à la prise de décision et à l’action sont aussi vieux que le monde3, ils ont su s’adapter et passent dorénavant par l’utilisation de logiciels, d’interfaces graphiques et de données comme les images satellites offrant aux acteurs opérationnels une vision globale d’une zone prédéfinie en temps réel ou bien, et ceci est dû à la révolution technologique que nous vivons, une vision globale de notre planète et de ses zones sensibles ou qui revêtent un intérêt particulier. Le rôle crucial de ce qu’on appelle « l’information préalable » à toutes décisions et actions remonte à la fin du 6ème siècle avant J.C et au 5ème siècle avant J.C. et trouve ses origines dans L’Art de la Guerre de Sun Tzu. TIC, Internet, transmission des images, guerre électronique, cyberconflits sont autant de termes passés dans le langage courant et devenus objets stratégiques4.

3Le concept d’information préalable est de nos jours avant tout utilisé dans le monde de l’intelligence économique, mais on ne peut lui ôter son rôle nécessaire en stratégie et en termes de surveillance et de sécurité. Information et projet sont indissociables. Pour atteindre les objectifs fixés et ce, quel que soit le projet, le recueil d’informations, leur analyse et la valeur-ajoutée que l’on en extrait permettent d’anticiper, de connaître, de décider, de se protéger contre des risques et des menaces, ou de mieux gérer des flux, un trafic… etc. Ces actions dépendent entre autre de la qualité et de la quantité des informations recueillies, des interfaces permettant de les visualiser et de leur capacité à produire de la valeur ajoutée.

4Les SI sont là pour collecter de façon efficace, pertinente, sur un mode durable et économiquement intéressant des informations. Une fois l’information collectée les interfaces permettent de les traiter, de les analyser et de valider leur qualité en les visualisant et en les fusionnant - fusion offrant de nombreuses possibilités de comparaison- avec des données collatérales d’une part et avec des données similaires provenant de sources multiples, de capteurs multiples et parfois d’autres systèmes d’information. L’information et les SI sont au cœur d’une véritable bataille que se livrent les entreprises, les chercheurs et les acteurs opérationnels dans le but d’innover et d’ouvrir un marché qui jusqu’ici était réservé aux agences de renseignements, aux militaires ou aux corps ayant en charge une quelconque surveillance. Le contexte sécuritaire actuel, avec le pic que représentent les attentats du 11 septembre, s’est focalisé d’une part sur une mutualisation des moyens, augmentant ainsi les relations et les coopérations en cherchant à dépasser le cadre des relations bilatérales habituelles, et d’autre part sur la possibilité de ne plus visualiser qu’une région mais recueillir et visualiser à l’échelle de la planète les zones sensibles, les anomalies et les unités coopérant.

Des technologies au service des compétences et de l’acquisition de connaissances

5Si projet et informations sont indissociables, quel est le but d’un SI dans le monde de la sécurité et de la défense ? La maîtrise de l’information a pour objectif final la maîtrise d’un territoire. La stratégie mise en œuvre pour y parvenir repose sur trois axes majeurs :

  • Réagir vite et efficacement

  • Savoir quand et comment réagir

  • Palier les anomalies.

6Le dernier axe est le plus problématique car il correspond à la capacité de chacun à percevoir le changement. Selon S. Kiesler, L. Sproull et K. Korbi, dans un cadre de prise de décisions, la plupart des décideurs ont tendance à se focaliser sur les informations déjà acquises alors que prendre en compte les bouleversements actuels et à venir de son environnement, oblige à demander de nouvelles informations. Le rafraîchissement des données est un point capital à la fois dans le fonctionnement du SI mais aussi dans le processus qui mène à la prise de décisions. Si cela est vrai dans le cadre de l’entreprise, cette stratégie s’applique aussi et surtout au monde de la défense et de la sécurité. Comment agir si les données sont trop datées ? En extrapolant et en se fiant au principe de précaution ? C’est une solution. Mais il est vital que le chef de section, responsable d’un SIG, par exemple, au sein des armées soit capable de s’adapter à son environnement géopolitique mouvant et complexe et de s’y intégrer en fournissant la bonne information au bon moment et à la bonne personne. Sinon où réside l’intérêt notamment en période de crise ? Le système doit être rodé. De plus le choix stratégique, les décisions menant à une action ou non dépendent de la façon dont sont saisies les difficultés auxquelles nous faisons fassent et à notre sensibilité éprouvée. Face à une situation de crise un personnel ou un décideur ayant déjà connu la situation sera plus à même de réagir en conséquence qu’un novice. Si le problème est perçu comme une menace ou comme une opportunité la réaction des décideurs ne sera pas la même (J.E. Dutton, S.E. Jackson, K. Korbi). L’objectif principal ici est d’éviter un appauvrissement du SI, de l’information et du processus qui va de sa collecte à son traitement, ainsi qu’une rigidification de la prise de décisions.

7Pour passer de la maîtrise de l’information à la maîtrise d’un territoire il faut savoir maîtriser avant tout la complexité. Complexité du SI et complexités spatiale et temporelle (K. Korbi). Autrement dit plus la complexité du SI est élevée et plus les complexités spatiale et temporelle diminuent. On parvient à ce résultat en segmentant la recherche d’information. Si les comportements, les acteurs en présence sont réduits, l’environnement apparaît plus facile d’accès, plus simple à maîtriser. Cela permet alors d’accroître la capacité à réagir plus vite aux changements et à être plus flexible.

La portée des SI

  • 5 Lesca H. (1990), « Le développement se nourrit de désordre », Sciences et technologie, n° 29, sept.

8Selon H. Lesca (1990)5 l’information n’est pas le socle de décision mais un vecteur stratégique et une arme concurrentielle. Pour la défense et la sécurité elle est les deux à la fois. L’acteur opérationnel qui recevra l’information en temps et en heure pourra agir avant son concurrent (si c’est le cas). Le SI est un moyen de partager les informations, de communiquer et de maintenir à disposition l’information en temps réel, fraîche et dynamique. En ce sens le SI s’inscrit bien dans une dynamique concurrentielle à la fois économique, humaine et technologique. Le développement rapide des technologies de l’information et de télécommunications poussent les opérationnels et les industriels à développer des interfaces toujours plus performantes et à y intégrer des sources d’information jusque-là réservées aux milieux scientifiques ou militaires. L’ouverture de l’accès aux images satellitales dans un cadre public et privé oblige les industriels, les chercheurs, les acteurs de terrain à s’adapter au contexte sécuritaire dans lequel nous vivons et à mettre à profit l’enjeu stratégique que représente la mise au point d’un SI : Au-delà de l’aspect utilitaire et commercial de ces interfaces, l’enjeu est passé du côté sécuritaire et inscrit le SI dans deux finalités.

9En externe la collecte de l’information offre une connaissance pertinente et permanente des zones à surveiller. En interne le SI permet de partager l’information et la prise de décision, ce qui ne va pas sans tension ou conflit. Partager des informations et la prise de décision revient à partager son pouvoir. Cependant grâce aux SI on sait qui fait quoi, qui décide quoi, qui est où et pourquoi, qui transporte quoi, où, et comment etc. On contrôle alors la localisation, les acteurs en présence, leurs performances, leurs accès, les données fournies, leur qualité, leurs utilisations, et au milieu de tout cela on parvient à détecter les anomalies. Néanmoins une difficulté majeure apparaît à ce stade : comment utiliser toutes ces données dans le processus menant à la prise de décisions ? Autrement dit comment organiser et traiter les informations de façon à être efficace puisque l’environnement est de plus en plus complexe ? Le but étant d’éviter de devenir inopérant.

De l’information stratégique à la veille stratégique

10Une surveillance active des territoires permet de détecter, de localiser et d’identifier les anomalies, les ennemis mais aussi les amis ou les cibles coopérantes. Comment y parvenir ? Le processus repose sur « l’intelligence d’une organisation à sa capacité de se procurer, d’analyser et de retrouver les bonnes informations en temps voulu » (J.G. March, 1991). Avant lui Sun Tzu disait qu’ « une armée sans espion est un homme sans yeux ni oreilles ». Depuis les 5ème et 6ème siècles avant J.C la stratégie n’a guère changé mais si le renseignement d’origine humaine (ROHUM) demeure vital, les SI donnent aux yeux et aux oreilles des décideurs des capacités démultipliées. Néanmoins le risque de la surinformation existe. Comment y échapper ? La veille stratégique permet d’anticiper et de visualiser un ou des événements susceptibles de poser problème. La veille transforme l’information à partir du moment où celle-ci met en lumière les signes avant-coureurs d’une menace ou d’un risque. Celle-ci se divise en quatre étapes :

  • La recherche et la définition des besoins

  • La collecte

  • L’analyse/le traitement

  • La diffusion.

11Le système fourni est donc complet en cela qu’il s’adapte aux besoins et qu’il est évolutif.

Illustration 1 – L’intégration d’un SI dans le processus de prise de décision

Illustration 1 – L’intégration d’un SI dans le processus de prise de décision

Mélanie Fournier, Source : D’après K. Korbi, 15 octobre 2011

Le cas particulier des SIM, Systèmes d’Information Maritimes

12Dans le milieu maritime nombreux sont les SI utilisés. Beaucoup d’entre eux sont nés d’initiatives du milieu aéroportuaire et commercial. Le contexte sécuritaire, accidents, échouages, pollutions, mais aussi et surtout les attentats du 11 septembre et le risque terroriste, ont aidé à faire migrer ces outils vers une utilisation maritime à bord des navires, mais aussi dans les ports, dans les CROSS (Centre Régionaux Opérationnels de Surveillance et Sauvetage), les sémaphores…etc. Les attentats terroristes ont mis en lumière les lacunes d’une sécurisation différenciée. Depuis lors, les acteurs gouvernementaux, régionaux, européens, internationaux, privés ou publics privilégient une sécurisation globale de façon à ce que les territoires soient pris dans leur ensemble et non plus de façon cloisonnée. La révolution numérique globale, avec en particulier le développement d’interfaces en ligne établies à partir de Google Earth ou des plateformes en WMS (WebMapServer) aide au développement, à l’intégration et à l’utilisation conjointe des SI.

Sécurité et identification, l’exemple de l’AIS (Automatic Identification System)

13D’une façon générale les solutions logicielles sont largement développées. Elles se composent de plusieurs segments : le segment terrestre (CROSS ; sémaphores, armateurs, ports, sociétés privées), le segment navigation (navires et avions) et le segment spatial. Ces segments permettent de collecter des données sur un territoire, de les échanger, et de les visualiser. L’AIS est né dans le milieu aéroportuaire. C’est un transpondeur émettant en VHF (Very High Frequency) qui était à l’origine utilisé simplement comme système anticollision donc d’appareils à appareil et ensuite de navires à navires. Le système a été élargi pour que les informations puissent être reçues à terre. L’AIS ne fonctionne qu’entre moyens coopérants en VHF. En France les essais ont été réalisés à Dunkerque par le CETMEF (Centre d’Etudes Techniques Maritimes Et Fluviales)6. Les essais ayant été concluants l’utilisation de l’AIS a viré de bord et s’est portée vers des applications intéressantes pour la surveillance du trafic maritime et de sa sécurité. Le projet WATERBORNE7, lancé en 2005 à Brême en est l’illustration. Les développements actuels de ces utilisations sécuritaires se prolongent sur l’utilisation de capteurs longue portée, sur l’utilisation d’un AIS par satellite et sur des interfaces dynamiques web.

Illustration 2  : Capture d’écran d’une carte dynamique des rapports AIS accessibles par Internet

Illustration 2  : Capture d’écran d’une carte dynamique des rapports AIS accessibles par Internet

Source : MarineTraffic.com, Date : Site consulté le 27/07/2011

14L’émission en VHF pose quelques problèmes et notamment dans la gestion de la bande passante. Des fréquences libres ont donc été choisies et sont dédiées à l’AIS. Ce transpondeur présente plusieurs avantages dont deux sont majeurs. Le premier est que l’AIS permet de détecter 3 à 4 heures un navire avant sa détection par un radar. Le second est que le compte rendu de position permet d’identifier un navire automatiquement et comme les pistes émises peut être suivies (backtracking) on visualise le trafic maritime plus facilement et on peut y intégrer des navires non AIS ou hors couverture puisque l’AIS peut recevoir les informations émises par un VTS. En France par exemple le CROSS Corsen est capable de visualiser et d’identifier les navires entrant aux Casquets sans passer par le DST8 (CETMEF). La sécurité est primordiale. Ce contexte a poussé les industriels et les opérationnels à développer un moyen de pouvoir suivre les cibles coopérant ou non et ce sans souci de fréquences et de collision de données. Un AIS par satellite a donc été pensé au départ dans un contexte régional, au sein desquels les pays scandinaves sont précurseurs en la matière. Des groupes comme KSAT, FFI ou OHB9 travaillant en mer Baltique et en mer du Nord avec les marines suédoise, norvégienne, danoise, finlandaise ou allemande afin de tester les premiers lancements de réception des données AIS par satellite. Les deux objectifs principaux étaient non seulement de montrer comment la détection de navires par satellite contribue à améliorer l’image commune de la situation de surface, mais aussi que la détection et l’identification des navires par satellite s’intègre facilement et de manière efficace dans les systèmes existants. En dehors de l’aspect protection, prévention et de surveillance, un AIS global a aussi le grand avantage de calculer plus facilement les densités de trafic dans une zone, et d’être plus facilement disponible pour comparer les cibles détectées de celles qui n’émettent pas et qui sont potentiellement suspectes. Au départ le but de l’AIS n’était pas de compléter les manques d’information dans des zones où il n’existait pas de couverture radar. Or avec l’arrivée de l’AIS par satellite et dans un contexte où le trafic maritime augmente, où il faut compter aussi avec de nombreuses pollutions, des trafics illicites qui augmentent aussi vite que le trafic maritime en lui-même et la menace terroriste, il faut admettre que cet AIS par satellite répond à bien des besoins et en premier lieu au besoin de sécurité de la navigation. Les illustrations suivantes montrent comment, sur une même zone, la couverture d’un AIS émettant en VHF reste limitée en comparaison des pistes AIS recueillies par satellite.

Confidentialité, cadre légal et concurrence

15Quelques soient les modes d’observation utilisés, de la télédétection, à l’observation depuis un avion en passant par des stations à terre ou en mer, le mélange d’entités publiques et privées suppose la protection des données. Celle-ci est indissociable des SI qu’il s’agisse de leur accès, de leur visualisation ou de leur partage. C’est un des points de tensions le plus important au sein des organismes européens et internationaux mais aussi au sein des sociétés privées qui fournissent les solutions logicielles. Le cloisonnement des informations sensibles, les restrictions d’accès, le besoin d’en connaître sont les prérequis dans les rapports commerciaux entre armateurs, mais aussi entre tous les acteurs ayant accès au SI ou aux produits livrés en sortie à partir des informations recueillies. La visualisation des navires, leur identification et leur suivi peut poser des problèmes de sécurité. C’est notamment le cas avec la mise en ligne d’interfaces dynamiques et en temps réel du type d’AIS Live. Mais c’est aussi le cas au sein des projets de l’UE. Lors de la création d’une interface de fusion et de visualisation d’informations sensibles plusieurs acteurs participent avec des niveaux de sécurité plus ou moins élevés et avec des nationalités différentes. Ici se posent plusieurs questions : un tel peut-il avoir accès aux informations puisqu’il n’est pas un de nos ressortissants ? La question de la souveraineté réapparaît ici à une échelle différente. L’accès aux pistes AIS est confidentiel, peut-on les fournir à une agence européenne même dans le cadre d’un projet pilote et d’une démonstration qui est censée être à notre avantage ? Ce qui suppose donc que le cadre légal doive être parfaitement connu. L’UE dans un workshop de novembre 2007, parlait de mettre en place un C4ISR –Command, Control, Communication, Computers, Intelligence, Surveillance and Reconnaissance- avec pour but principal d’établir un environnement commun de partage des informations concernant le milieu maritime dans son ensemble. Les derniers SIM, grandes plateformes centralisant les informations provenant de multiples capteurs et de multiples sources, permettent de mutualiser les moyens et de développer une interconnexion multi scalaire. L’interopérabilité et la coopération sont les chevaux de bataille de l’UE depuis le Blue Paper : « Take steps towards a more interoperable surveillance system to bring together existing monitoring and tracking systems used for maritime safety and security, protection of the marine environment, fisheries control, control of external borders and other law enforcement activities ». La France fut l’un des pays pionniers en la matière avec le lancement en 2011 de SPATIONAV. Néanmoins à un niveau européen cela revient à prendre en compte tous les textes de lois existants, pays par pays mais aussi les textes internationaux et d’en extraire des standards de contrôle et de partage des données à l’image des normes ISO 19115 par exemple ou de la Directive européenne INSPIRE. La tâche est longue et complexe puisque par exemple les données transmises par l’AIS ou par un VMS sont toutes confidentielles. Or les données relatives à la sécurité portuaire ne le sont pas. Le tableau suivant recense les systèmes d’information les plus utilisés, le cadre légal auquel ils répondent ainsi que les données confidentielles ou pas.

Surveillance et identification, le cas de SPATIONAV

16Comment surveille-t-on les mouvements de navires et les activités maritimes ? De multiples systèmes existent, se chevauchent parfois dans leurs applications. Le VTS est utilisé pour la sécurité de la navigation, l’AIS aussi, le LRIT pour la sûreté et le Search And Rescue principalement, le VMS pour le contrôle des pêches. A ces systèmes il faut ajouter les systèmes de surveillance privés comme ceux des ports et les systèmes militaires. La mode et l’époque sont à la gestion intégrée mais en matière d’intégration des systèmes existants dans un seul « système de systèmes » il y a certains obstacles, dont les deux plus importants sont : la peur de perdre de sa souveraineté et le cadre légal. En dehors des droits de propriété, de copie, de distribution énumérés auparavant, il y a surtout que les thématiques abordées sont sensibles : aide à la navigation, SAR, détection des pollutions, détection des trafics illégaux, surveillance des navires…etc. Celles-ci sont catégorisées dans les systèmes nationaux, qui coordonnent la coopération interministérielle pour l’action de l’Etat en mer. Ces systèmes d’information performants sont intégrés dans l’opérationnel à la fois côté civil et côté militaire. Deux systèmes européens de surveillance et d’identification sont particulièrement performants : le SIVE espagnol et le SPATIONAV français.

17SPATIONAV, système français mis en place par la Délégation Générale de l’Armement (DGA) en 2001, est un programme mixte visant à centraliser les données maritimes pour répondre au mieux aux missions de sauvegarde, de prévention et de protection du territoire maritime. Il s’articule autour de trois axes principaux : l’interopérabilité, l’efficacité et une architecture décentralisée. Le système centralise et stocke des informations provenant de sources multiples : radars côtiers, stations de réception AIS, base de données TRAFIC2000, et des informations issues de l’observation humaine. Quant à la marine nationale elle dispose d’une couche d’information qui lui est propre classée par domaine de lutte (immigration illégale, trafic de drogue, trafic d’armes…). Pour revenir au thème de la confidentialité l’échange se fait par le biais d’une fonction qui contrôle le partage de l’information ou la restriction d’accès le cas échéant. SPATIONAV a été élaboré de façon à surveiller en temps réel une façade maritime dans son ensemble, c’est ce qu’on appelle la Surveillance des Approches Maritimes ou la SAM. Cette SAM est élaborée et catégorisée par domaines de lutte au niveau régional à partir des situations élaborées au niveau local. Le niveau local établit sa propre situation avec ses capteurs et l’envoie de façon automatique et permanente à l’échelon régional. Cet échelon se divise en trois ensembles autonomes : Mer du Nord-Manche-Atlantique, Méditerrané et Antilles-Guyane. Ce SI très lourd dispose d’une version édulcorée pour permettre un accès à l’image de la situation tactique de façon rapide et ponctuelle, notamment en cas de crise, c’est SPATIOWEB. La dernière version de SPATIONAV, la V210, devra à terme intégrer des données satellites, des données provenant de drones et le LRIT dont la portée est nettement plus importante que l’AIS11. Ces nouvelles sources de données, couplées au renouvellement des radars sémaphoriques et à l’interopérabilité d’ici 2015 avec des agences européennes comme FRONTEX et l’EMSA permettront à terme d’étendre la couverture de SPATIONAV et de ne plus limiter sa surveillance permanente aux côtes de l’Hexagone.

Couverture vs. Résolution

18La couverture d’un territoire, sa surveillance et sa maîtrise requièrent avec la multiplication des trafics et des menaces plus qu’une mise en réseau et une interopérabilité. Chaque amélioration des systèmes d’informations dédiés à la surveillance d’un territoire est un marché très politique, très dynamique qui pousse les industriels à faire preuve d’une grande capacité d’innovation. Le but de la manœuvre est d’augmenter la densité du réseau de surveillance. Les besoins en la matière, côté opérationnel, peuvent se résumer à deux points cruciaux : la résolution (les détails obtenus), et la couverture spatiale (plus le territoire est surveillé plus on est à même d’anticiper). Les choix se portent donc sur l’amélioration des radars côtiers, soit par leur portée, soit par leur capacité à discriminer les cibles et notamment les plus petites, et par l’intégration des données satellites ou des drones.

  • 12 Le satellite ENVISAT n’est plus opérationnel officiellement depuis le 9 mai 2012.

19L’image satellite et les informations qu’on en extrait, de la détection à l’identification ou à la reconnaissance ont atteint leur but, à savoir intégrer de façon complémentaire les systèmes existant de surveillance et notamment les systèmes de surveillance maritime. Fusionnées dans un système d’information, projetées sur un mur ou dans une interface web dynamique, les images radar et optique ont trouvé leur place. Une place de choix puisqu’elles font dorénavant partie des méthodes de veille et de surveillance en routine de nombreux pays. L’image SAR permet de détecter les navires, les pollutions par hydrocarbures, l’image optique permet la reconnaissance et l’identification de cibles. Les méthodes de suivi, de backtracking, de surveillance en quasi temps réel ou en temps réel sur une zone restreinte comme sur une large aire d’intérêt en ont été améliorées. Non seulement parce qu’elles offrent une couverture jamais obtenue jusqu’ici mais aussi avec des résolutions submétriques pour les capteurs les plus performants. Néanmoins, malgré des modes de prise de vue de plus en plus précis même pour les images SAR, les besoins des utilisateurs sont clairs : une résolution de type métrique ou submétrique avec une couverture digne d’un champ large d’ENVISAT12, c’est-à-dire sur une prise de vue de 100km x 100km. Pour l’heure ceci constitue un défi technique à relever. La deuxième limitation repose sur la taille et la matière des cibles. Un boutre en bois de 5m ne sera pas ou très difficilement détectable sur une image radar, pour la simple est bonne raison que ce que nous appelons par défaut une image radar est en réalité un signal. Si la matière et la cible n’offrent aucune réflexion alors on ne la verra pas.

L’apport de l’imagerie satellitale à la surveillance maritime : leçons tirées de deux études de cas

20Nous avons entrepris deux études de cas pour démontrer l’apport de l’imagerie satellitale à la surveillance maritime  et, au-delà, à une analyse géographique/géopolitique. Nous avons étudié sous cet angle les mers Caraïbes et Méditerranée (Fournier 2010 ; Fournier 2012).

Le but était d’évaluer et de comparer les outils, les pratiques décisionnelles et opérationnelles qui sont mises en place en mer Baltique, dans la zone caraïbe et en mer Méditerranée, afin de lutter contre les trafics illicites, contre les pêches illégales, contre les pollutions ou encore pour surveiller le trafic et les frontières extérieures de l’Union Européenne. L’analyse portait principalement sur l’intégration dans les systèmes existant de surveillance maritime des informations extraites des images satellitales SAR (Synthetic Aperture Radar) et/ou optiques.

21En synthétisant les travaux réalisés pendant deux ans au sein de certains projets européens dédiés à la sécurité et à la sûreté maritimes (MARISS, LIMES, PT MARSUR, ESPAIS, MARSUNO, BSMF, BLUEMASSMED), ainsi qu’en lisant les comptes rendus d’exercices (CARIB ROYALE), les points communs et les limites des outils, des données et de ces coopérations ont nourri notre réflexion. Grâce à ces expériences nous avons notamment montré que les besoins et donc les réponses proposées en termes de systèmes, d’outils et de valeur-ajoutée reposent sur l’efficacité, la pertinence, non seulement des concepts, mais aussi des moyens développés et de leurs utilisations. L’imagerie satellitale -dans une utilisation systématique et complémentaire- permet, d’une part d’augmenter les capacités de suivi, de détection et d’identification, et d’autre part de baisser le nombre de navires qui ne s’identifient pas notamment en corrélant les données provenant de sources multiples. Néanmoins, il est nécessaire de savoir calibrer l’utilisation des images satellitales pour chaque utilisation ou mission, chaque contexte et chaque zone géographique à couvrir. Mêmes si les besoins restent communs d’un bassin maritime à l’autre, certains types de demandes doivent prendre en compte l’état de la mer, la nébulosité, les angles d’incidences, les largeurs de champs, la polarisation… etc.

22D’un point de vue strictement technique, les résultats de notre étude prouvent l’utilité de l’imagerie satellitale en termes de surface couverte, de délais de revisite grâce aux constellations de satellites et d’adaptabilité aux différentes missions. Si l’utilité dans le contexte opérationnel a été démontrée, il ressort néanmoins de certaines démonstrations que le satellite a un temps de réaction trop long dans un cadre d’urgence, notamment quand les acteurs n’ont pas la possibilité d’orienter le capteur. Il faut aussi prendre en compte les phases de maintenance des stations au sol, des satellites et les éventuelles pannes qui empêcheront les prises de vue ou le déchargement des images à temps. Cependant, même si l’imagerie satellitale n’est pas adaptée dans toutes les opérations en temps réel comme la lutte contre le narcotrafic par exemple, celle-ci présente toutes les qualités pour servir de premier niveau de renseignement, pour un blanchiment de zones de patrouilles ou en amont d’un déploiement ou bien encore pour la surveillance de zones difficiles d’accès.

23L’accès à plus de données avec un degré de fiabilité élevé et de pertinence élevé aide à prendre de meilleures décisions et à agir plus vite. Mais les améliorations majeures seront à apporter à la résolution – les opérationnels souhaitant de larges zones couvertes à très haute résolution, aux taux de fausses alarmes et aux capacités à détecter de très petites cibles.

24La surveillance du territoire est un sujet majeur, les espaces maritimes n’échappent pas à la règle. Les systèmes d’information font désormais partie du paysage opérationnel, ce n’est pas un réseau de communication que l’on cherche à acheter ou à améliorer, mais un système qui puisse à la fois servir à un niveau local, régional et global afin de mieux anticiper, de mieux agir. Ces systèmes interopérables représentent un gain de temps et d’efficacité dans les différentes missions des Etats en mer. Ils sont là pour leur permettre de tout voir et de tout savoir.

Haut de page

Bibliographie

BAKIS H. (1991), « La télégraphie sémaphorique sur le littoral français », L’Information Historique, rubrique "recherche historique", 1991, n° 1, vol. 53, pp. 27-39.

BAKIS H. (1987), Géopolitique de l’information, PUF, Collection Que sais-je ?, Paris, 127 p.

CETMEF. (2005), L’utilisation de l’AIS dans les domaines maritimes, portuaires et fluviaux, 21 juin, Journées AIS 2005 du CETMEF, 28 p.

COMMISSION EUROPEENNE, (2007), Annex A, Technical specifications to specific tasks to be undertaken in the framework of lot 2 of Fish/2006/09 studies in the fields of the common fisheries policy and maritime affairs, 15 November, work package 1, Legal aspect of maritime data, 8 p.

COMMISSION EUROPEENNE, (2007), Annex B, Technical specifications to specific tasks to be undertaken in the framework of lot 2 of Fish/2006/09 studies in the fields of the common fisheries policy and maritime affairs, 15 November, work package 1, Schedule of legal instruments consulted 7 p.

COMMISSION EUROPEENNE, (2007), Annex D, Technical specifications to specific tasks to be undertaken in the framework of lot 2 of Fish/2006/09 studies in the fields of the common fisheries policy and maritime affairs, 15 November, work package 1, Summary of findings, 12 p.

DUTTON J.E., JACKSON S.E. (1987), “Categorizing Strategic Issues: Links to Organizational Action”, Academy of Management Review, vol. 12, n° 1, pp. 76-90.

FOURNIER M. (2010), « La surveillance maritime en Méditerranée : l’apport de l’imagerie satellitale a une analyse géographique/géopolitique », Netcom, vol. 24, n° 1-2, pp. 147-154.

FOURNIER M. (2012), La surveillance du trafic maritime en Méditerranée ; l’apport de l’imagerie satellite à une analyse géographique et géopolitique, Thèse de l’Université de Montpellier III (dir. Bakis & Lavaud-Letilleul), décembre, 361p.

KIESLER S. ET SPROULL L. (1982), «Managerial Response to Changing Environments: Perspectives on Problem Sensing from Social Cognition Administrative», Science Quarterly, n° 4, pp. 548-570.

KORBI K. (2009), Rôle du système d’information dans la prise de décision stratégique adaptée à la complexité, 18 p., http://www.reims-ms.fr

LAROCHE H., NIOCHE J.-P. (2006), « L’approche cognitive de la stratégie d’entreprise », Revue Française de Gestion, Jan, vol. 32, n° 160, pp. 81-105.

LES GRANDS DOSSIERS DE DIPLOMATIE, Géopolitique de l’information, avril-mai 2011, AREION Group/Capri, Paris, 100 p.

LESCA H. (1990), « Le développement se nourrit de désordre », Sciences et technologie, n° 29, sept.

SAMAAN J.L, (2011), « Le cyberespace, nouveau territoire de conflits ? », In: Géographie des conflits, SEDES/CNED, pp. 151 – 170.

TETARD F. (Dir.), (2011), Géographie des conflits, SEDES/CNES, 342p.

Haut de page

Notes

3 Voir par exemple: Bakis Henry (1991), « La télégraphie sémaphorique sur le littoral français », L’Information Historique, n° 1, vol. 53, pp. 27-39

4 Voir par exemple : Bakis Henry (1987), Géopolitique de l’information, PUF, Que sais-je ?, 128 p., Robert Pascal (2005), La logique politique des technologies de l’information et de la communication, Presses Universitaires de Bordeaux, 299 p., et Les Grands Dossiers de Diplomatie nº 2 – Géopolitique de l’information, avril-mai 2011, AREION Group/Capri, Paris, 100 p.

5 Lesca H. (1990), « Le développement se nourrit de désordre », Sciences et technologie, n° 29, sept.

6 http://www.cetmef.developpement-durable.gouv.fr/

7 http://www.transport-research.info/Upload/Documents/201007/20100705_152106_4661_100630_TRKC-%20Waterborne%20transport%20-%20Thematic%20Summary.pdf

8 http://atlas-transmanche.certic.unicaen.fr/fr/image-791.gif

9 KSAT est une compagnie norvégienne spécialisée dans les stations au sol et des services d’observation de la Terre à une orbite polaire (http://www.ksat.no/), FFI est le centre d’étude et de recherche du ministère de la défense norvégien (http://www.ffi.no/en/Sider/default.aspx), OHB est une société allemande spécialisée dans les petits satellites géostationnaires et à orbites basses pour la navigation, les communications et la recherche (https://www.ohb-system.de/).

10 http://www.meretmarine.com/fr/content/spationav-v2-le-deploiement-des-nouveaux-radars-avance

11 L’AIS émettant en VHF est limité à une portée se situant entre 30 et 50 milles nautiques. Le LRIT quant à lui a une portée de 1000 à 1500 nautiques.

12 Le satellite ENVISAT n’est plus opérationnel officiellement depuis le 9 mai 2012.

1 J.L. Samaan, (2011), « Le cyberespace, nouveau territoire de conflits ? », In: Géographie des conflits, SEDES/CNED, pp.151 – 170.

2 Traduction de Maritime Situational Awareness. La MSA est un concept OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) qui vise à mettre en place une image commune et opérationnelle de la situation de surface. Le but majeur est de suivre le trafic maritime dans une zone définie et d’améliorer la qualité des décisions en cas d’action.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 – L’intégration d’un SI dans le processus de prise de décision
Crédits Mélanie Fournier, Source : D’après K. Korbi, 15 octobre 2011
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Illustration 2  : Capture d’écran d’une carte dynamique des rapports AIS accessibles par Internet
Crédits Source : MarineTraffic.com, Date : Site consulté le 27/07/2011
URL http://netcom.revues.org/docannexe/image/1000/img-2.png
Fichier image/png, 386k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Fournier, « Les TIC et la surveillance des zones maritimes sensibles. Penser globalement, agir localement », Netcom, 26-3/4 | 2012, 221-234.

Référence électronique

Mélanie Fournier, « Les TIC et la surveillance des zones maritimes sensibles. Penser globalement, agir localement », Netcom [En ligne], 26-3/4 | 2012, mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://netcom.revues.org/1000 ; DOI : 10.4000/netcom.1000

Haut de page

Auteur

Mélanie Fournier

Collaboratrice scientifique au laboratoire des Humanités Digitales de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL). Mail : melanie.fournier@epfl.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Netcom – Réseaux, communication et territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo NETCOM Association
  • Logo IGU / UGI
  • Logo Comité national français de géographie (CNFG)
  • Logo UMR 6266 - IDEES Le Havre
  • Logo ARTDev (UMR 5281)
  • Logo AERES - Logo
  • Logo DOAJ
  • Logo ERIH PLUS : European Reference Index for the Humanities and the Social Sciences
  • Logo Heloise
  • Revues.org